SENTIMENT D'UN HARMONIPHILE

1206
1756

Titre(s)

Sentiment d'un harmoniphile sur différens ouvrages de musique.

Continué par le Journal de musique (selon Grove).

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Mars 1756 –?

Description de la collection

Avant-propos, puis deux parties: 1re partie, 84 p., datée mars 1756 à la fin; 2e partie, p. 85-168, sans date à la fin. Cahiers de 12 p. in-12, 90 x 155.

Devise: Amicus Socrates, et amicus Plato, magis arnica veritas. Epitaphe de Calviere mise en musique par de Morambert. Musique: 9 pièces.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Amsterdam et se trouve à Paris: chez Jombert, imprimeur-libraire du Roi, rue Dauphine; chez Duchesne, rue Saint-Jacques, auprès de la Fontaine Saint-Benoit; au Temple du Goût; chez Lambert, rue et à côté de la Comédie-Française; et aux adresses ordinaires pour la Musique.

Ornement typographique en forme de lyre.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Attribué à Antoine-Jacques LABBET, abbé de Morambert, par la F.L. de Laporte, 1769, p. 344; à Léris et Morambert par Barbier et Quérard; à Léris et Laugier par Fétis.

Remarque: la musique est de Morambert (voir p. 13) et l'auteur dit «je» tout le temps.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

On promet «à la fin de chaque partie, non seulement un index de toutes les nouveautés musicales; mais une courte analyse de ces ouvrages de pure pratique» (p. 164). Contenu réel: critique musicale (surtout musique religieuse et opéra).Auteurs: Philidor (Te Deum),Calviere (Te Deum), Gilles (Messe), Berard (Art du chant),Rameau (Castor et Pollux, Zoroastre, Erreurs sur la Musique dans l'Encyclopédie). 

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., V 47138; Vmc 6178 (réimpression Minkoff); 1re partie seule, 8° B 2614, p. 11-14 ms. et musique à la fin, ms. (dép. de la musique).   

Bibliographie

Mémoires de Trévoux, juin 1756, p. 1417-1418: «l'auteur, que nous ignorons totalement parle d'abord un peu de lui-même, de son goût pour l'harmonie, du soin qu'il a pris d'approfondir ce bel art», article très élogieux; Mercure de France, janv. 1757, t. I, p. 181 et avril 1757, t. I, p. 167; Grimm, C.L., 15 avril 1756: «L'auteur anonyme de cette insipide brochure nous menace d'en faire un ouvrage périodique».Allusion à ce «premier périodique musical» dans l'article «Labbet» du New Grove Dictionary of music and musicians.  

Titre indexé

SENTIMENT D'UN HARMONIPHILE

Date indexée

1756

RÉFLEXIONS SUR DIFFÉRENTS SUJETS

1185
1731
1733

Titre(s)

Reflexions sur differens sujets, de Physique, de Guerre, de Morale, de Critique, d'Histoire, de Mathematique, etc. Par Monsieur De ***.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

5 novembre 1731 – 16 septembre 1733 (dates des approbations, ex. de la Sorbonne).

Chaque Réflexion est une «feuille volante» en principe hebdomadaire qui se termine par une approbation signée Jolly puis Duval et le titre de la réflexion suivante.

Dates des approbations : Première Réflexion, 5 novembre 1731 ; Seconde, etc., sans date ; à la fin de la quatrième : annonce du Traité de la fortune à paraître fin janvier ; à la fin de la onzième : le Traité sera donné au public le 18 février ; à la fin de la treizième : la feuille suivante «ne paraîtra que le premier Lundi de Mars», mais le 25 de ce mois on donnera le Traité. La quinzième est approuvée par Duval le 30 mars 1732 et on annonce la seizième pour le 21 avril (l'auteur a été malade), mais elle est approuvée le 21 mai. Dix-septième : 28 mai ; dix-huitième : 17 août ; dix-neuvième : 22 décembre ; vingtième : 23 janvier 1733 ; vingt-et-unième : 16 septembre.

Description de la collection

Chaque Réflexion occupe en moyenne 7 feuillets in-8° et un feuillet (ou une page) blanc. Cahier de 16 p., 160 x 190. Les 21 Réflexions sont reliées en un volume de 336 p., numérotées de façon continue. Le n° 1 broché mesure 165 x 215.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

«A Paris, Chez François Le Breton, Quay de Conty, à la descente du Pont-Neuf, à l'Aigle d'Or».

Le prix est de 4 s. la feuille, «mais on peut se dispenser de l'acheter» si le sujet ne plaît pas : «c'est pour cette raison-là qu'on a soin d'annoncer tous les sujets».

«Avec Approbation et Privilège du Roy». Il n'y a pas de privilège pour les Réflexions, mais le Traité de la fortune qui suit, contient un privilège signé par Granjon et enregistré le 15 mars 1732 par Paulus Dumesnil pour plusieurs «Ouvrages intitulez : Œuvres de sa composition». Ce privilège est à la fin de l'exemplaire de la B.N., p. 209 (Z 23370) après la 13e Réflexion.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Unique auteur : D.L.B. d'après la signature de l'Epître du Traité ; «de la Bruyère ingénieur», d'après une note manuscrite. En tout cas «homme de lettres qui ne veut pas être connu», selon l'Avertissement.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Contenu annoncé dans l'Avertissement : «observations [...] sur des matières intéressantes». L'auteur s'offre à répondre aux objections (adressées franches de port au libraire).

Contenu réel : chaque feuille est une dissertation sur des sujets aussi divers que «Sur les sciences qui conviennent à chaque profession» ou «convenables aux gens de guerre», «Sur les Epitres (ou sur les Satyres) de M. Despréaux» ou «Sur la politesse». L'auteur est tolérant : («L'intérêt nous rend barbares») et préconise de «se tenir toujours prêt à recevoir la vérité de quelque part qu'elle vienne» (p. 127). Cinq personnes lui ont écrit (p. 191) : «elles seront satisfaites quand la matière le permettra». Il n'y a que des considérations générales sur la physique : «mon dessein est d'expliquer les choses d'une manière si claire et si simple, que les Dames* (*celles qui ont le sens commun) même puissent m'entendre» (p. 97) ; les mathématiques ne sont évoquées que pour leur méthode.

Liste des réflexions : 1. Avertissement : L'utilité de ce projet, p. 14. 2. Tout n'est pas dit, p. 17-29. 3. Sur les Sciences qui conviennent à chaque profession, p. 33-46. 4. Sur la manière de reprendre les hommes pour les corriger, p. 49-62. 5. Nous sommes la cause de la plupart des défauts du Sexe, p. 65-78. 6. Sur la générosité, p. 81-94. 7. Projet d'une nouvelle méthode pour la Physique, p. 97-111. 8. Suite de la nouvelle Méthode pour la Physique, p. 113-127. 9. Sur les Sciences convenables au Gens de Guerre, p. 129-143. 10. Sur les dernières Guerres d'Espagne, p. 145-159. 11. Sur les jugements qu'on doit faire des Nations, p. 161-176. 12. Sur les Satyres de M. Despreaux, p. 177-191. 13. Sur les premières Notions de la Physique, p. 193-208. 14. Sur la morale, p. 209-224. 15. Sur les Epîtres de Monsieur Despreaux, p. 225-240. 16. Sur les causes principales des dérangements qu'on voit en Europe, p. 241-257. 17. Sur la fortification, p. 257-271. 18. Sur le goût pour les Ouvrages d'esprit, p. 273-287. 19. Sur la matière agitée et la matière en repos, p. 289-304. 20. Sur la politesse, p. 305-319. 21. L'intérest nous rend Barbares, p. 321-336 (annonce pour la suivante : Le Vulgaire).

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Sorbonne, HJr 1 (I) ; B.N., SZ 23370 (I-XIII) et Z 5431 : cahier de 16 p. broché (I) ; un exemplaire apparemment plus complet existe à la B.M. Aix, G 5575 (non consultable en 1990).

Titre indexé

RÉFLEXIONS SUR DIFFÉRENTS SUJETS

Date indexée

1731
1732
1733

RECHERCHES DE MATHÉMATIQUE ET DE PHYSIQUE

1157
1703, 1705

Titre(s)

Recherches de physique et de mathématique puis Recherches de mathématique et de physique (le titre aurait été suggéré par l'abbé Bignon, d'après la Préface de 1705).

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

De mars 1703 à ? : une seule livraison connue.

Le privilège est daté du 13 janvier 1703. Le projet était d'un mensuel. En 1705 le t. I est sous le privilège précédent, puis l'auteur accumule les approbations dans le t. II : 6 janvier, 14 mars, 1er décembre 1703, 17 octobre 1704, toutes signées de Fontenelle. Dans le t. I, une approbation : «rien contre la foy» (p. 155, signée de Elies Du Pin, datée du 1er mars 1703).

Description de la collection

Cahiers de 24 p., format in-12. Le premier volume (daté de mars 1703) est un journal de 144 p. divisé en trois parties de 48 p. chacune (la pagination reprend à 1 jusqu'à 48). L'auteur annonce «six feuilles petit in-12 de 144 p.», 90 x 155.

1705 : partie I : 108 p. (reprise de 1703) ; partie II : 252 p. ; partie III : 240 p., le tout en un vol. 80 x 150 ; le t. II ou «suite de la IIIe partie» est paginé de 241 à 812, mêmes dimensions.

3 planches (figures de géométrie) dans le vol. de 1703. 8 planches dans le t. I et 10 planches de figures dans le t. II de 1705 («qui avait été promis pour le mois d'avril passé», verso de la page de titre).

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

«A Paris, chez Jean Moreau, rue St Jacques vis-à-vis S. Yves à la Toison d'Or» (1703) ; «Florentin Delaune, rue S. Jacques à l'Empereur et Jean Jombert près les Grands Augustins» (1705).

Le périodique est vendu en trois parties «inséparables» 14 s. avec les figures, 12 s. en 1705.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

«Qui est tout composé [...] par M. PARENT de l'Académie Royale des Sciences». Voir D.P. 2.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Le contenu – faut-il plutôt dire le projet ? – est de «présenter un abrégé des meilleures pièces de Mathématique et de Physique» et de «contribuer au progrès des sciences et à l'utilité du public». L'auteur veut que son journal soit un «livre de poche». Il voudrait aussi que «les journaux [soient] un jour le répertoire de tout ce qu'il y aura de bon et de curieux dans les sciences».

Les volumes décrits contiennent «les extraits des matières de physique et de mathématiques des journaux de France et des pays étrangers» (1re partie) ; une deuxième partie écrite par les auteurs ; 3e partie : les nouveautés, où l'on donne la liste de «quelques pièces nouvelles qui sont prêtes à donner au public» (sur l'arithmétique : 5, sur la géométrie : 20, sur les «méchaniques» : 24, sur la physique : 7, sur l'analyse : 15, etc.).

Les auteurs cités sont très nombreux, essentiellement Descartes, Newton, Huygens, Du Hamel, Leibniz, Sauveur, le marquis de l'Hôpital, Tournemine, Saurin, Varignon, le père Lamy, La Hire, Hartzoeker, etc.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

L'exemplaire de 1703 (B.N., V 18884, seul accessible dans les bibliothèques publiques) est en très mauvais état. Volumes de 1705 : R 14115-14116.

Bibliographie

Deux extraits dans les Mémoires de Trévoux, sept. 1713 et mars 1715. Un extrait sur le journal de Parent dans le Journal des savants de 1703 (p. 245 et suiv.), un autre en 1713 sur ses Essais et recherches (p. 440 et suiv.).

Historique

Parent a eu un projet de périodique dont il a réussi à faire paraître un numéro en mars 1703, mais si on l'en croit, le libraire a fait faillite (1705, partie I, p. 9) et «il est bon d'avertir le public que ces deux premiers journaux avoient été imprimés dès le mois de mars et d'avril [1703]». Il présentait plusieurs projets de nouveaux journaux, qui n'ont jamais vu le jour, ainsi que des extraits des journaux de Leipzig (Acta Eruditorum) et des collections philosophiques d'Angleterre (Philosophical Transactions).Les volumes de 1705 sont une sorte de reprise de journaux qui auraient pu paraître, de même que ses Essais et recherches de mathématique et de physique, 1713, en 3 tomes in-12, «nouvelle édition augmentée d'un troisième volume [par rapport aux volumes de 1705], et d'un tiers au moins en chacun des deux premiers» (B.N., R 14309-14311). Le privilège au début du t. III est celui du journal de 1703 (signé le 11 mars par Trabouillet) ; il y a un second privilège datant de 1707 (de Cantrène) et l'on retrouve 4 approbations, du 23 juillet 1706 (Fontenelle), 20, et 28 avril 1707 de Cassini enfin du 30 signée de Fontenelle. On peut se demander si cet ouvrage n'a pas été distribué en feuilles dont nous n'avons plus de traces. L'intérêt scientifique – pour qui a le courage de passer outre au désordre de la présentation – est certain : vues originales, jugements pertinents et même de l'invention. Enfin son projet est celui d'un «vulgarisateur», au bon sens du terme et cela dès le début du XVIIIe siècle.

Titre indexé

RECHERCHES DE MATHÉMATIQUE ET DE PHYSIQUE

Date indexée

1703

OBSERVATIONS SUR L'HISTOIRE NATURELLE, SUR LA PHYSIQUE ET SUR LA PEINTURE

1089
1752
1757, 1771-1793

Titre(s)

Observations sur l'Histoire Naturelle, sur la Physique et sur la Peinture. «Avec des planches imprimées en couleur. Cet ouvrage renferme le secret des Arts, les nouvelles découvertes et les disputes des Philosophes et des Artistes modernes».

Puis, même titre, sauf la dernière phrase remplacée: «par M. Gautier de l'Académie des Sciences et Belles-Lettres de Dijon, et Pensionnaire de Sa Majesté».

Puis: Observations périodiques sur la Physique, l'Histoire Naturelle et les Arts ou Journal des Sciences et Arts, «par M. Toussaint Avocat au Parlement de Paris, de l'Académie Royale de Prusse. Avec des planches imprimées en couleurs par M. Gautier fils».

Puis: Tableau du travail annuel de toutes les Académies de l'Europe; ou Observations sur la Physique, sur l'Histoire Naturelle et sur les arts et métiers, «avec des planches en taille-douce, dédié à Mgr le comte d'Artois, par l'abbé Rozier de l'Académie royale des sciences, Beaux-Arts et Belles-Lettres de Villefranche [...]».

Puis le début du titre est abandonné, dès le t. II, pour revenir à Observations etc., dès 1773.

Titres en noir et rouge en général.

Suite (avec parties communes) des Observations physiques dédiées au Roy.

Continué par le Journal de physique, sous-titre à partir de 1773, devient le titre à partir de 1793: Journal de Physique, de chimie, d'histoire naturelle, «nivôse an 2e, tome premier». A duré jusqu'au XIXe siècle, avec une interruption de 1795 à 1797.

Pour la clarté de la description, nous distinguerons quatre périodes: A: Gautier, B: Toussaint, C: Rozier, D: de La Métherie, devenu, sous la Révolution, Delamétherie.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Le titre, avec quelques variantes, est protégé par un seul privilège, délivré pour les Observations [...], avec des Planches colorées, le 8 octobre 1751, registré le 21 octobre par Le Gras. Le privilège fut acheté par Toussaint, qui semble l'avoir recédé à Gautier, puis par Rozier (bien que cette question soit controversée–voir le factum). Le titre comporte les noms de Gautier, puis de Toussaint, puis Rozier seul, puis Rozier, Mongez puis les mêmes et de La Métherie jusqu'à la Révolution bien que Rozier ne travaille plus au journal (D.P. 2 et historique).

Le signataire des approbations est pour A et B, Philippe de Prétôt, et Gardane du temps de Rozier.

Période A: Gautier Dagoty (ou d'Agoty), aidé de Toussaint. Deux formats étaient prévus:

– Edition in-12. Elle reproduit l'édition in-4°, mais pas intégralement. Elle comprend six volumes (contient le privilège + 6 approbations des 4, 26 oct. 1751, 30 janv., 23 oct., 26 et 31 déc. 1752). La brochure se vendait 1 £ 4 s., et on pouvait se procurer les planches séparément (1 £, à condition d'en payer 12 d'avance). Les planches sauf une sont en noir pour l'in-12.

T. I: 192 p.; II: p. 193-382 (contient l'Avis de l'in-4° au début); III: p. 383-572; IV: 192 p., V: p. 195-383; VI: p. 387-575. T. I: 2 planches; II: 2 planches dont une en couleur; IV: 1 planche.

Cahiers de 24 p., 90 x 165.

Tous les volumes sont de 1752, chez Delaguette, rue Saint-Jacques à l'Olivier, puis cette édition séparée a été abandonnée.

– Edition in-4°. 1752:2 tomes chacun en trois parties (I-III + IV-VI), reliés ou brochés en 1 vol., 196 p. + 192 p., soit environ 364 p. + 4 planches ou 5, presque toutes en couleurs, par partie. La vignette sur la page de titre est signée Nioul. Ce volume correspond en gros à la collection in-12. Le prix de la brochure in-4° est de 4 £ 4 s. (2, 3 ou 4 planches comprises).

Le 2e vol. contient trois parties pour 1753 (2 approbations du 3 oct. et du 17 nov. 1753) et 3 parties pour l'année 1754 (ce qui mène à la XIIe partie avec des approbations des 2 déc. 1754 et 23 janv. 1755). Irrégularités nombreuses tant dans les paginations que dans les signatures. 204 p. + 64 p. + 160 p. + quelques-unes non paginées + gravures. On souscrit «six mois à l'avance si on le juge à propos chez Gautier ou chez Delaguette»: souscription 18 £, sinon 24 £ (on vend toujours les planches séparément chez M. Gautier, rue de la Harpe, proche de la rue Poupée).

Le 3e vol. contient les 6 parties de 1755 avec des approbations des 18 oct., 29 nov. 1755, 31 janv., 27 mars, 10, 23 avril 1756. 192 p. + 196p. + les planches (environ 4 par partie).

Ces trois recueils sont tous publiés chez Delaguette, comme l'in-12 et on annonce une publication régulière tous les mois à partir de juillet 1756 de 8 feuilles + 3 planches.

Cahier de 8 p., 195 x 260 environ (l'exemplaire non rogné de l'Ars.: 212 x 277). Sur de nombreuses planches on lit «Observations de M. Gautier» en guise de signature. On offre de publier des dissertations, de graver des planches en noir ou en couleur gratis, à condition que les affranchissements soient payés et «qu'il n'y ait rien de pillé, ni contre les bonnes mœurs».

Période B: Toussaint. Un «Avis concernant la continuation des Observations périodiques sur la Physique, l'Histoire Naturelle et les Arts,par M. Toussaint, Avocat au Parlement; de l'Académie Royale de Prusse», de 8 p. parut en janvier 1757 (il est repris presque à l'identique dans le vol. II, début 1757).

Le tome premier «contenant les six derniers mois de 1756» indique en page de titre: «par M. Toussaint etc.», dans l'exemplaire de l'Arsenal, mais «par M. Gautier», sur celui de la B.N. (avec un titre légèrement différent et chez Cailleau seul). Le contenu est le même. Approbations des 12 juil., 28 août, 30 sept., 30 nov., 30 déc. 1756. 444 p. (on annonce 8 feuilles et 3 planches puis 10 feuilles et 4 planches). Les dates sont devenues régulières: juillet, août, etc. 1756.

Tome second «contenant les six premiers mois de l'année 1757». Approbations des 31 janv., 28 févr., 31 mars, 30 avril, 31 mai 1757. 472 p. Les planches sont de Gautier le fils, ou de Le Brun.

«Les souscriptions seront délivrées chez Pissot, quai de Conti, vis à vis la descente du Pont Neuf; chez Lambert, rue de la Comédie Françoise, chez Cailleau Quai des Augustins à l'image St André; et chez M. Toussaint rue du cimetière St André». On trouvera les livres antérieurs chez les mêmes libraires. On peut se procurer les «estampes séparément chez Monsieur Gautier fils, après la seconde barrière Saint-Jacques».

Prix, un an: 36 £ pour Paris, 43 £ 4 s. pour la province (4 £ le cahier si on ne souscrit pas).

Période C: Rozier, puis Rozier aidé par Mongez, puis Mongez seul.

– Edition in-12; juillet 1771–décembre 1772. Mensuel. 18 vol., 100 x 165. Devise: Inventa perficere non inglorium. Le prospectus est approuvé par Gardanne le 24 mai 1771 et le permis d'imprimer donné par Sartine le 26 mai. «Avec privilège du roi» (non reproduit). Approbations du 12 juillet, 23 août, 29 septembre, 26 octobre, 5 décembre 1771, du 29 juillet, 29 août 1772 (de Gardanne).

T. I: 268 p.; II: 267 p. + 4 pl.; III: 284 p. + 3 pl.; IV: 238 p. + 4 pl.; V: 238 p. + 2 pl.; VI: 227 p. Année 1772: I, première partie: 290 p. + 3 pl.; I [ou IV], partie seconde: 245 p. + 3 pl. + 1 tableau hors texte; la numérotation des tomes sur la page de titre dépend des exemplaires et les dates se lisent en signatures; 9e vol.: 312 p. + 2 pl.; 10e: 307 p. + 3 pl.; 11e: 283 p. + 3 pl.; 12e: 260 p. + 2 pl.; 13e: 275 p. + 3 pl.; 14e: 245 p. + 2 pl.; 15e: 243 p. + 2 pl.; 16e: 235 p.; 17e: 260 p. + 1 pl.; 18e: 226 p. Beaucoup de fautes de pagination; pour plus de détails voir McKie.

A Paris, chez Le Jai libraire rue Saint-Jacques, au-dessus de la rue des Mathurins, au Grand Corneille; puis (en 1772) chez Ruault, libraire, rue de la Harpe près de la rue Serpente.

«On s'abonne à Paris chez l'auteur, maison Didier, place de l'Estrapade, Bureau établi chez le marchand de fayence rue Saint-Honoré, maison Guislain». L'abonnement est de 30 £ pour Paris et de 36 £ pour la province.

– Edition in-4°: t. I à XXV; 1773-1784. Le nom de Mongez apparaît au Supplément du t. XIII, daté de 1778. Dimensions: 195 x 250. «Volumes de 10 à 11 feuilles in-4° enrichis de gravures en taille-douce», mensuel. «A la fin de chaque année 2 volumes de 60 à 70 feuilles», chaque volume ayant plus de 500 p. en moyenne, gravures signées de Billé-Fougeroux puis Sellier (il n'y en a pas dans chaque volume). 24 £ pour Paris, 30 £ pour la province... «Les Savants qui voudront faire insérer quelques articles dans ce journal sont priés de les adresser à l'auteur place et carré Sainte-Geneviève, au coin de la rue des Sept Voies». En 1781 et 1782, il y a eu un volume supplémentaire.

L'adresse est «A Paris, Hôtel de Thou, rue des Poitevins», puis dès le t. III, «Chez Ruault, Libraire, rue de la Harpe» (on annonce un privilège du Roi, absent). Le t. IX présente une autre impression, plus serrée; adresse: «A Paris, rue et Hôtel Serpente». A partir de ce tome le titre complet ne se trouve que sur la première page: pour les autres livraisons on met simplement «Journal de physique» car «jusqu'à ce jour on a perdu chaque mois deux feuilles d'impression, inutilement consacrées au titre».

Les approbations sont délivrées régulièrement à Rozier seul jusqu'au t. XVI, puis à Rozier et Mongez à partir du t. XVIII (janv. 1781), bien que Rozier ne s'en occupe plus (voir historique).

Période D: J.C. de La Métherie. Après avoir été un collaborateur comme les autres, il présente de très nombreux mémoires en 1785. Son nom apparaît sur la page de titre à partir du t. XXVIII (janv. 1786). Il écrit un «Discours préliminaire contenant un précis des nouvelles découvertes par M. de La Métherie, Auteur de ce Journal». Il garde exactement la même présentation que pour les volumes précédents, mais les volumes ont un peu moins de 500 p. en moyenne. En juillet 1788, l'adresse est «Au bureau du Journal de Physique, rue et Hôtel Serpente». En janvier 1789, l'adresse est la même, «et se trouve A Londres, chez Joseph de Bosse, Libraire, Gerard-Street, n° 7, Soho». (A partir de 1790 les Observations sont «dédiées à M. Charles Philippe Bourbon» et se trouvent toujours à Londres).

Les collaborateurs ont été très nombreux: outre les auteurs du journal déjà cités, Lalande, Sigaud de La Fond, Guyton de Morveau, Lord Kames, Monnet, d'Arcet, Rouelle, Cadet, de Dietrich, Beaumé, Parmentier, Berthollet, Chaptal, Coulomb, Macquer, Haüy, Adet, etc., jusqu'aux plus célèbres: Montgolfier et Lavoisier.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Le périodique de Gautier traite de tous les sujets et a une section appelée «Magasin philosophique», qui présente des articles critiques, des périodiques (voir à Observations physiques et Observations sur la peinture). En 1757 (début de la préface), Toussaint voulait faire connaître l'état des sciences en Europe, «en un mot on trouvera ici des Mémoires pour l'histoire du goût au dix-huitième siècle».

Surtout, depuis Rozier, le contenu annoncé, c'est-à-dire tout ce qui touche à l'histoire des sciences, est bien là en centaines de mémoires, lettres et réponses de correspondants, traductions de mémoires étrangers jugés intéressants. Les sections sont: «physique, chimie, médecine, histoire naturelle, arts», et aussi, en particulier du temps de Rozier seul, «agriculture, arts et métiers». Quelques nouvelles littéraires et jugements sur des périodiques. A la fin, la chimie devient prépondérante (24 + 30 articles en 1787); on est en plein dans la querelle du phlogistique que défend de La Métherie, puis de la nomenclature, ce qui va entraîner Lavoisier et ses adeptes à quitter le journal et à fonder les Annales de chimie.

Les tables sont dans chaque volume, tantôt au début, tantôt à la fin. Table des articles de 1773 à 1777 dans le t. X; de 1778 à 1786 dans le t. XXIX (p. 401-450); de 1787 à 1802 dans le t. LVI.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Plusieurs collections ont été consultées: Ars., 4° S 1883-1885 (Gautier, in-4°); 8° S 6470 (1-9)-6472 (Rozier, in-12); 4° S 1074 A; B.N., S 5696-5701 (Gautier, in-4°); S 21669-21674 (Gautier, in-12); S 5702-5706 (Toussaint); R 11837-11843 (Rozier, in-12); R 4500-4537 (fin 1789: Rozier, Mongez, de La Métherie, in-4°); R 4600-4604 (Rozier, in-4°); Centre A. Koyré au Museum pour l'Introduction et les tomes in-4° de Rozier et al.,I à XXXVII (1790).

Prospectus: B.N., Rp 13 934, pour la reprise par Toussaint (1757); S 16264 (8 p.) pour Rozier in-12. Factum Rozier, B.N., 4° Fm 28655.

Bibliographie

Des extraits ont paru sous le titre Observations sur la peinture (voir à ce titre). Il y a eu des contrefaçons si l'on en croit la plainte de l'abbé Rozier dans les «Avis essentiels» du t. IX: «10° MM. les Traducteurs et Contrefacteurs de ce Journal sont priés de faire parvenir un exemplaire de leur traduction ou contrefaçon à l'auteur et il leur paiera. Ce petit égard est bien dû pour la peine qu'il prend à leur fournir des matériaux».

Dans le vol. de juil.-déc. 1777, on peut lire que: 1) les volumes de 1774 ont été réimprimés pour les souscripteurs qui ne les avaient pas; 2) les 18 premiers volumes seront réimprimés en 2 vol. in-4° au même prix et à retirer en même temps que la souscription pour 1778. Page 508: la réimpression des 18 vol. in-12 en 2 vol. in-4° n'a été finie que le 28 novembre 1777 (l'approbation est du 19 janvier 1778), et les deux volumes ont pour titre Introduction aux Observations sur la physique, l'histoire naturelle. Ces deux tomes datés de 1777 contiennent 704 p. et 648 p.

Mémoires de Trévoux, févr. 1752, p. 337, pour l'édition de Gautier; oct. 1772, p. 88 pour Rozier in-12.La Gazette de santé est très élogieuse pour le périodique de Rozier (12 sept. 1776, 2 janv. 1778). – McKie D., «The Observations of the abbé François Rozier (1734-1793)», Annals of Science, vol. 13, juin 1957, p. 73-89 (n'étudie que l'édition in-12 de 1771-1772). – Idem,«The scientific periodical from 1665 to 1798», Philosophical Magazine, 1948, vol. 150, p. 122-132, en particulier p. 129-130.

Les articles de chimie ont fait l'objet de plusieurs articles de E.W.J. Neave dans les Annals of Science, 1950, vol. 6; 1951, vol. 7; 1952, vol. 8 sous le titre «Chemistry in Rozier's Journal», c'est-à-dire que l'auteur ne s'est intéressé qu'aux articles parus après 1771.

Historique

L'histoire de ce périodique est assez compliquée. Gautier Dagoty a rusé pour présenter divers ouvrages sous forme de périodiques (voir Observations physiques), puis il a obtenu un privilège (rappelons que le Journal des savants étant protégé par tous les moyens, justes ou injustes, le privilège pour un périodique qui traitait de matières voisines étant systématiquement refusé). D'après Toussaint, dans ses Avis, et aussi d'après Rozier («Mémoire pour le Sieur abbé Rozier, chevalier de l'église de Lyon [...], contre le Sieur Jacques Gautier Dagoty père, Anatomiste pensionné, défendeur et demandeur», 1778), ce privilège fut vendu à Toussaint le 16 septembre 1757 et ce premier privilège, délivré le 8 octobre 1751, fut renouvelé en 1757, 1763, 1769. Toussaint rétrocéda son privilège le 18 septembre 1758 (ce qui correspond à l'interruption du journal). Dans le Mémoire on peut lire (p. 5): «L'abbé Rozier n'a point demandé le privilège du sieur Dagoty, ni sous le titre ancien, ni sous le titre nouveau» et plus loin on apprend qu'il «a créé le Journal de Physique; il a demandé le privilège pour le Journal qu'il a créé, il l'a demandé sous le titre Observations sur la Physique, l'Histoire Naturelle et sur les Arts, et il méritait de l'obtenir». D'ailleurs Rozier accuse Dagoty de «n'avoir fait que des planches mais pas un journal». Ce reproche avait été formulé bien avant: en effet, on trouve dans l'exemplaire S 1885 de l'Ars. (1757), cette note manuscrite: «Dans ce volume Mr Toussaint se démarque et se déclare l'auteur de ces observations. Jusque-là il avait aidé en secret le Sr Gautier. Il ne reste plus à Mr Gautier que l'honneur des planches et cet honneur n'est pas bien grand» (voire..., car à l'heure actuelle ces planches colorées à l'aspect velouté font l'admiration des amateurs. Evidemment, pour des planches d'anatomie, de botanique, ou de zoologie, elles sont bien moins précises que certaines planches gravées classiques).

Dagoty, pour avoir un titre, avait envoyé son périodique à l'Académie de Dijon qui s'était empressée de l'agréger. Rozier, lui, appartenait au moins à quinze sociétés savantes (dont la société de philosophie de Philadelphie), tant en France qu'à l'étranger. Son périodique a obtenu un succès certain, bien qu'on ne trouve aucun renseignement sur le tirage, mais le fait qu'on l'ait pressé d'éditer son journal in-4°, qu'il y ait eu assez de souscripteurs pour faire imprimer in-4° l'édition in-12 est une preuve de sa diffusion. D'après Dugourd, le journal eut jusqu'à 1500 souscripteurs. Il se plaint en juillet 1777 d'être «seul contre tous» et prévient qu'il ne peut répondre à toutes les lettres. Il a dû se faire aider assez vite par son neveu, l'abbé Mongez, qui prend seul la direction du journal en 1780, Rozier ayant quitté Paris (voir D.P. 2). A.J. Dugourd dans sa notice sur Rozier (Cours complet d'agriculture, X, xvj, 1800), précise que «l'abbé Mongez rédigea le Journal de physique depuis 1780 jusqu'en 1785, époque de son départ avec Lapérouse. Il confia le journal au citoyen Lamétherie, savant aussi modeste que profond qui le continue toujours sur le même plan et avec le même succès» (p. ix). Ce renseignement est confirmé par Delamétherie dans un «Rapport sur le progrès des connaissances humaines pendant l'année 1810» qu'il fit dans le Journal de physique, de chimie, d'histoire naturelle et des arts, en janvier 1817: «Ce journal dont je suis propriétaire et que je rédige depuis 1785».

Ce périodique permet de suivre comment on est passé dans les années cinquante d'un journal à prétention scientifique, mais assez fourre-tout, à un véritable périodique spécialisé qui, comme l'avait voulu l'abbé Rozier, était le complément de la Collection académique et qui tendait – et souvent y parvenait – à être aussi sérieux que les publications de l'Académie des sciences.

Titre indexé

OBSERVATIONS SUR L'HISTOIRE NATURELLE, SUR LA PHYSIQUE ET SUR LA PEINTURE

Date indexée

1752
1753
1754
1755
1756
1757
1758
1759
1760
1761
1762
1763
1764
1765
1766
1767
1768
1769
1770
1771
1772
1773
1774
1775
1776
1777
1778
1779
1780
1781
1782
1783
1784
1785
1786
1787
1788
1789
1790
1791
1792
1793

OBSERVATIONS PHYSIQUES *

1088
1750
1753

Titre(s)

Observations physiques dédiées au Roy. «Par M. Gauthier, de l'Académie des Sciences et Belles-Lettres de Dijon, et Pensionnaire de Sa Majesté».

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

4 volumes ; t. I : année 1750 ; t. II pour 1751 ; t. III pour 1752 (2e édition datée de 1753) ; à la fin de la première partie du t. III, on lit «janvier 1752» (p. 120) puis «février 1752» (p. 240) ; à la fin de la 2e partie : «Cet ouvrage périodique (in-12) est extrait des Observations annuelles de M. Gautier sur l'Histoire Naturelle» ; «mars 1752» (p. 378) ; t. IV, p. 120, «may 1753», p. 240, «mars [sic] 1753», puis même faux titre que dans les Observations sur la peinture, mais daté de février de l'année 1754 ; pourtant à la fin on lit : «Fin de la Table et du Quatrième volume des Observations physiques de 1753».

Privilège, t. II, p. 299 (pour la Chroa-génésie) du 23 octobre 1750. Approbation de Clairaut du 18 décembre 1750.

Mensuel, en fait, pas de périodicité, puisque ce sont des rééditions camouflées ou des extraits d'un autre périodique. Tous ces volumes sont de 1753, mais présentés comme étant de 1750, 1751, 2e éd.

Description de la collection

T. I : 560 p. + errata, censé contenir «le système de l'Impulsion, et la cause physique des Couleurs et de tous les phénomènes», en fait c'est la Chroa-génésie ou génération des couleurs contre le Système de Newton avec la même Epître dédicatoire et la même impression (voir B.N., V 23829) mais les 3 planches sont p. 468 et non à la fin du volume ; t. II : «Année 1751 contenant la génération des couleurs, ou la Chroa-génésie» ; 322 p., en fait le t. II de la Chroa-génésie + 64 p. de «Supplément contenant des < Expériences >» ; t. III, 384 p., «contenant le Sentiment et la Critique de divers Philosophes» (en XVII Observations) ; t. IV, 354 p., «Contenant la Cause et les Phénomènes de l'Electricité ; ou des Particules innées» (en VIII Observations) ; t. III et IV sont en trois parties.

Cahiers de 12 p. in-12, 95 x 165.

Planches : t. I, 3 planches ; t. II, 8 + 1 planche ; t. III, 3 (p. 240) + une (arrachée dans l'ex. de la B.N.). Aucune planche dans le t. IV.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

A Paris. Chez Jorry, quai des Augustins près le pont Saint-Michel aux Cigognes. Chez Delaguette, rue Saint-Jacques.

T. IV : chez Delaguette, imprimeur, rue Saint-Jacques, à l'Olivier.

Souscription annuelle chez l'auteur. La livraison valait 15 s.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Gautier DAGOTY (ou d'Agoty). Voir D.P. 2.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Les titres donnés plus haut indiquent le contenu annoncé. Les sujets abordés sont très divers et sont tirés des volumes in-4° mais ils ont eu ainsi une diffusion supplémentaire. Polémiques nombreuses contre l'abbé Brancas (son système du monde), Newton (son système de couleurs), Castel (pour la même raison), etc. Parle des tourbillons de Descartes, des expériences de Nollet, Franklin. Règle ses différends avec d'autres journalistes et aussi avec les «matérialistes» qui sont des fanatiques. Voici un exemple de «raisonnement» de Gautier : «Y a-t-il quelque dogme établi dans les Religions qui reconnaissent un Dieu qui ordonne l'assassin, le vol, le viol ou toutes autres sortes de crime [...] La religion de Jésus Christ commande-t-il [sic] en quelque endroit de nuire à son prochain et de tremper ses mains dans le sang ? Ces fanatiques, je le répète, ne sont donc que des matérialistes» (t. IV, p. 315-316).

Au début du t. I et du t. II : 12 p. de table ; 6 p. de table, fin du t. III ; 4 p. fin du t. IV.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., V 23831-23834.

Bibliographie

Bibliothèque raisonnée, juil.-sept. 1750, et Mémoires de Trévoux pour la Chroa-génésie, soit les t. I et II.

Le libraire dans ses avant-propos est visiblement gêné d'éditer la même chose sous une page de titre différente, mais reconnaît que Gautier est un «philosophe infatigable». Voir la notice sur les Observations sur l'histoire naturelle, sur la physique, et sur la peinture.

Titre indexé

OBSERVATIONS PHYSIQUES *

Date indexée

1750
1751
1752
1753

NOUVELLES SUR LES SCIENCES

1060
1665
1666

Titre(s)

Nouvelles sur les Sciences, pour mercredy 18 novembre M.DC.LXV, Par D.E.D.

Le dernier numéro porte le titre : Recueil des nouvelles sur les Sciences.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

18 novembre 1665–3 mars 1666. «Avec privilège du roi» (absent). Annonce un hebdomadaire. S'interrompt pendant les fêtes, puis deuxième interruption, annonce un texte plus ample tous les mois dans le n° 10 (dernier connu).

Dix numéros datés, 18, 25 novembre, 2, 9, 16 décembre 1665, 13, 20, 27 janvier, 3 février, 3 mars 1666.

Description de la collection

Un numéro contient 8 p., format in-4°, de 4 p. par cahier, à chaque cahier en signature, à partir du 25 nov. : nouv. 2, etc. ; 160 x 220. Il ne manque pas de numéros, jusqu'au 10.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

«Paris, dans la rue S. Jacques, chez Pierre De Bats vis à vis la petite porte S. Severin, Au Palais chez René Guignard au premier pilier de la Grand'Salle, au Sacrifice d'Abel. Sur le Quay des Augustins, chez Philippe d'Arbisse, vis à vis de la Fontaine».

A partir du n° 8, chez R. Guignard seulement. Ces renseignements figurent p. 8 de chaque livraison.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

L'auteur «a eu le dessein depuis longtemps», mais les occupations «l'ont obligé depuis quelque année, de ne le mettre à effet qu'à la fin de celle-cy» (Avertissement).

Rien jusqu'ici ne permet de dire quel est ce D.E.D. La seule trace rencontrée se trouve dans une lettre de G. Patin du 13 novembre 1665 (Lettres choisies de feu M. Guy Patin, La Haye 1707, t. III, p. 112) : «Monsieur, Voici une nouvelle nouveauté. Un honnête homme m'a apporté ce matin en présent de l'auteur qu'il ne m'a pas encore osé nommer, deux demi-feuilles de papier imprimé sous le titre, Nouvelles sur les sciences pour mercredi 18 novembre 1665. Par D.E.D. Avec privilège du Roy».

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

L'auteur veut qu'on ne confonde pas son ouvrage «avec celui des Conférences que l'on faisoit au Bureau d'Adresse moins encore aveque le Denombrement, et la Censure des Auteurs nouvellement imprimés» (Avertissement, 18 nov., p. 1). Son dessein est de «butiner» (2e Avertissement, 2 déc, p. 8).

Contenu réel : jugements sur des livres dont les titres ne sont pas donnés avec précision, «sur les comètes», le lait, «la raison figurée des chiffres», l'«état où les sciences étoient anciennement et aujourd'huy», la monnaie des anciens Grecs, etc.

Auteurs cités ou étudiés : Francis Bacon, Hippocrate, Mahomet, Pythagore, H. Etienne (droit civil), Descartes (pour son «je pense donc je suis»), F. Sanchès.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., 4° R 1125 (1). Dans le n° 10, l'auteur demande qu'on avertisse les libraires des «Expériences, des Livres, et généralement des choses propres au titre de ce Recueil».

Pas d'autre collection repérée.

Titre indexé

NOUVELLES SUR LES SCIENCES

Date indexée

1665
1666

MÉMOIRES DE PHYSIQUE PURE *

0888
1754

Titre(s)

Mémoires de physique pure, sans mathématiques, de toutes les Académies de sciences, rassemblés en un seul Corps, et rangés selon l'ordre de leur publication.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Début 1754-(?). Un volume connu. Tome premier, pour les années 1665, 1666, 1667. On annonce trois volumes par an pour la physique et l'on espère bientôt arriver à 1754.

Epître dédicatoire «A Son Altesse Sérenissime Monseigneur le comte de Clermont».

Description de la collection

Un vol. de 248 p. contenant en outre un Avertissement (vi-xii), la table des mémoires, xiii-xvi.

Cahiers de 8 p. in-4°, 185 x 243.

25 planches hors texte de formats divers (la table de comparaison des thermomètres a été imprimée à Paris en 1751). Instruments ou planches d'histoire naturelle (certaines sont très belles).

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

A Lausanne, chez Antoine Chapuis.

Le volume est au prix de 9 £ de France pour ceux qui n'ont pas souscrit. La souscription pour le second jusqu'à sa publication «qui sera au 1 de mai» est de 6 £.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

On annonçait dans le prospectus (non retrouvé) des mémoires latins: «On les a fait traduire car il y avait fort peu de souscrivants». Titres des sciences prévues: «1. Agriculture et OEconomie rustique. 2. Anatomie. 3. Architecture. 4. Arts. 5. Astronomie, Physique géométrique, Histoire du Ciel. 6. Botanique. 7. Chymie, Pharmacie. 8. Chirurgie. 9. Geographie et Chronologie. 10. Histoire naturelle des Animaux. 11. Hydrographie et Navigation. 12. Mathématiques pures. 13. Méchanique. 14. Médecine. 15. Minéralogie. 16. Miscellanea. 17. Musique. 18. Optique et Gnomonique. 19. Physique. 20. Physico-mathématique».

Contenu réel: résumés de mémoires tirés des Transactions philosophiques (6 rubriques pour 1665, 29 pour 1666, 12 pour 1667). Mémoires de l'Académie del Cimento [Florence]: 6 rubriques.

En appendice, des «pièces curieuses» tirées de journaux d'Allemagne et d'Italie (sur le miroir ardent, les pétrifications, les dents de cerf) qui datent, elles, de 1750-1751.

Nombreuses descriptions d'expériences ou d'observations (congélation artificielle, arc-en-ciel, description du corail, etc.).

Vingt-quatre auteurs de mémoires, dont les principaux sont: Boyle (6 mémoires), Homberg (4), Murray (3), Hooke, Huygens, Wallis (1 chacun).

Table des matières et des auteurs de mémoires à la fin du volume (p. 241-248).

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Ars., 4° S 1072: «Du cabinet de Mr le baron d'Heiss, exemplaire à relier.»

Titre indexé

MÉMOIRES DE PHYSIQUE PURE *

Date indexée

1754

MÉMOIRES DE L'ACADÉMIE DE TURIN *

0878
1759
après 1789

Titre(s)

Miscellanea philosophico mathematica societatis privatae taurensis Tomus primus, puis Mélanges de philosophie et de mathématiques de la Société Royale de Turin (avec Miscellanea taurinensia en faux titre), puis Mémoires de l'Académie (Royale) des Sciences, puis Impériale, puis titre en italien...

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Pour la période qui nous occupe, la collection comprend 9 volumes, les 5 premiers intitulés Mélanges..., les autres, Mémoires...

Les Mélanges sont soumis à la censure ecclésiastique de la Grande Chancellerie et portent ensuite l'inscription «Se ne permette la stampa». Les Mémoires portent à la fin du volume un permis d'imprimer signé du président de l'Académie (de Saluces puis Morozzo).

Les volumes sont datés 1759, 1762, 1766, 1770, 1774, 1786, 1788, 1791 mais ce sont les dates des mémoires qui font foi.

Description de la collection

Un volume contient les mémoires d'une ou de plusieurs années ou peut n'être qu'une «partie».

T. I: 1759, 146 + X + 146 p.; malgré son titre, contient 5 mémoires en français, 1 planche. T. II: pour les années 1760-1761, 344 + 106 p.; 8 mémoires en latin, 10 en français; 7 planches dont une carte du Pô. T. III: pour les années 1762-1765, 396 p., 6 mémoires en latin, 10 en français, 6 planches à la fin. T. IV: pour les années 1766-1769, 345 p. + 3 errata; 4 planches. T. V: pour les années 1770-1773, séparé en «classe philosophique» (en fait chimie et histoire naturelle) et «classe mathématique»; 264 p. + 3 p. errata; 5 planches. T. VI (ou I des Mémoires): pour les années 1784-1785, première partie: lvi + 497 p.; 7 planches dont une de 500 x 575, carte topographique et minéralogique des Etats du roi. T. VII, seconde partie: 454 p. + 159 p.; 1 planche + 3 tableaux. T. VIII: pour les années 1786-1787, 657 p. + 14 p., un mémoire en latin, 12 planches + 1 table. T. IX: pour les années 1788-1789, clx + 453 p. + 164 p.; 13 planches + 5 tables h.t.

Format in-4°, cahiers plus ou moins rognés, dimensions moyennes, 165 x 230 pour les Mélanges, 200 x 260 pour les Mémoires.

Une belle vignette sur la page de titre des Mélanges qui sont ornés de très beaux culs-de-lampe. Vignette en forme d'avers et de revers d'une médaille représentant Victor Amédée avec la devise Verita et utilitas sur la page de titre des Mémoires.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

«Augustus taurinorum, Ex typographia Regia» (t. I). A Turin, De l'Imprimerie royale. A partir du t. VI: chez Jean-Michel Briolo, imprimeur-libraire de l'Académie.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Pour les principaux auteurs de mémoires, voir section 6.

Le directeur de l'impression des Ouvrages académiques et des correspondances est M. l'avocat Boccardi. C'est l'abbé de Caluso qui a écrit l'histoire qui figure au début du t. I des Mémoires. M. le comte Balbe, secrétaire-adjoint, fut chargé du mémoire historique qui figure au t. IX.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Outre un mémoire historique, le règlement de la Société royale et la liste des officiers, les volumes contiennent essentiellement des mémoires. Ils regroupent les scientifiques les plus prestigieux de l'époque: La Grange (15 mémoires), Euler, qui écrit tantôt en latin (6), tantôt en français, Condorcet (6, non publiés ailleurs), Monnet (3), Haller, qui écrit en latin (3); Laplace (2), d'Alembert (2), Macquer (2), Berthollet (1). D'autres noms peut-être moins connus: Senebier, Dr Bonvoisin, Fontana, l'abbé Cigna, etc. Les «correspondants» sont publiés à part: parmi eux, Bernoulli, Monge, Berthollet, Lalande, de Saussure.

Au début de chaque volume on trouve une table de 2 à 4 p. des Mémoires. Un index de 6 p. (non paginées) à la fin du t. V. Enfin une table générale Repertorio bibliografico delle publicazioni della Accademia delle Scienze di Torino, 1883, donne tous les titres (il est à noter que l'usage de la langue italienne apparaît en l'an X-XI et qu'il y a encore un article en français en 1880).

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., R 5627-5635; table: R 5668.

Historique

«Un goût décidé pour la physique et les mathématiques avoit lié trois personnes [...] M. le comte de Saluées, Mr Louis de la Grange et Mr Jean-François Cigna. Vers le milieu de 1757 ils s'assemblèrent chez le premier à conférer et faire des expériences: Mr Cigna tenait la plume». En 1759, sous les auspices du roi Victor Amédée ils purent publier leur premier volume. Haller et Euler s'étaient joints à la société puis 3 nouveaux associés et, de fil en aiguille, il se créa une académie et les publications de cette académie. L'«Histoire», contenue au début du t. VI donne aussi un compte rendu des cinq premiers volumes.

Dans le second mémoire historique on trouve les rubriques classiques: changements survenus dans l'Académie, séances mémorables, les objets principaux dont elle s'est occupée et le Tableau de l'Académie fin 1789. L'histoire a continué...

Titre indexé

MÉMOIRES DE L'ACADÉMIE DE TURIN *

Date indexée

1759
1760
1761
1762
1763
1764
1765
1766
1767
1768
1769
1770
1771
1772
1773
1774
1775
1776
1777
1778
1779
1780
1781
1782
1783
1784
1785
1786
1787
1788
1789

MÉMOIRES DE L'ACADÉMIE ROYALE DE MARINE *

0877
1773

Titre(s)

Mémoires de l'Académie Royale de Marine.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Un seul volume publié en 1773. Privilège du roi du 13 décembre 1769 signé de Le Bègue, registre le 30 janvier 1770 par Babuty.

Description de la collection

Tome premier: Préface de XX p. + 440 p. + une table de 2 p. non paginées; cahiers de 8 p., format in-4°, 200 x 265.

Un bandeau orné d'une mappemonde, d'anges et de lys, p. 1 (après la Préface). Planches.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

A Brest, chez R. Malassis, imprimeur ordinaire du Roi et de la Marine.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Ce volume est lié à l'histoire de l'Académie de marine, fondée officiellement en 1752 (mais des réunions avaient eu lieu avant). Elle avait 75 membres, presque tous officiers de marine ou attachés à celle-ci, et quelques membres honoraires choisis pour leur notoriété scientifique. Foyer de culture savante, en liaison avec les constructeurs de navires et protégé par le ministre Rouillé. Les réunions s'interrompirent pendant la guerre de Sept ans, et recommencèrent en 1769, grâce à Praslin, frère du duc de Choiseul.

Contenu: le règlement établi par l'Académie le 24 avril 1769; les projets pour un Dictionnaire de la marine, qui ne fut jamais publié et dont il reste peu de traces. Plusieurs mémoires de mathématiques (résolution d'une équation du 5e degré; équations différentielles, de la géométrie); de l'astronomie avec des observations faites en Chine, le passage de Vénus et l'éclipsé du soleil qui suivit; de la géographie; corrections et additions à la carte réduite de l'océan oriental, observations à Madagascar. Plus typiques des travaux de l'Académie: nouvelles pièces d'artillerie marine et appareil à tirer un vaisseau à terre, effets des aiguilles aimantées et variations de l'intensité magnétique.

Les auteurs principaux sont de Margerie, le comte de Roquefeuil, Duval-Leroy, Blondeau, etc.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., V 9801. Archives historiques de la Marine (à Vincennes): 46 volumes (manuscrits) concernent l'Académie, 16 volumes de mémoires. Les archives de 1752 à 1765 ont disparu.

Bibliographie

D. Roche, Le Siècle des Lumières en province: académies et académiciens provinciaux, Mouton, 1978, en particulier t. II, p. 246; et les Actes du colloque «l'Encyclopédie et la mer», Champion, 1987: la section II est consacrée à l'Académie, en particulier les articles de Jean Boudriot, «Académie de Marine. Mémoires sur l'architecture navale et l'artillerie», p. 147-156 et Adrien Carré, «L'hygiène navale, préoccupation essentielle de l'Académie de Marine», p. 157-173.

Titre indexé

MÉMOIRES DE L'ACADÉMIE ROYALE DE MARINE *

Date indexée

1773

MÉMOIRES DE L'ACADÉMIE ROYALE DE BERLIN *

0875
1745
1769

Titre(s)

Histoire de l'Académie Royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, Année 1745, avec les Mémoires pour la même année, tirés des registres de cette Académie.

Ce titre se simplifie les années suivantes: Histoire et Mémoires de l'Académie de Berlin.

Devient: Nouveaux mémoires de l'Académie Royale des Sciences et Belles-Lettres (1770-1786) (voir ce titre); puis Mémoires de l'Académie Royale des Sciences et Belles-Lettres depuis l'avènement de Frédéric Guillaume II (août 1786-1804), mais existe en allemand de 1788 à 1803, puis les Abhandlungen... vont jusqu'en 1870, etc.

Continuation de: Miscellanea berolinensia ad incrementum scientiarum, ex scriptis societatis regiae scientiarum exhibitis edita (1710-1744).

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

De 1746 (pour 1745) à 1771 pour 1769 (t. XXV); + 17 volumes sans indication de tomaison pour les années 1770 à 1786, + 2 vol. de août 1786 à 1789, publiés en 1792 et 1793.

«Permis d'imprimer P.L. Moreau de Maupertuis, Président» jusqu'au t. XII, puis «Imprimé par ordre de l'Académie».

Périodique annuel. Les volumes sont publiés en général deux ans après la lecture des Mémoires, à raison d'un volume par année. Interruption pendant la guerre de Sept Ans (1758 est publié en 1765, 1759 en 1766, etc.). Le retard est comblé au t. XX (1764 publié en 1766), etc. L'année 1763 paraît en 1770 (t. XIX), la même année que le t. XXIV (pour les mémoires de 1768). Nouveau retard après la mort de Frédéric II. Le premier volume sous Frédéric-Guillaume II paraît en 1792 et couvre la période de «août 1786 jusqu'à la fin de 1787». Le 44e vol. couvre les années 1788 et 1789, alors que le 42e, publié en 1788, contient l'Histoire et les Mémoires «jusqu'au 17 août 1786, époque de la mort de Frédéric II».

Description de la collection

La partie Histoire est courte dans le t. I et absente jusqu'au t. XXV: Formey publie différents discours à la gloire de Frédéric II au cours des volumes à plusieurs reprises. A partir des Nouveaux Mémoires, la publication est divisée en deux parties: l'Histoire et les Mémoires avec une pagination séparée.

Après le t. I qui détaillait les matières, les Mémoires sont présentés en quatre parties: classe de philosophie expérimentale; classe de mathématiques; classe de philosophie spéculative; classe des Belles-Lettres (généralement la plus succincte).

Après un premier volume de 203 p., les volumes suivants ont de 470 à 500 p. Le t. VII a deux parties (356 p. + 154 p.). Les Nouveaux Mémoires atteignent 600 p. et plus (50 en moyenne pour l'Histoire). Le 43e vol. contient 64 + 684 p.; le 44e: 50 + 586 p.

Au lieu de l'indication de tomaison sur la page de titre, à partir du 26e vol., on lit à chaque cahier en signature «Hist.» ou «Nouv. Mém.» suivis de l'année: 1770, etc.

La table des matières de 2 à 4 p. est tantôt au début, tantôt à la fin, tantôt entre l'Histoire et les Mémoires; elle n'est pas paginée le plus souvent.

Cahiers de 8 p., 170 x 215, puis 200 x 255 à partir du 26e vol. Format in-4°. Page de titre en rouge et noir.

Vignette rectangulaire représentant des canons, et des boulets, un aigle, des drapeaux et des instruments de géométrie. A partir du vol. XXVI: ornement circulaire contenant la devise: Cognata ad sidera tendit entourant un aigle en vol, cercle entouré de rameaux de lauriers.

Plusieurs planches par volume (jusqu'à 10 parfois), surtout des planches de figures pour les mémoires de mathématiques.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

A Berlin, chez Amboise Haude, libraire de la Cour et de l'Académie royale (t. I), puis chez Haude et Spener (mêmes titres), puis (vol. 26-42) chez Chrétien Frédéric Voss.

Imprimé chez Jean Godof. Michaelis, puis à partir du 32e vol. chez George Jacques Decker, imprimeur du Roi (le changement d'imprimeur a entraîné un retard, il y a 2 vol. datés de 1779, l'un pour 1776, l'autre pour 1777), enfin sous Frédéric-Guillaume: imprimé chez George Jacques Decker et fils.

Prix à la fin du 37e vol.: 2 Risd. 16 Gr. d'Allemagne ou 10 £ de France. Cette indication est ensuite portée sur la page de titre mais est grattée sur le 38e vol. puis recouverte d'une bande de papier collée sur les volumes suivants. Sous la bande de papier, on peut lire pour les 42e et 43e vol.: 3 Risd. d'Allemagne ou 12 £ de France.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

C'est FORMEY, nommé historiographe de l'Académie en 1745, qui rédige l'Epître dédicatoire à Frédéric II et la partie Histoire ainsi que la plupart des Eloges. Il devient secrétaire perpétuel de l'Académie en 1748. C'est lui qui commence à publier les mémoires en français, bien que certains, surtout dans les premiers volumes, soient encore traduits du latin (ou, pour la chimie, surtout ceux de Marggrat, traduits de l'allemand).

Cette partie Histoire tient beaucoup de place dans les Nouveaux Mémoires, et contient des renseignements sur la vie académique, les Eloges (dont la liste est fournie dans la Table), qui étaient au début rangés dans la classe des Belles-Lettres. Elle contient aussi la liste des «ouvrages imprimés ou manuscrits, machines et inventions présentés à l'Académie pendant le cours de l'année».

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Les mémoires qui prédominent, au moins jusqu'au 35e vol., sont les mémoires de mathématiques et tout particulièrement ceux d'Euler (121 mémoires ou comptes rendus avant son départ pour Saint-Pétersbourg), mais aussi de d'Alembert (17), Lambert (51), J.A. Euler (17), Jean Bernoulli (42, pas tous de mathématiques), Koenig, Cramer, et après 1766, Lagrange (63). On range dans cette classe, mais pas toujours, les travaux d'astronomie (Cassini de Thury et Lalande, 3 mémoires) et certains mémoires de Béguelin. Ce dernier est très actif et, partir de 1769, fournit des observations météorologiques qui deviennent de plus en plus précises et donnent lieu des tables très intéressantes (Euler envoie des renseignements de Pétersbourg). Notons aussi l'arrivée du calcul des probabilités dans les questions morales avec Prévost et Lhuilier (6 mémoires). La classe de philosophie expérimentale est surtout présente par les mémoires de chimie de Marggraf, Gleditsch, Gerhard, mais contient aussi des travaux de botanique, de zoologie et de géologie (Eller, Pott). Achard a écrit un peu dans tous les domaines (77 mémoires). Il y a aussi un certain nombre de mémoires de médecine (maladies curieuses, monstres, observations de chirurgie, etc.). La classe de philosophie spéculative présente les travaux de métaphysique (Formey, D. Bernoulli, Mérian, de Prémontval, Ségondat) et d'esthétique (Sulzer). Les Belles-Lettres présentent des pièces diverses, dont les Eloges dans les premiers volumes (ceux de La Mettrie, de Maupertuis, de Prémontval, etc.), les discours de réception (Thiébault, Toussaint). Cette classe est finalement assez mal représentée (Maupertuis y écrit très peu) et publie souvent des écrits de circonstance, à côté de mémoires divers (De Catt, Bitaubé, dom Pernety, l'abbé Dennina). Hertzberg y tient à la fin une place prépondérante.

On trouve, dans l'Histoire, des listes de membres de l'Académie, et dans les Mémoires des lettres ou extraits de lettres de savants (d'Alembert, Leibniz, etc.).

Table: Verzeichniss der Abhandlungen der Königlich Preussischen Akademie der Wissenschaften von 1710-1870 (Berlin, 1871), qui donne la liste des Eloges, puis, par ordre alphabétique des auteurs, les titres des différents mémoires parus avec leur date (celle où ils ont été «lus»).

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Collection de la B.N. (quelques pages de titre manquent), R 5450. La table: R 5451. La réédition (1768) in-4°: R 5466-5467; in-12: R 15218-15224; réédition dans la Collection académique, partie étrangère, qui reproduit les deux vol. in-4° précédents (même page de titre et même date): R 5609-5610. Les 3 vol. in-12 suivants: Bibliothèque Ecole de médecine, 134107.

Bibliographie

Sous le titre Mémoires de l'Académie Royale de Prusse concernant l'anatomie; la physiologie; la physique; l'histoire naturelle; la botanique; la minéralogique, etc. Avec un choix des Mémoires de Chimie et de Philosophie spéculative; des discours et des Appendix où l'on indique les nouvelles découvertes avec un grand nombre de planches en taille-douce, M. Paul [François], publia deux vol. in-4° en 1768, ou 7 vol. in-12 avec sensiblement le même contenu, à Avignon, chez Jean Joseph Niel. Ces volumes contiennent une première partie avec des résumés de mémoires (de 1753 à 1760), et des notes renvoyant à d'autres périodiques ou même à des articles de l'Encyclopédie, puis le texte de certains mémoires (mais aucun mémoire de mathématique ou de physique dans lequel il y aurait des calculs...), un «Appendix», avec des mémoires, des renseignements bibliographiques, etc. et une table. Le prospectus de 30 p. au début, daté de 1769, annonce un prix de 21 £ pour l'in-4° et 15 £ pour l'in-12. 3 vol. in-12 présentent de la même façon les mémoires de 1760 à 1769 (1770, 1774), publiés à Paris, Hôtel de Thou, rue des Poitevins, eux aussi avec planches.

Voir Adolf Harnack, Geschichte der Königlichen Preussischen Akademie der Wissenschaften zu Berlin (3 tomes en 4 vol., Berlin, 1900-1901, en particulier le t. I).

Titre indexé

MÉMOIRES DE L'ACADÉMIE ROYALE DE BERLIN *

Date indexée

1745
1746
1747
1748
1749
1750
1751
1752
1753
1754
1755
1756
1757
1758
1759
1760
1761
1762
1763
1764
1765
1766
1767
1768
1769