SUPPLÉMENT AUX JOURNAUX DES SAVANTS

1239
1758

Titre(s)

Supplément aux journaux des sçavans et de Trévoux.

Titre modifié en: Supplément aux journaux des sçavans et de Trévoux ou lettres critiques sur les divers Ouvrages périodiques de France.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Janvier–décembre 1758. Mensuel. Un volume de 346 p.

Description de la collection

Composition du volume: ajouté au vol. XL (déc. 1758) du Journal des Savans combiné avec les Mémoires de Trévoux.

Livraisons de 36 p. environ, in-12.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

«Michel Rey, Amsterdam».

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Selon E. Hatin (B.H.C., p. 32), les auteurs auraient été: Alexandre DELEYRE (1726-1797), écrivain et journaliste, collaborateur au Journal encyclopédique et au Journal étranger, ami de Diderot, admirateur de Rousseau, auteur de l'article «fanatisme» dans l'Encyclopédie (D.P. 2), et Jean-Baptiste-Antoine SUARD (1732-1817), académicien, beau-frère du libraire Panckoucke, collaborateur du Journal étranger.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Le premier numéro est livré gratuitement. Ensuite le lecteur pourra s'abonner au journal moyennant la somme de 3 £ pour l'année.

Une seule rubrique intitulée «Sur les divers ouvrages périodiques de France», sous la forme d'une ou de deux lettres datées du 1er et 15e du mois. Le tout se compose d'attaques virulentes contre le Journal des savants, L'Année littéraire (Fréron), le Journal étranger, de critiques des comptes rendus de ces journaux, de comptes rendus indépendants d'ouvrages récemment parus, résumés de romans ou pièces de théâtre. L'auteur était évidemment du parti philosophique. Il est souvent très sarcastique, polémique: il s'agit peut-être de Deleyre; d'autres articles semblent moins corrosifs et pourraient être attribués à Suard.

Principaux centres d'intérêt: la presse littéraire périodique, le théâtre, le roman, l'histoire.

Principaux auteurs étudiés: Montesquieu (Esprit des lois), Diderot (Le Père de famille et l'Epître dédicatoire de cette pièce), J.-J. Rousseau (Discours sur l'inégalité); Marmontel (compte rendu sur Grandisson de Richardson); Piron et sa poésie, l'abbé de Saint-Pierre, La Beaumelle (Mémoires de Mme de Maintenon), opposé à Voltaire, le premier comme bel esprit, l'autre comme génie, Ercilla (Araucana), Lemierre (Hypermnestre), Helvétius (De l'esprit).

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Ars. 8° H 26309 (216).

Bibliographie

B.H.C. Voir également la notice du Journal des savants, ci-dessus.

Auteur

Titre indexé

SUPPLÉMENT AUX JOURNAUX DES SAVANTS

Date indexée

1758

SUPPLÉMENT AU JOURNAL GÉNÉRAL DE FRANCE

1237
1787
1790

Titre(s)

Supplément au Journal général de France.

Janvier 1790: Supplément au Journal général de France, partie d'agriculture et d'économie rurale à l'usage des propriétaires fermiers, cultivateurs et habitans des campagnes.

12 mai 1790: Feuille d'agriculture et d'économie rurale à l'usage des propriétaires, fermiers, cultivateurs et habitans des campagnes.

Après le 29 septembre 1790: Feuille des cultivateurs par Dubois de Jancigny et Broussonet, secrétaire perpétuel de la Société royale d'agriculture.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

1787–29 septembre 1790. Un volume, pour 1787-1789, rassemble des livraisons bimensuelles; on commence à dater les feuilles à partir du 15 janvier 1788. Après janvier 1790, livraisons hebdomadaires. 

Description de la collection

Volumes par année: 1787, 96 p.; 1788: 100 p.; 1789: 100 p.; 1790: 155 p.Cahiers de 2 p. in-4°; vol. de 451 p.   

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

«Bureau des affiches, rue Neuve St. Augustin, Paris».     

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

SUTIÈRES-SARCEY, «ancien capitaine du régiment de Bretagne infanterie et gentilhomme servant du Roi». Auteur de divers ouvrages sur l'agriculture. A partir du 12 mai 1790 (n° 19) Jean-Baptiste DUBOIS DE JANCIGNY (1753-1808) se chargea seul de la publication du journal. C'était un savant et auteur de plusieurs ouvrages littéraires, politiques, d'agriculture et de commerce. Il devint préfet sous l'Empire.         

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Préface: l'auteur veut encourager les paysans à lire des livres sur l'agriculture. S-S. dit qu'il a travaillé comme laboureur et comme tel a voyagé onze ans en France et à l'étranger pour étudier et essayer différentes méthodes d'agriculture. Il a aussi inventé des outils perfectionnés (charrue, herse, etc.). Il a choisi la forme de la lettre à un ami parce qu'elle est plus facile à lire et permet plus de négligence. Celles-ci sont destinées à être reliées en volumes pour constituer un ouvrage technique. Il traitera des prés naturels, des prairies, des bestiaux, de la qualité des terres, des cultures, des engrais, des vignes et des saisons. Il y mettra aussi de ses recettes. Dans une autre préface, en 1790, son successeur annonce l'insertion des décrets de l'Assemblée nationale sur l'agriculture.Comme son titre l'indique, ce journal d'agriculture est un supplément au Journal général de France. En janvier 1790 il devient indépendant. D'abord chaque lettre est suivie d'une réponse ou de «Variétés». A partir de janvier 1788, on ajoute des comptes rendus sur des livres nouveaux français ou étrangers. 

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., 4° Lc2 69, S 4625.

Historique

On trouve dans l'Introduction à la Feuille du cultivateur,2e éd. (An III), par C. Dubois [de Jancigny], un historique du journal qu'il avait pris en main en 1788: «Depuis long-tems plusieurs souscripteurs de la Feuille du Cultivateur voulaient se procurer la totalité de notre travail, qui remonte au mois de janvier 1788. C'est à cette époque que l'un de nous (le C. Dubois) publia une Feuille d'Agriculture, qui a été le germe de celle du Cultivateur. Pendant les années 1788 et 1789, elle ne parut que tous les quinze jours; mais l'accueil qu'elle reçut alors détermina l'Auteur à la publier tous les huit jours, et c'est ainsi qu'il l'a continuée jusqu'au 6 octobre 1790, époque de la Feuille du Cultivateur». Le premier tome de cette réédition rassemble les feuilles rédigées par Dubois de Jancigny en 1788-1790 (notamment tous ses comptes rendus), et publiées alors sous le titre de Supplément au Journal général de France, puis en mai 1790, de Feuille d'agriculture.

Auteur

Titre indexé

SUPPLÉMENT AU JOURNAL GÉNÉRAL DE FRANCE

Date indexée

1787
1788
1789
1790

RECUEIL DES HARANGUES *

1175
1714
1789

Titre(s)

Recueil des harangues prononcées par Messrs de l'Académie française dans leurs réceptions, et en d'autres occasions, depuis l'établissement de l'Académie jusqu'à présent.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

1713-1789. Privilège du 3 octobre 1713. Collection publiée très irrégulièrement.

Description de la collection

Onze volumes de 460 à 640 p. Frontispice: cartouche sur la page de titre des volumes. Cartouche: deux anges aux trompettes avec bannières fleurdelysées, tenant une devise, «à l'immortalité». Dédicace au Roi. Format in-16.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

J.-B. Coignard, rue Saint-Jacques, à la Bible d'Or, Paris (vol. I-IV). B. Brunet, Grand'Salle du Palais et rue basse des Ursins, Paris (V). Regnard, même adresse (VI). Denouville, rue Christine, Paris (VII).

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

L'éditeur promet de recueillir dans son ouvrage tous les discours prononcés à l'Académie française, dès son début. Mais ceci ne se réalisera pas, puisque les séances ne furent ouvertes au public qu'après l'établissement au Louvre, en 1671. Ce seront essentiellement des louanges du Roi, leur protecteur. En effet, il s'agit surtout des discours de réception. Ils font l'éloge du prédécesseur seulement après 1690. Mais il y a aussi des réponses, des compliments au Roi et à la famille royale, etc.

Quelques discours de réception d'hommes de lettres connus: I: Bossuet, 1671, p. 266-274; Bussy-Rabutin, 1665, p. 155-156; Benserade, 1674, p. 409; Corneille, 1647, p. 17-23; Quinault, 1670, p. 175-180; Scudéry, s.d., p. 27-31. II: Boileau, 1684, p. 115-123; La Bruyère, 1693, p. 413-443; T. Corneille, 1685, p. 134-146; Fénelon, 1683, p. 386-396 (1er éloge du prédécesseur); Racine, s.d., p. 157-169, éloge de P. Corneille. III: Choisy, s.d., p. 313-327, éloge de Bossuet; Houdar de La Mothe, s.d. 1710, p. 428-439, éloge de T. Corneille; Tallemant, 1704, p. 271-284, éloge de Perrault. IV: abbé Du Bos, 1720, p. 164-174; Destouches de Néricault, 1723, p. 288-298; Hénault, 1723, p. 335-340; Richelieu, 1720, p. 191-195, éloge de Dangeau. V: Bernis, 1744, p. 481-489; Nivelle de La Chaussée, 1736, p. 217-226; Crébillon, 1731, p. 1-6, poème-éloge; Marivaux, 1743, p. 365-372; Maupertuis, 1743, p. 434-443. VI: d'Alembert, 1754, p. 219-229; Batteux, 1761, p. 448-463; Bougainville, 1754, p. 89-99, éloge de Nivelle de La Chaussée; Buffon, 1753, p. 164-179, discours sur le style, pas d'éloge; Duclos, 1747, p. 52-69; Lefranc de Pompignan, 1760, p. 353-379, éloge de Maupertuis; Gresset, 1748, p. 90-102. VII: Condillac, 1768, p. 98-115; Delille, 1774, p. 313-354; Malesherbes, 1775, p. 427-444; Marmontel, 1763, p. 44-57, éloge de Bougainville; Saint-Lambert, 1770, p. 132-150; Suard, 1774, p. 365-407; Thomas, 1767, p. 62-87. VIII: Chamfort, 1781, p. 348-388; Condorcet, 1782, p. 413-449; Ducis, 1779, p. 190-250, éloge de Voltaire; La Harpe, 1776, éloge de Colardeau.

Tables alphabétiques au début des volumes.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., X 19015-19025; Inst., 8° AA 54A.

Bibliographie

Les tomes I-III, publiés en 1714, ont été réédités en 1735 (coll. Inst.).

Auteur

Additif

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s): Il ne s’agit pas à proprement parler d’un périodique. Jean-Baptiste Coignard obtient, le 6 juillet 1693, un privilège pour imprimer «tous les discours prononcés par Messieurs de l’Académie française» ; mais à cette date, et depuis 1671, comme le dit l’Avertissement du premier volume de 1714, onze recueils de ce genre ont été publiés, et Coignard se flatte seulement d’être plus complet. Des rééditions augmentées paraîtront avec des distributions différentes, sans périodicité aucune.

Auteur additif

Titre indexé

RECUEIL DES HARANGUES *

Date indexée

1714
1715
1716
1717
1718
1719
1720
1721
1722
1723
1724
1725
1726
1727
1728
1729
1730
1731
1732
1733
1734
1735
1736
1737
1738
1739
1740
1741
1742
1743
1744
1745
1746
1747
1748
1749
1750
1751
1752
1753
1754
1755
1756
1757
1758
1759
1760
1761
1762
1763
1764
1765
1766
1767
1768
1769
1770
1771
1772
1773
1774
1775
1776
1777
1778
1779
1780
1781
1782
1783
1784
1785
1786
1787
1788
1789

RECUEIL DES FÊTES ET SPECTACLES DONNÉS DEVANT SA MAJESTÉ

1174
1770 ?
1786 ?

Titre(s)

Recueil des fêtes et spectacles donnés devant Sa Majesté, à Versailles, à Choisy, et à Fontainebleau pendant l'année [...]

Continuation du Journal des spectacles de la Cour.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

1770-1786. 9 volumes. 1 volume par an le plus souvent, parfois 2 (1770, 1786). Privilège 1770 au n° 2, par exprès commandement de Sa Majesté.

Description de la collection

Le volume est divisé en plusieurs sections; le plus souvent on commence par des tables, un journal de spectacles et finalement des textes de pièces. Pagination spéciale pour chaque section. Total de 400 p. environ par vol., format in-8°. Dédicace à la Reine en 1786.

Frontispices: 1er vol., pour le mariage du Dauphin, des effigies du Roi, du Dauphin, de la Dauphine et des armes de France. Armes au début des sections ou des cahiers dans les autres volumes. Reliure rouge aux armes de France. Gravures: parfois; scène d'une pièce avec une réplique.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Paris, Ballard.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Pierre-Robert-Christophe BALLARD, seul imprimeur de la musique de chambre et des menus-plaisirs du Roi, et seul imprimeur de la Grande Chapelle de Sa Majesté. Paris.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Le 1er vol. consacre une grande partie aux descriptions méticuleuses des fêtes du mariage royal: décorations du château et parc, cortèges, bals parés et masqués, feux d'artifice. La description du mariage du comte de Provence (3e vol.) occupe déjà moins de place et le volume est moins orné. Pour le mariage du comte d'Artois on n'a fourni que des titres (4e vol.). Les spectacles théâtraux du mariage de 1770 sont aussi suivis de comptes rendus. Persée de Lully: «quelques longueurs [...] défaut de précision [...] prestesse dans le changement des décorations, dans le jeu de quelques machines» (vol. I, p. 14). Régulièrement une liste des spectacles aux châteaux de Versailles, Choisy et Fontainebleau. Puis des textes intégraux des opéras, opéras-comiques, comédies, ballets, etc. avec la distribution, jusqu'aux noms des danseurs et danseuses (côté roi, côté reine). Pour les opéras, ce sont ceux de Lully, Rameau, Sacchini. Opéras-comiques de Favart, Grétry, Philidor, Piccini, Salieri, Kohaut, J.J. Rousseau, Moncini, Sedaine. Comédies: Molière, Laujon, Marmontel, Goldoni (Le Bourru bienfaisant, avec dédicace à Mme Adélaïde), Marivaux, Voltaire, Riccoboni, Dancourt, Collé, Racine, Dorat, Guillard, Martini, Fagan. Il y a, en plus, de nombreux ballets (descriptions de la trame et des mouvements), quelques pastorales, pantomimes et parodies. La cour suit donc le goût parisien: sauf pour le mariage royal de 1770, préférence pour les genres légers, l'opéra-comique, la comédie, le ballet, la féerie, la pastorale. Cette tendance se renforce avec les années.

Tables des pièces au début des volumes.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., Yf 19015-19025 (manquent 1775 et 1784).

Auteur

Titre indexé

RECUEIL DES FÊTES ET SPECTACLES DONNÉS DEVANT SA MAJESTÉ

Date indexée

1770
1771
1772
1773
1774
1775
1776
1777
1778
1779
1780
1781
1782
1783
1784
1785
1786

RECUEIL DE PLUSIEURS PIÈCES D'ÉLOQUENCE *

1172
1696
1790

Titre(s)

Recueil de plusieurs pièces d'éloquence et de poésie, présentées à l'Académie des Jeux floraux de Toulouse Pour les prix de l'année... 

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

1696-1790, 105 volumes. Privilège du 14 avril 1696.

Description de la collection

Annuel, en 2 parties, le plus souvent. Frontispice: armes de France. 120 à 180 p. environ, in-8°.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Toulouse, Guillaume-Louis Colomyez, à l'enseigne de Pallas. D'autres éditeurs plus tard.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Auteurs locaux. Exception, Houdar de La Motte (au début).

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Publication d'un choix d'ouvrages qui avaient concouru pour les prix décernés par l'Académie. Poésie et prose. 1erprix: amaranthe d'or; 2e: violette d'argent; 3e: églantine d'argent; 4e: souci d'argent. Poésie: odes, élégies, églogues, idylles, etc. Prose: discours sur un sujet donné. Liberté pour le sujet poétique; les vers devraient être réguliers sans rien de burlesque, satirique ou indécent. Les odes étaient souvent sacrées ou guerrières et remportaient le 1er prix. De nombreuses pièces chantent la louange du roi ou reflètent les événements de l'époque (guerres, disputes de religion, etc.). Quelques sujets de discours: bon usage de la parole; dans la haute fortune on ne sait si on est aimé; les provinciaux défendus contre les mépris des Parisiens; la louange produit ordinairement de mauvais effets; les belles-lettres adoucissent les mœurs, etc.

Parfois on décerne des prix supplémentaires: 2 amaranthes, 2 violettes, etc. On répète souvent les stipulations sur les formalités de soumission des manuscrits. Houdar de La Motte remporta plusieurs prix de suite et même en une année.

Tables chronologiques à la fin des volumes; manquent parfois.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., X 19123-19195.

Auteur

Titre indexé

RECUEIL DE PLUSIEURS PIÈCES D'ÉLOQUENCE *

Date indexée

1696
1697
1698
1699
1700
1701
1702
1703
1704
1705
1706
1707
1708
1709
1710
1711
1712
1713
1714
1715
1716
1717
1718
1719
1720
1721
1722
1723
1724
1725
1726
1727
1728
1729
1730
1731
1732
1733
1734
1735
1736
1737
1738
1739
1740
1741
1742
1743
1744
1745
1746
1747
1748
1749
1750
1751
1752
1753
1754
1755
1756
1757
1758
1759
1760
1761
1762
1763
1764
1765
1766
1767
1768
1769
1770
1771
1772
1773
1774
1775
1776
1777
1778
1779
1780
1781
1782
1783
1784
1785
1786
1787
1788
1789
1790

RECUEIL DE MOTETS

1170
1712

Titre(s)

Recueil de Motets choisis de différents auteurs italiens et français. Première année.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

1712. Un volume. Annonce de publications trimestrielles, si on réussit la première année. On ne dépassa pas le 3e trimestre. Privilège: 7 juin 1715 (sic).

Description de la collection

Trois parties en 1 volume in-folio de 114 p. Cartouche au début de chaque partie. 1re part.: armes flanquées de quatre anges et deux génies jouant à la harpe et au chalumeau. 2e part.: devise, veritas; 3e part.: in hoc signo vinces.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Paris, Christophe Ballard, rue Saint-Jean de Beauvais.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Christophe BALLARD, il semble, car l'Avis n'est pas signé.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

L'éditeur avait recueilli des motets de différents compositeurs français et italiens. Il n'a pas de préférence quant à la nationalité des compositeurs. Les gens de goût décideront sur l'avenir de cette publication.

Contenu: des motets de compositeurs italiens (1 français). Parties pour chant (latin toujours), basse continue, tour à tour violons, violoncelle et flûte en plus.

Compositeurs: Cazati, Polaroli, Melani, Bassani, Gasparini, Benevoli, Carissimi et de Brossard.

Tables chronologiques au début du volume.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., Mus. Rés. Vm1 31.

Bibliographie

R.I.S.M., «Recueils imprimés. XVIIIe siècle», p. 328.

Auteur

Titre indexé

RECUEIL DE MOTETS

Date indexée

1712

RECUEIL CONTENANT LES DÉLIBÉRATIONS *

1161
1761

Titre(s)

Recueil contenant les délibérations de la Société d'Agriculture de la Généralité de Paris, Au bureau de Paris, depuis le 12 mars jusqu'au 10 septembre 1761. Et les Mémoires publiés par son ordre pendant le même temps.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Un volume. Privilège du 11 novembre 1761.

Description de la collection

Volume divisé en cahiers de 62, 7, 6, 7, 12, 8, 12 et 12 p.; au total, 124 p., format in-8°. Aucune périodicité; ordre chronologique des séances.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Veuve d'Houry, imprimerie-librairie Rue Saint-Séverin, près de la rue Saint-Jacques. Prix: 24 s. broché.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Dans un Avis du libraire, on annonce qu'on trouvera dans ce livre l'arrêt d'établissement, les règlements et d'autres arrangements de la Société ainsi que des mémoires publiés par son ordre. On fera des observations sur l'établissement d'autres sociétés d'agriculture en France, des réflexions sur ces sociétés, des essais sur les labours, des moyens pour préserver le blé, des mémoires sur le Ray Grass et le Red Clove, un mémoire sur les semoirs. Les cahiers pourront être achetés séparément.

Contenu réel: les délibérations de la Société d'agriculture, un arrêt du Conseil d'Etat du Roi du 1er  mars 1761 qui ordonne l'établissement d'une telle société dans la généralité de Paris, un extrait des registres du Conseil d'Etat. La société sera composée de 4 bureaux, à Paris, Meaux, Beauvais, Sens. Il y aura 20 personnes à Paris et 10 dans chacune des autres. Les assemblées auront lieu une fois par semaine et les délibérations seront adressées au Contrôleur général des finances qui rendra compte au Roi. Liste des membres. Délibérations datées du 12 mars au 10 septembre 1761. Les quatre bureaux correspondront entre eux; celui de Paris aura la présidence; tous les membres auront voix délibérative. «La noblesse y sera principalement invitée» (art. 12). Huit membres pour Paris, 5 en province. Les nouveaux membres seront élus par scrutin. La société admettra des associés, même étrangers, mais les décisions d'admission seront prises à Paris seulement. Un directeur élu par bureau; celui de Paris est directeur général. Un secrétaire perpétuel.

On continue par des cahiers consacrés à une séance et datés. Procédure générale d'une séance: délibérations, nominations, lecture de décrets et de mémoires, généralement consacrés à des problèmes pratiques d'agriculture. En pleine guerre, on s'adresse à Londres pour demander des résultats de recherche. On voudrait unifier les poids et mesures; on discute la liberté du commerce des grains.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., S 19345.

Auteur

Titre indexé

RECUEIL CONTENANT LES DÉLIBÉRATIONS *

Date indexée

1761

QUATRE SAISONS LYRIQUES

1151
1776  ?
1778  ?

Titre(s)

Des IV. Saisons lyriques.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Avril 1777 – mars 1778. Un fascicule par trimestre, consistant en trois cahiers.

Description de la collection

Quatre fascicules, 12 cahiers. Chaque fascicule est consacré à une saison : printemps, été, automne, hiver. 100 p. par fascicule.

Cahiers de 32 p., in-16. un volume de 498 p.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

«Bignon, graveur, Place du Louvre, A côté du Jardin de l'Infante, A l'accord parfait.» Abonnement annuel : 12 £.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

«Il paroit tous les mois un Cayer de 34 pages formant la suite de ce recueil [...] Recueil périodique Divisé en 4 Parties ou 12 Cayers, Contenant des Ariettes, Duos, Chansons, Romances, Vaudevilles, Brunettes, Villageoises, Menuets, Airs à boire, etc. Le tout copié sur la Clef de Sol sur la seconde ligne, et dans les Tons les plus favorables pour les voix ordinaires. Tous ces différens Morceaux peuvent servir pour Violon, Flûte, et autres Instruments. On a ajouté pour cette raison des Ritournelles et des Accompagnements à ceux qu'on a jugé à propos».

Contenu réel : on semble avoir tenu parole – plus ou moins. Ce qui abonde, ce sont des chansons d'amour (romances). Les noms d'auteurs sont rares, à l'exception de Gresset dont il y a plusieurs chansons. Un air d'Alceste et de nombreux airs d'Armide de Gluck, des airs du Barbier de Séville, de l'Olympiade de Métastase (également actuelle).

Principaux centres d'intérêt : il semble que l'auteur ait été du parti des «Gluckistes». En outre, il s'efforce de suivre la mode, l'actualité, pour se faire vendre.

Tables : au début de chaque fascicule.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., Mus. Vm Coirault 860 (1).

Auteur

Titre indexé

QUATRE SAISONS LYRIQUES

Date indexée

1776
1777
1778

LE PATRIOTE FRANÇAIS

1110
1789
1793

Titre(s)

Le Patriote Français, ou Journal libre, impartial et national, par une Société de Citoyens, et dirigé par J.P. Brissot de Warville.

Le 22 février 1790, le mot «national» est supprimé comme inutile, «ce journal étant bien connu sous le nom de Patriote français»; le 30 juin, on supprimera entièrement le sous-titre et la mention du nom du directeur.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

28 juillet 1789-2 juin 1793. Hatin a signalé le prospectus du 1er avril 1789 qui annonçait la publication du Patriote français pour le 10 avril, dans des termes qui devaient provoquer le pouvoir; Brissot proposait en effet un journal «politique, national, libre, indépendant de la censure et de toute espèce d'influence». L'effet de ce prospectus fut de faire interdire le journal avant sa naissance. Un numéro semble avoir paru le 6 mai d'après Hatin (B.H.C., p. 142-143), peut-être même avant selon les Mémoires de Brissot. La collection ne commence en tout cas que par le nouveau n° 1 daté du 28 juillet 1789. Le journal, prévu pour 4 numéros par semaine, devient quotidien à partir du 1er novembre 1789.

Dates des volumes: I, 28 juil.-31 déc. 1789, n° 1-145, 580 p.; II, 1er janv.-30 juin 1790, n° 146-326, 720 p.; III, 1er juil.-31 déc. 1790, n° 327-513, 748 p.; IV, 1er janv.-30 juin 1791, n° 514-691, 716 p.; V, 1er juil.-31 déc. 1791, n° 692-873, 756 p.; VI, 1er janv.-30 juin 1792, n° 874-1055, 728 p.; VII, 1er juil.-31 déc. 1792, n° 1056-1237, 752 p.; VIII, 1er janv.-2 juin 1793, n° 1238-1388, 610 p.

Description de la collection

Cahiers de 4 p. in-4°, sur deux colonnes, parfois avec suppléments.

Devise: «Une gazette libre est une sentinelle qui veille sans cesse pour le peuple. D. Jebb».

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

A Paris, chez la veuve Hérissant, rue Neuve-Notre-Dame, à la Croix d'Or. A partir du 22 février 1790: de l'imprimerie du Patriote Français, place du Théâtre Italien.

Souscription au Bureau du Patriote Français, et en province dans les bureaux de poste ou chez les libraires, à 24 £ puis 36 £ par an. Tirage estimé à 10 000 par jour dans les meilleurs moments.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Jacques-Pierre BRISSOT DE WARVILLE.

Joseph-Marie Girey-Dupré (1769-1793) remplace à plusieurs reprises Brissot, puis devient le directeur du journal le 9 mars 1793, avec le n° 1308.

Collaborateurs occasionnels: Clavières, Grégoire, Pétion, T. Paine, Blot, Lanthenas, Bosc, Bancal Des Issarts, mais surtout les Roland. Ils connaissaient Brissot depuis longtemps. Dès le début de la Révolution, Mme Roland lui envoie des lettres qu'elle écrit en collaboration avec son mari. Ils étaient en même temps les porte-parole d'un groupe de personnalités politiques. De Lyon, Mme Roland participait au journal. On trouve une longue liste de ses contributions datées «de Lyon» dans l'article de C. Perroud, «Brissot et les Roland. Collaboration des Rolland au Patriote français».

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Le premier prospectus affirme les ambitions de Brissot: il veut remplacer la multitude des brochures par un vrai journal, malgré la censure; il promet de défendre sans concession les droits de tous les peuples. S'adressant de Paris à la province, il se propose de décrire les progrès de la Révolution; il rapportera les faits, les débats, décrets et transactions des assemblées. Dans le 2e prospectus, il se dit prêt à exposer ses recherches sur les constitutions anglaise et américaine. Le journal est partagé en deux rubriques: «Versailles, Assemblée Nationale» et «Paris»; il contient à la fois des informations et des réflexions. La nature des rubriques change assez fréquemment: débats, décrets et discours à l'Assemblée nationale; nouvelles de Paris, des municipalités, des clubs; réflexions politiques (souvent non signées), en particulier sur les Etats-Unis, toujours donnés en exemple; cours des assignats; annonces des livres nouveaux et des estampes. Brissot tient surtout à donner à son journal le caractère d'une tribune d'opinion; il veut éclairer le débat politique, préparer les débats de l'Assemblée, conseiller les municipalités, donner la parole aux clubs, notamment à la Société des Amis des Noirs. Il craint l'anarchie et l'improvisation, la démagogie et les conspirations. Son journal se fait remarquer par la gravité, le sens des responsabilités, la rigueur de l'expression.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., 8° Lc2 185 (vol. I-VI); Ars., 4° Jo 10161 (vol. V-VIII).

Bibliographie

B.H.C., p. 142-143; H.P.L.P., t. V, p. 7-52; H.G.P., t. I, p. 424-426.

On trouvera de nombreuses mentions du Patriote français dans la Gazette universelle, ou Papiers-Nouvelles ; voir notamment les attaques contre Brissot dans le n° 96 du 6 mars 1790, dans le n° 101 du 11 mars 1790, le n° 104 du 14 mars, le n° 113 du 23 mars, et dans les n° 90, 201, 215, 218, etc. Parmi les journaux hostiles à Brissot, on citera encore les Actes des Apôtres, le Journal de Paris, le Journal général de la Cour et de la Ville. — Ellery E., Brissot de Warville, a study in the history of the French Revolution, New York, Amy Press, 1915. — Perroud C., «Brissot et les Roland. Collaboration de Brissot au Patriote français», La Révolution française, t. XLVII, 1988, p. 402-432. — Gallois L., Histoire des journaux de la Révolution française, Paris, 1845, t. I, p. 183-450.

Historique

Pendant deux ans, Brissot sera à la tête de toutes les grandes initiatives politiques. Il dénonce les ennemis de la liberté, les complots des aristocrates; il parle en faveur du patriotisme, de l'égalité des races et se préoccupe constamment de l'abolition de l'esclavage; il combat le despotisme, l'idolâtrie, la superstition. Dès le n° 43, il s'exprime en faveur de la République. En juillet 1791, il revendique la déchéance du Roi. En 1792, il réclame la guerre et provoque la chute du ministre Delessart; mais lors du procès du Roi, il le défend et tente de le sauver par une sentence de mort avec sursis. Sous la Terreur, le journal combat Marat, Robespierre, Hébert, et dénonce la tyrannie de la Montagne. Radical en 1789, le journal s'était stabilisé dès septembre 1792, pour entrer ensuite dans une phase de réaction contre l'extrême gauche. Il reflète ainsi l'évolution de la bourgeoisie girondine. Premier grand journal politique au sens moderne et capitaliste du mot, géré par son bailleur de fonds Le Page, qui sut en faire une excellente affaire, le Patriote français connut, malgré sa sécheresse, un très grand succès.

Auteur

Titre indexé

PATRIOTE FRANÇAIS

Date indexée

1789
1790
1791
1792
1793

NOUVELLES DÉCOUVERTES *

1022
1679
1681

Titre(s)

Nouvelles découvertes sur toutes les parties de la médecine recueillies en l'année 1679.

Le Temple d'Esculape ou le dépositaire des nouvelles découvertes qui se font journellement dans toutes les parties de la médecine contenant celles qui ont été recueillies durant le cours de l'année 1680 par Nicolas Blegny, chirurgien du roy (vol. 2).

Journal des nouvelles découvertes concernant toutes celles qui ont été recueillies durant le cours de l'année 1681 par Nicolas de Blegny (vol. 3).

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

1679-1681. 3 volumes. Privilège du roi, 1679; approbation par A. Dacquin dans les vol. 1 et 2.

Mensuel à 2 cahiers de 12 feuilles en forme de livre in-12 à relier. En réalité des cahiers de 30-60 p. par la suite.

Description de la collection

535, 356, 547 p., in-16. Dédicace, 1er vol.: A. Dacquin, premier médecin du roi; 2e vol.: M. Lisot, premier médecin de Monsieur. Figures et planches.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

«Paris, Laurent d'Hourry, Quay des Augustins, à l'image S. Jean».

Vol. 2 et 3: «aussi chez l'auteur, rue de Guénegaud et chez Claude Blageart, cour neuve du Palais, au Dauphin».

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Nicolas de BLÉGNY.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Avertissement: on annonce des cahiers mensuels avec tables et figures; articles en forme de lettres que l'auteur feint d'écrire à un médecin de province. Il s'excuse d'un ouvrage compilé, contenant des choses curieuses, extraordinaires, des découvertes, sans tenir compte de leur qualité. Pour se protéger des contrefaçons, chaque cahier comportera une note: «vu l'auteur». Dans le 2e vol. on supprime la note et l'on tâche de se protéger par l'emploi de caractères spéciaux. On sollicite des contributions, même en mauvais français, qui sera corrigé. Les «lettres» du 1er vol. n'ont pas de titre, le sujet se trouvant dans la table à la fin du volume. Les «lettres» du 2e vol. sont datées; le 3e remplace les lettres par des articles avec titres précis; ceux-ci sont précédés d'une rubrique qui classe le sujet. A côté des «lettres», on trouve des histoires de cures, des lettres authentiques, des traités latins.

Sujets: animaux qui se peuvent engendrer en corps humains; causes de la fureur utérine; crâne des épileptiques; courses des monstres, élixir du Sieur Rafaël; eau vulnéraire et ophtalmique; fil mangé par une fille qui n'avait point ses menstrues; vipère rendue par les urines; histoire d'une fille née sans cervelle; des corps étrangers trouvés dans la tête à l'ouverture d'un corps; carie des os; remède expérimenté par l'auteur pour apaiser des douleurs de la goutte, etc.

Discours final: éloge de l'auteur par un professeur de Grenoble.

Tables alphabétiques à la fin des volumes.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., 8° T33 2.

Auteur

Titre indexé

NOUVELLES DÉCOUVERTES *

Date indexée

1679
1680
1681