LA MUSE LYRIQUE ITALIENNE

0968
1773

Titre(s)

La Muse lyrique italienne, avec des paroles françoises ou choix d'ariettes et d'airs italiens des plus habiles compositeurs ; avec une basse chiffrée pour le clavecin ou Forte Piano et un accompagnement de violon.

2 cahiers mensuels de 18 à 20 p., parus en 1773, avec privilège.

Description de la collection

188 p. en 10 cahiers in-8°.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Jolivet, Paris, rue Françoise et principaux libraires en province et à l'étranger. 18 £ à Paris, 24 en province.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Airs de Galuppi, Priechelli, Rinaldo, Laschi, Venlo, Gulhelmi, Piccini, Händel, Attilio, Schiassi, Mancini, Giacomelli, Conforto, Ericelli, Jomelli. Les paroles sont en français.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., Vm7 3477.

Auteur

Titre indexé

MUSE LYRIQUE ITALIENNE

Date indexée

1773

MÉMORIAL DE LA COUR *

0908
1772
1788

Titre(s)

Mémorial de la Cour contenant les différents événements et morts arrivés en l'année 1772 [etc.].

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

1772-1788 (1773 manque dans la coll. B.N.); annuel; 16 volumes. Approbation de la censure royale seulement dans quelques volumes.

Description de la collection

Volumes de 126 à 165 p. Armes de France sur la reliure et en frontispice. Pagination seulement à partir de 1778. Format in-16.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Paris. Desaint Lepage, courrier de l'Université et de la Cour, Guide pour les cérémonies, etc. Rue Saint-Jacques au collège Louis-le-Grand.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Calendrier ; pertes et gains de rente ; lunes ; jours (croissance et perte). Calendrier des événements de la Cour : réceptions, présentations, audiences, séances, nominations, récompenses, cérémonies du 1er janvier, traités de mariages signés par la famille royale, etc. Calendrier des morts survenues (noblesse). Epoques, saisons, éclipses de la lune, mesures, poids, table des dépenses du revenu par jour. Chronologie et tribunal des maréchaux de France depuis 1185 jusqu'à Louis XVI, répétés dans plusieurs volumes.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., 8° Lc 25103 ; Ars., 8° 28240-28256.

Auteur

Titre indexé

MÉMORIAL DE LA COUR *

Date indexée

1772
1773
1774
1775
1776
1777
1778
1779
1780
1781
1782
1783
1784
1785
1786
1787
1788

MÉMORIAL DE L'EUROPE *

0907
1785
1786

Titre(s)

Mémorial de l'Europe ou tableau chronologique des principaux événements arrivés dans cette partie du monde.

«Ouvrage destiné à conserver la mémoire des actions de courage et bienfaisance, des découvertes sur la Physique, la Médecine, l'Histoire Naturelle, l'Economie rurale, les Arts, les Métiers et les Sciences, des établissements utiles, des révolutions remarquables, et à perpétuer le souvenir des principaux traits des Hommes célèbres».

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

1785-1786. 2 volumes. Privilège du 2 novembre 1785.

Description de la collection

Volumes de 520 et 522 p. In-8°.

Gravure en 1re page, paysage avec édifice.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Le Roy, Paris, rue Saint-Jacques.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Avant-propos : on veut copier l’Annual Register anglais, critiquer des faits, combattre les gazettes et journaux mensongers, en s'appuyant sur de bonnes sources. Pour plaire à la noblesse, on trouvera une liste des personnes présentées au roi, des mariages, etc. On sollicite des contributions ; on publiera les noms des auteurs pour leur donner de la publicité.

Deux parties. 1re partie : histoire de l'année, événements en France et à l'étranger ; 2e partie : divers mémoires sur la physique, histoire naturelle, médecine, économie rurale, etc.

Table des matières alphabétique à la fin des volumes.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., G 16647-16648.

Auteur

Titre indexé

MÉMORIAL DE L'EUROPE *

Date indexée

1785
1786

MÉMOIRES DE LA SOCIÉTÉ ROYALE [...] DE NANCY *

0885
1754
1759

Titre(s)

Mémoires de la Société Royale des Sciences et Belles-Lettres de Nancy.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

4 tomes ou volumes publiés en 1754, 1755, fin 1755 et 1759.

Description de la collection

T. I: 154 + 207 p.; t. II, table de 4 p. + 352 p. + errata; t. III, table de 4 p., + 365 p. + errata; t. IV, table de 4 p. + 333 p.

Format in-8°, cahiers de 16 p., 95 x 165.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

«A Nancy, Chez Pierre Antoine, Imprimeur Ordinaire du Roi, de la Société Royale et de l'Hôtel de Ville».

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Fondateur: Stanislas, duc de Lorraine; directeur: l'évêque de Choiseul. On trouve dans le t. I (p. 147-154) la liste des membres pour 1754: le comte de Tressan, Montesquieu et de Secondat, Fontenelle, Moncrif, Fréron, Maupertuis, Titon du Tillet, etc.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Discours préliminaire: le but est d'épurer et d'adoucir les mœurs. Stanislas, venant d'un pays où l'on négligeait les arts et les sciences, s'y consacra en exil et fonda une académie. A l'origine, ce fut une bibliothèque qui décernait des prix. Il y attacha des personnages de marque: cinq censeurs, qui devaient être catholiques, et qui se réunissaient pour délibérer sur les ouvrages (voir les instructions aux censeurs, p. 17-29). La Société s'ouvrit solennellement en 1751; elle siégeait à l'ancien château. Montesquieu se proposa comme membre et fut accueilli avec joie. On établit des liens avec les Académies de Montpellier et de Besançon. Ayant acquis le concours d'hommes célèbres, la Société se transforma en Académie et en reçut les statuts. Les prix devaient être décernés uniquement à des Lorrains. On se mit à composer une histoire de la Lorraine et à publier des Mémoires.

T. I: épître au Roi; discours sur les censeurs et la censure; les poissons de l'Ile-de-France; Lysimaque, conte moral de Montesquieu (p. 118-123); dissertation sur un passage de la Poétique d'Aristote; discours de Saint-Lambert sur les arts; Le Réveil d'Epimène, comédie en un acte de Hénault, etc.

T. II: divers poèmes; différence du bel et du bon esprit; sur les anciens auteurs romains; sur l'obligation de chercher la vérité, de la communiquer et de la défendre; vers de Saint-Lambert sur les bienfaits du Roi; essai qui a remporté le premier prix lors du concours (sur le progrès des arts et des sciences depuis l'établissement des Académies); ce qu'un souverain peut faire de plus avantageux en faveur des sciences et des arts; réponse au Discours sur les arts et les sciences de Jean-Jacques Rousseau. Eloges de Stanislas; discours du Roi. Ont collaboré notamment à ce volume le comte de Custine, Saint-Lambert, le père Pezenas, le chevalier de Solignac, secrétaire-perpétuel de l'Académie.

T. III: rapports de l'Enéide avec les poèmes homériques; réponse au Discours sur le progrès des arts et découvertes depuis l'établissement des Académies; l'esprit philosophique; essai couronné sur le sujet: quels sont les bienfaits les plus utiles aux hommes? Discours de Palissot, de Fréron; la mesure dans le style; la manie de rimer; articles scientifiques; histoire locale; poèmes. Contributions de Palissot, Tressan, Fréron, l'abbé Clément, le père Menoux.

T. IV: utilité des Académies; pourquoi la langue française est chaste, et non la langue latine; discours des morts; éloge historique de Montesquieu: «Jamais législateur ne vit mieux d'un coup d'œil tout le mécanisme du monde moral, et ne démêla avec tant de justesse, selon la variété des génies et des climats, cet amas confus d'intérêts politiques» (p. 271); discours pour l'érection d'une statue à Louis XV. Les articles scientifiques sont assez nombreux: sur le son et la lumière, par le père Morestier, sur le microscope, le télescope, le faux seigle, etc.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., Z 28473-28476.

Bibliographie

Vier J.A., «L'activité d'une Académie provinciale au XVIIIe siècle. L'Académie de Stanislas de 1750 à 1766», R.H.L.F., t. XXXIII, 1926, p. 337-354. – Roche D., Le Siècle des Lumières en province: académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris, 1978.

Auteur

Titre indexé

MÉMOIRES DE LA SOCIÉTÉ ROYALE [...] DE NANCY *

Date indexée

1754
1755
1756
1757
1758
1759

MÉMOIRES DE L'ACADÉMIE DE DIJON *

0874
1769
1773

Titre(s)

Mémoires de l'Académie de Dijon.

Description de la collection

I, CL + 447 p.; II, LXXVII + 580 p. Deux tomes composés de 2 parties: I, histoire, belles-lettres, curiosités naturelles, séances. II, mémoires, essais, dissertations, vers, observations, remarques, extraits.

Frontispice: 2 amours. Format in-8°. Planches: I, lame servant pour l'opération de la taille; galère allégorique; II, camp romain; hermaphrodite, fracture du tibia; flux et reflux de la mer.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Causse, imprimeur-libraire du Parlement et de l'Académie, place Saint-Etienne. Vol. II, le même et Lejay, rue Saint-Jacques, Paris.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Protecteur: le prince de Condé. Cinq directeurs, chancelier, vice-chancelier; académiciens honoraires résidents et non-résidents (Buffon, Voltaire, d'Argenson, Boufflers); pensionnaires; associés ordinaires; non-résidents (Greuze, Cazotte); secrétaire perpétuel; bibliothécaire.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Préface: on conserve des registres seulement depuis 1761; on a recueilli ce qui s'est conservé mais qui porte des dates discontinues. On suivra l'exemple de l'Académie française avec la division en deux rubriques. Publication d'ouvrages entiers par ordre chronologique. On citera aussi des articles provenus d'autres Académies.

Dédicace au prince de Condé.

Fondée en 1725, c'est une des nombreuses Académies pré-encyclopédiques. Condé comme protecteur, avait forcé la main au comte de Saint-Florentin, pour délivrer les lettres patentes. Elle décerne des prix en morale, médecine et physique tous les ans. Dans l'histoire hagiographique de l'Académie, on s'excuse d'en avoir accordé un à Rousseau «auteur trop célèbre et trop infortuné» (XXVII). Tous les académiciens ne se sont pas laissés séduire par ce dangereux écrivain et on espère que les lecteurs ne rejetteront pas le blâme sur l'Académie entière, qui ne compte plus aucun des membres qui couronna Rousseau...

Contenu réel: malgré la division en deux rubriques, ce qui l'emporte, ce sont les sciences naturelles. Sujets: histoire d'un météore igné de 1761; essai sur l'origine des terres et pierres, cause physique du déluge; génération des champignons; inoculation; la grêle; les aimants artificiels; essai sur l'opération de la taille; augmentation de poids des métaux; fracture des os; écoles de dessin et leur utilité; l'hermaphrodite; mercure; effervescence froide; sonnette à enfoncer les pilotis; bonne chère chez les anciens; flux et reflux de la mer; peine de mort; habillement des troupes. Mais il y a, à côté de cela, des sujets comme: héroïsme des femmes; origine du respect que dans l'Antiquité la plus reculée on a eu pour les cornes; éloges d'académiciens morts; on n'oublie pas l'histoire locale: essai sur le siège de Dijon en 1513, ode sur les grands hommes de Dijon, plan d'un camp romain de la région, nom et ancienneté de Dijon. Les morceaux de poésie sont assez fréquents: un discours de remerciement; gain à la loterie, etc.

Tables chronologiques au début de chaque volume; par matières à la fin.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., R 14937-14938.

Bibliographie

Roche D., Le Siècle des Lumières en province: académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris, 1978.

Historique

L'Académie de Dijon avait des ambitions pédagogiques; elle voulait compléter la culture des collèges par un enseignement technique. On organisait des cours, un laboratoire de chimie. L'amphithéâtre d'anatomie de Dijon devint un des centres scientifiques de haute réputation. «Dijon se distingue par une pratique très hiérarchisée de son recrutement et dont un bon nombre d'honoraires auraient trouvé place parmi les ordinaires dans la majorité des académies» (Roche, 191). Son recrutement dépassa la centaine et l'académie bourguignonne peut prendre place parmi les sociétés ouvertes.

Auteur

Additif

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s): La publication des Mémoires reprend, après dix ans d’interruption, avec les Nouveaux mémoires de l’Académie de Dijon pour la partie des sciences et des arts (1782-1785, 8 tomes en 4 volumes). Même dédicace au Prince de Condé, même libraire, même périodicité semestrielle, tomes de 250 p. environ. Un nouveau privilège est accordé le 12 février 1783 ; des approbations sont accordées par deux commissaires de l’Académie, la dernière étant datée du 18  juin 1786. La collection de l’Université du Michigan comprend trois années complètes, l’année 1783 est absente, mais un avis en tête du 2e semestre 1785 confirme qu’il s’agit bien du huitième de la série.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables: Peu de changements dans le contenu, hormis le fait qu’il s’agit uniquement de sciences et d’arts ; les belles-lettres ont disparu. On note un intérêt constant pour la chimie (nombreux articles de Morveau), pour la médecine (articles de Maret), l’histoire naturelle, la géologie et pour certains sujets d’actualité comme le creusement des canaux (entre Saône et Loire), la construction des hôpitaux, l’inhumation des cadavres. Une rubrique importante, en fin de semestre, est consacrée à la météorologie, aux statistiques d’état-civil, aux épidémies ; cette rubrique, due à Maret, est nommée «histoire noso-météoro-logique».

Auteur additif

Titre indexé

MÉMOIRES DE L'ACADÉMIE DE DIJON *

Date indexée

1769
1770
1771
1772
1773

MÉMOIRES DE L'ACADÉMIE DES BELLES-LETTRES DE CAEN *

0873
1754
1757

Titre(s)

Mémoires de l'Académie des Belles-Lettres de Caen.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

1754-1757. Privilège royal du 2 avril 1754. Cinq volumes sans périodicité; les séances de l'Académie vont d'octobre ou novembre à juillet.

Description de la collection

Un chapitre par mois; volumes de 418 à 430 p., format in-4°.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Caen, Jacques Manoury, libraire de l'Académie, Grande Rue Saint-Etienne. P. Chalopin, imprimeur.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Protecteur: M. de Luynes, archevêque de Sens. Vice-protecteur: M. de Fontenette, «extrêmement bénéfique» (Roche, t. I, p. 37). Collaborateur régulier: G. PORÉE (frère de l'abbé et professeur).

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

L'Académie se réunissait chaque mois dans la salle des Assemblées de l'hôtel de ville. Les Mémoires présentent des discours ou extraits de discours sur des sujets différents, des réponses aux discours et des discussions. On clôt chaque mois par des vers. Quelques titres: les merveilles du corps humain; physique expérimentale; les égards que se doivent les auteurs et le public; les afflictions; l'échappement des horloges; les passions; analogie de la lumière et du son; histoire de Raoul 1er, duc de Normandie; sur l'esprit de système dans l'étude de la physique; sur l'origine des Normands; multiplier les académies? recherches sur la cause physique du flux et reflux de la mer; histoire des sciences et arts; la liberté philosophique de penser; le bâillement; le bonheur est-il plus commun chez les grands que chez les petits? le déplacement des coquilles fossiles; sur les merveilles des sens; l'imposition des noms propres et des surnoms; antiquités de Caen; génération des couleurs.

En juin 1756 paraît un Discours sur les dangers des arts et sciences à cause des abus qu'on en a fait par un chevalier de Touchet. L'auteur s'attaque surtout à la superfluité de certains arts mécaniques. On lui réplique que le superflu est nécessaire à l'homme. En novembre 1756, un Essai sur la nécessité du goût par rapport à la perfection des sciences, des lettres et des arts. L'auteur remonte aux temps bibliques, sinon mythiques, pour s'arrêter en Grèce antique, berceau du goût. On promet une suite. Avril 1757, Dissertation sur la version des anciens ouvrages français en style moderne. En louant Marot, Malherbe, Rabelais, Montaigne, on conclut qu'on ne devrait pas les «traduire» en langue moderne, puisqu'ils y perdent beaucoup de leur saveur.

Vers: louange de Caen; un discours de réception, traduction d'une ode d'Horace; à Stanislas de Lorraine; «L'oranger et le jardinier, fable»; Anti-Lucrèce (contre le matérialisme); la sincérité; sur la naissance du comte de Provence; éloge du créateur; ode sacrée.

Fondée au XVIIe siècle, l'Académie devait alors être constituée selon le modèle de Paris. Les séances furent interrompues entre 1715 et 1731. Au XVIIIe siècle, Caen manifestait une indépendance plus marquée à l'égard de Paris; la réputation de «l'Athènes normande» n'était plus à faire et on pouvait se réclamer d'une tradition culturelle assez originale. L'Académie réunissait des catholiques et des protestants et symbolisait ainsi une concorde religieuse, sociale et culturelle. Son évêque-protecteur devait néanmoins figurer comme gardien de l'orthodoxie contre des tendances jansénistes. Son vice-protecteur, Fontenette, était intendant et devait plaider les demandes de crédits auprès de l'administration. On remarque un souci d'autonomie envers d'autres Académies et d'égalité avec Paris. Dans les sujets traités, on voit la grande place qu'occupent les sciences naturelles, ce qui était typique pour les Académies pré-encyclopédiques (avant 1760). Les belles-lettres n'ont pourtant pas disparu, non plus que l'histoire, l'archéologie, les anecdotes du passé, les curiosités.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., Z 28462-28465 (manque t. V); Museum, Pr. 3028 (1757).

Bibliographie

Roche D., Le Siècle des Lumières en province: académies et académiciens provinciaux 1680-1789,Paris, 1978.

Auteur

Titre indexé

MÉMOIRES DE L'ACADÉMIE DES BELLES-LETTRES DE CAEN *

Date indexée

1754
1755
1756
1757

MÉMOIRES DE DIVERS LIVRES NOUVEAUX

0872
1668
1687

Titre(s)

Mémoires de divers livres nouveaux et autres recueils de la Foire de Francfort.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Dans la collection de la B.N.: septembre 1668-Pâques 1677, Pâques 1679, Pâques 1686-Pâques 1687. 2 cahiers par an, Pâques et septembre, parfois un seulement.

Description de la collection

Un volume contenant 11 cahiers et 6 cahiers, non reliés. Cahiers de 24 p. in-12.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Ant. et Samuel De Tournes, marchands libraires de Genève.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Catalogue de titres de livres, en latin, sous des rubriques: théologie, orientaux, juridiques, médicaux-chimiques, chirurgicaux, mélanges (grammaire, histoire, mathématiques, philologie, philosophie, poétique, politique). Indication du format et «figures». Puis des rubriques de lettres modernes, françaises, italiennes, espagnoles et allemandes, en français ou dans ces langues. La longueur des rubriques varie;elles ne paraissent pas toujours. La rubrique des livres français a tendance à s'accroître. Mais elle change: le français est tantôt seul, tantôt combiné avec l'italien et/ou l'espagnol. Les titres sont rangés alphabétiquement, les noms d'auteurs manquant souvent. Ainsi «Molière» paraît parfois sous «théâtre», «comédie», «œuvres de», ou simplement sous le titre d'une de ses pièces. Les livres français l'emportent; suivent les italiens; peu d'espagnols. L'allemand est souvent traduit en français et avec des fautes d'orthographes assez cocasses. Il disparaît complètement à partir de 1677.

Principaux centres d'intérêt: dictionnaires, histoire, philosophie, beaux-arts, romans (surtout galants), théâtre, etc.

Quelques exemples: des auteurs comme Scarron, Voiture, Balzac, Racine, Corneille, Molière, Boileau, La Fontaine, Mlle de Lafayette, Malebranche, Fontenelle (Pensées diverses sur la comète). Des ouvrages comme le Mercure galant, Henri IV par Péréfixe, Lazarillo de Tormes, le Décameron. Actualités: description du château de Versailles, prise de Buda, le duc de Monmouth, voyages de Chardin et Tavernier, procès de Fouquet, de Brinvilliers, mort de Turenne. Allemand: «Zierartenbuch durch Fr. Unteutsch, f. II. Theile mit Figures», Aretino, Ital. Hurenspiegel, Lustbarkeiten des Königreichs Frankreich, Simplicius Simplicissimus (de Griphius), «trauerrede über de Tod Turennes», etc.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., Q 9277-9294.

Auteur

Titre indexé

MÉMOIRES DE DIVERS LIVRES NOUVEAUX

Date indexée

1668
1669
1670
1671
1672
1673
1674
1675
1676
1677
1678
1679
1680
1681
1682
1683
1684
1685
1686
1687

MÉMOIRES D'AGRICULTURE

0871
1785
1791

Titre(s)

Mémoires d'agriculture, d'économie rurale et domestique publiés par la Société royale de l'Agriculture de Paris. Année 1785, trimestre d'été [automne, hiver, etc.].

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Eté 1785-hiver 1791. 11 volumes, 2 par année. Privilège du 26 août 1786.

Description de la collection

Sauf exception chaque volume comporte 2 parties, paginées séparément; en outre, au début des volumes, une Histoire, paginée en chiffres romains; environ XX + 200 p. (340 p. par exception).

Frontispices jusqu'en 1788; selon la saison: printemps, paysans tondant des moutons; été, moisson de blé; hiver, laboureurs et semeurs.

Planches: presque dans chaque vol. 1-6; à partir de 1788, également des cartes, 1-4. Format in-8°.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

P. Buisson, hôtel de Mesgrigny, rue des Poitevins n° 13, été 1786. L. Jorry, libraire et imprimeur de Msgr. le Dauphin et des Enfants de France, rue de la Huchette, n° 37, automne 1786. Cuchet, rue et hôtel Serpente, 1786-1788. Paris, «Bureau de la Feuille du Cultivateur», rue des Fossés Saint-Victor, n° 12.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Collaborateurs: Parmentier, Broussonet, d'Ardoin, Turgot (fils), Bullion, Boudaroys, Fougeroux de Blevan, Borel, Boulanger, A. Young, Daubenton, Tour d'Aigues, Blond, Dr. Villars, Poéderlé, Tesson, Thouin, Gouffier, Gilbert, Moreau et Saint-Mery, Varenne de Feuille, Falandrin, Cretté de Palluel. C'étaient pour la plupart des collaborateurs réguliers.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Etablie en 1761, la Société avait publié un volume, puis d'autres ouvrages. En 1785 seulement, elle se proposa de rassembler en 2 ou 3 volumes annuels les mémoires lus et les délibérations des séances. On y ajouterait des observations rurales et météorologiques, fournies par des cultivateurs de différentes régions.

Histoire: une première partie donne les noms des membres associés et correspondants. Il y a parfois des changements: ainsi en été 1788, on ajoute des associés de droit, comme le Prévôt des marchands, des échevins, etc. Parmi les membres, on trouve Lavoisier, Loménie de Brienne; parmi les associés, Parmentier, Malesherbes, Buffon, Angiviller, Vicq d'Azyr, Banks; parmi les correspondants, La Pérouse et beaucoup d'étrangers, non seulement d'Europe, mais du monde entier, comme Arthur Young et Crèvecœur (New York); G. Washington devient associé en 1789. Si les nobles, voire de grands seigneurs sont très nombreux, on accepte de plus en plus des roturiers, cultivateurs, voire artisans à partir de 1789. Suivent des arrêts royaux, des extraits des délibérations qui traitent de différents sujets: cultures, élevage, récoltes, voyages (celui de La Pérouse), maladies des plantes et animaux. Une grande place est accordée aux prix décernés ou proposés, ceux-ci quelques années d'avance. Ainsi revendique-t-on un système pour faire éclore et élever des poulets artificiellement! La Révolution se fait sentir. En 1789 on propose un prix pour 1791, pour celui qui à moins de 20 ans aura appris à lire en un an et à réciter par cœur la Déclaration des Droits de l'Homme. On décide de propager des écrits sur l'agriculture davantage dans les campagnes mêmes. On publie des listes de cultivateurs qui se sont distingués par leurs résultats. On trouve des sujets de prix jusqu'en 1794: mémoires sur l'uniformité des poids et mesures, sur une caisse de prêt pour les paysans, sur les forêts nationales. Les édits royaux sur l'agriculture sont publiés et analysés.

Mémoires: ils portent la date de leur lecture publique. On s'occupe beaucoup de nouvelles cultures (maïs, betterave, navet et pomme de terre). Parmentier (1737-1813) est donc un des correspondants les plus actifs. D'autres cultures: chicorée, trèfle, orge, oranger, piment, riz, coton, soie, mûrier, tabac, olivier, orchis, asperges. Dessèchement des marais; maladies du bétail, reboisement, carie de blé, destruction d'insectes nuisibles. Dans la plupart des volumes, on trouve des observations météorologiques du Poitou et du Boulonnais. Les colonies et leur économie occupent une grande place. Des terres en jachère, des bêtes à laine, des marronniers d'Inde. Le grand froid de l'hiver 1788-1789 provoque une longue suite d'articles pendant plusieurs années. Le voyage dans l'Oisans, par le Dr. Villars de Grenoble, en septembre 1786, offre un certain intérêt: avec un petit groupe on fait l'itinéraire classique de Bourg-d'Oisans à la Chapelle-en-Valgaudemar en passant par La Bérarde. Les habitants seraient «doux, affables et hospitaliers [...] honnêtes [...] plutôt curieux qu'inquiets du sujet qui amène les voyageurs» (1786, t. II, p. 128). On fait des observations sur la géologie, sur la flore, sur les glaciers. L'auteur grimpe sur une montagne et s'exclame: «je ne puis exprimer la surprise et l'admiration que cause un semblable point de vue à l'imagination» (ibid.,p. 139).

Tables chronologiques au début des parties; tables des matières à la fin des volumes.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., S 17107-17132.

Auteur

Titre indexé

MÉMOIRES D'AGRICULTURE

Date indexée

1785
1786
1787
1788
1789
1790
1791

MÉLANGES DE POÉSIE *

0866
1744
1751

Titre(s)

Mélanges de poésie, de littérature ou d'histoire par l'Académie des belles lettres de Montauban pour les années 1744, 1745 et 1746.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

1744-1751. Lettres patentes du roi, 1744; privilège 1749 et 1750. Ce recueil, qui s'apparente aux mémoires académiques annuels, n'est pas un périodique.

Description de la collection

1 vol., 2 parties; LXV + 385 p. Dédicace au comte Saint-Florentin, ministre et protecteur de l'Académie. In-8°.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Jean-François Tenheres, Montauban.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

1re partie: histoire de l'Académie fondée d'abord comme Société littéraire chez Le Franc de Pompignan. Celui-ci était animateur de la publication et de l'Académie. Le succès parisien de sa tragédie Didon semble avoir ranimé les autres membres. Un premier recueil d'ouvrages fut publié en 1743. Fréron fut élu membre. Liste des membres; règlements par le roi; arrêt du Parlement; autres règlements; membres associés; sujets pour les prix.

2e partie: diverses poésies, notamment celles de Lefranc; discours, réflexions sur les machines dans les poèmes, recherches sur les couronnes d'Hercule, une histoire du Grand Condé en 90 p., etc.

Sans tables.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., X 19199 (1744-1746), Rés. X 2569.

Bibliographie

Roche D., Le Siècle des lumières en province: académies et académiciens provinciaux 1680-1789, Paris, 1978.

Auteur

Titre indexé

MÉLANGES DE POÉSIE *

Date indexée

1744
1745
1746
1747
1748
1749
1750
1751

JOURNAL HISTORIQUE DES ASSEMBLÉES *

0747
1700

Titre(s)

Journal historique des Assemblées tenues en Sorbonne pour condamner les Mémoires de la Chine.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Un volume de 344 p. publié, sans adresse et sans privilège, en 1700. L'ouvrage comprend sept lettres, paginées séparément, et divers documents. Malgré la forme apparente (lettres datées, adressées de Paris à un correspondant), il ne s'agit pas véritablement d'un périodique, et l'on ne trouve pas trace de publication séparée des lettres.

Le 1er juin 1700, quelques docteurs en Sorbonne avaient été invités à juger et à condamner cinq propositions tirées des ouvrages des pères Le Comte (Des cérémonies de la Chine, 1696, et Nouveaux Mémoires sur l'état présent de la Chine, 1697) et Le Gobien (Histoire de l'Edit de l'Empereur de la Chine, 1700). Le rapport fut présenté par l'abbé Boileau le 2 août; les délibérations durèrent jusqu'au 18 octobre. Elles sont rapportées par l'auteur du Journal historique avec beaucoup de vivacité, d'animosité à l'égard des jésuites, et aussi de réalisme dans le récit des débats et tumultes. A cet égard, l'auteur montre un certain talent de journaliste, et le Journal historique annonce le ton de la presse militante au temps des controverses sur la constitution Unigenitus.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., 8°02 n. 400.

Auteur

Titre indexé

JOURNAL HISTORIQUE DES ASSEMBLÉES *

Date indexée

1700