LETTRES ESPAGNOLES

0818a
1751

Titre(s)

Lettres espagnolles et hollandoises entre Dom Juan, & le Comte de Haagenduyn sur différens point d’histoire, de critique, de morale, et de poésie.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Annonce du n° 1 par le s’Gravenhaagse Courant  de H. Scheurleerle 22 janvier 1751. Nouvelle annonce, plus courte, le 3 mars 1751. Les Lettres espagnoles paraissent le mardi et le vendredi. La collection complète comprend 20 numéros; l’annonce du 3 mars 1751 doit donc précéder de peu la cessation.

Description de la collection

La collection de la Bibliothèque universitaire de Leyde comprend 20 livraisons non datées, rassemblées en un volume de 164 p., avec table des matières, suivie du mot «Fin».

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

À La Haye, «Se vend pour l’Auteur», MDCC. LI. «Le Prix est un Florin».  Sans doute publié par H. Scheurleer, qui donne son catalogue en tête des Lettres espagnoles. En colophon: «On trouve ces Lettres dans la Boutique à Londres, Chez Henri Constaapel, & Mr. F. Stamper Bookzellers, in Popes head alley, Cornhill».

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Les deux auteurs nommés sont  des pseudonymes: Don  Juan d’Espagne, grand séducteur de novices dans les couvents, et le comte de Haagenduyn, «patriote» hollandais. Dom Juan, resté catholique par «grimace d’habitude», dénonce dans la préface le papisme et les couvents.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

La tonalité générale de ce bref recueil est un libertinage antireligieux, où l’on retrouve l’influence de Vénus dans le cloître, ou la Religieuse en chemise, de Chavigny de La Bretonnière (1683), mais surtout celle du marquis d’Argens. On y trouve de violentes attaques contre les jésuites et contre le pape, mais aussi un plaidoyer pour la liberté de pensée et la philosophie. Le séducteur, introduit dans le couvent de Sainte-Pélagie, séduit la novice et la mère abbesse, mais se heurte à des directeurs de conscience jésuites. La Table des matières en fin de volume souligne certains faits divers burlesques: «Secrétaire qui égorgeait ses amis. Tête d’homme cuite dans un pot; Officier conduit par une Demoiselle pour être égorgé, et sauvé par elle, etc.». Elle met en valeur, en fin de volume (art. XX), le côté anti-catholique de la publication: «Dieu des Hottentots qui se change en un morceau de pain; sacrifice offert par leurs prêtres; massacre de ceux qui ne croient pas à cette superstition; Malades qui mangent leur Dieu», etc. Le patriotisme hollandais se manifeste en particulier dans un long poème dédié à Caroline d’Orange et de Nassau (art. XII, p. 91-94).

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.U. Leyde, 652 F7: 2.

Titre indexé

LETTRES ESPAGNOLES

Date indexée

1751

ANNALES BELGIQUES

0108a
1771
1776

Titre(s)

Le Leidse courant du 2 mars 1772 annonce :

«D.J. Changuion, libraire dans le Kalverstraat à Amsterdam, a imprimé et débite LES ANNALES BELGIQUES pour le mois de février 1772, contenant les nouvelles du monde les plus intéressantes, l’état présent des différents royaumes qui le composent relativement à leurs politiques, à leurs forces, à leur commerce, au progrès de l’agriculture, des sciences, des arts et des nouvelles découvertes qui se font etc, etc. Ces ANNALES paraîtront régulièrement au commencement de chaque mois, et se trouvent chez les principaux libraires de l’Europe. Prix 6 sols par mois ou ƒ3 en s’abonnant pour l’année». Même annonce en avril et en mai 1772.

En 1775 (annonce du 25 janvier 1775), la revue change de titre :

«D.J. Changuion, libraire dans le Kalverstraat à Amsterdam, a mis en vente : LES ANNALES BELGIQUES pour le mois de décembre 1774. Le désir de rendre ce petit ouvrage d’un usage plus général ayant déterminé les éditeurs à en changer le plan [...] il paraîtra dorénavent sous le titre d’ANNALES POLITIQUES, LITTERAIRES ET AMUSANTES. Le prix de l’abonnement pour l’année entière est de ƒ3 d’Hollande et de 6 sols par mois pour ceux qui n’auront pas souscrit. On peut s’abonner dans les autres villes de la Hollande ainsi que dans l’étranger chez les principaux libraires».

Nouvelle annonce le 1er décembre 1775 :

«D.J. Changuion, Les ANNALES POLITIQUES, LITTERAIRES ET AMUSANTES, mois de novembre 1775. Ce petit ouvrage qui remplace les Annales Belgiques imprimées chez le susdit libraire, paraît régulièrement le 1er de chaque mois, et contient le précis des nouvelles du monde les plus intéressantes, l’état présent des différents royaumes qui le composent relativement à leurs politiques etc. Un détail des découvertes qui se font dans les arts et les sciences ; les nouvelles académiques, quelques pièces de vers, anecdotes etc. etc. On y trouve aussi les prix des actions et des grains, ceux des primes d’assurance et une liste des obligations et autres effets vendus publiquement à Amsterdam dans le courant de chaque mois ; le prix d’abonnement pour l’année entière est de ƒ3 d’Hollande […]».

Annonce répétée le 3  avril 1776 (pour le mois de mars 1776).

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Une notice des Mémoires secrets donne le nom de l’auteur : «Extrait d’une lettre d’Amsterdam du 21  août 1775... Il y avait ici un Français réfugié nommé Voyard, passé depuis quelques années en Hollande, qui avait embrassé la religion protestante, et s'était fait correcteur d’imprimerie. Il a travaillé pour le fameux Rey, et s’était surtout attaché à M. Changuion, dont il écrivait les Annales belgiques...». Voir la notice de VOYARD DU CHENAU, D.P. 2, n° 808 bis.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Worldcat. : National Library of Ireland ; Syracuse University, NY 13244 USA.

Titre indexé

ANNALES BELGIQUES

Date indexée

1771
1772
1773
1774
1775
1776