JOURNAL DES ROMANS *

0709

Bibliographie

Les Mémoires secrets annoncent, à la date du 9 décembre 1765, un Journal des romans. S'agirait-il d'un avant-projet de la Bibliothèque universelle des romans ? Non retrouvé.

Auteur

Additif

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s): Addition des Mémoires secrets sous la date du 19 décembre 1765: «Il s’élève un nouvel ouvrage périodique, intitulé Journal des romans. Il ne s’agit pas seulement de dessiner la notice de ces sortes de livres qui paraissent tous les jours; les auteurs embrassent une carrière plus vaste, ils veulent remonter jusqu’aux plus anciens des romans, et descendre successivement jusqu’à nos jours. Ils divisent leur ouvrage en trois parties. Ce projet promet beaucoup» (éd. Champion, dir. C. Cave et S. Cornand, t. 1, 2009, p. 546). La notice des Mémoires secrets est précise, comme pour tout ce qui concerne la presse; ce Journal des romans ne figure pourtant nulle part ailleurs. Quoiqu’il annonce de près la Bibliothèque universelle des romans, qui ne paraîtra que dix ans plus tard, il s’en distingue par la classification en trois parties: la Bibliothèque universelle en comptera huit.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares: Paris, BnF, ms. fr. 22000, n° 779 (Registre des privilèges et permissions simples de la librairie, 1763-1768). L’identité du demandeur est confirmée par une note du Mercure de France (février 1766, p. 162, n. I).

Journal des romans, ou Abbrégé des meilleurs Romans, depuis le premier qui a paru en France, jusqu’à ceux qui paraissent aujourd’hui. Prospectus de cet Ouvrage, [à Paris], de l’Imprimerie de la Veuve Ballard, Imprimeur du Roi pour la musique, rue des Noyers, 1765. Un exemplaire de cette brochure est dans la Collection Annisson: BnF, ms. fr. 22085, n° 25; « Xbre 1765 » ms. sur le frontispice).

Bibliographie: Gossman, Lionel, Medievalism and the Ideologies of the Enlightenment, Johns Hopkins Press, 1968

Jouglard, Madeleine, « La connaissance de l’ancienne littérature française au XVIIIe siècle », dans Mélanges offerts par ses amis et ses élèves à M. Gustave Lanson, Genève, Slatkine Reprints, 1972 (Paris, Hachette, 1922)

Marinai, Fabio, « La Bibliothèque universelle des romans (1775-1789). Genesi e sviluppo di un’idea », Rivista di Letterature moderne e comparate, LXVIII (1/2015), p. 11-22

Martin, Henry, Histoire de la Bibliothèque de l’Arsenal, Paris, Plon, 1900, p. 37, 55, 64-70)

Todd, Charles, Political Bias, Censorship and the Dissolution of the "Official” Press in Eighteenth-Century France, Lewiston, The Edwin Mellen Press, 1991

Historique: 

Dix ans avant la Bibliothèque universelle des romans, ce projet représente la première tentative importante de créer un périodique spécialisé en récits abrégés.

Le 21 novembre 1765, le marquis Louis Henry d’Aubigné (?-1770), fait enregistrer sous son propre nom, auprès de la Chambre Syndicale de la Librairie et Imprimerie de Paris, une demande d’autorisation pour la publication d’un Journal des Romans ou abrégé de tous les Romans François depuis leurs origines jusqu’à présent. Un privilège est accordé « pour 12 ans du 21. 9.bre 1765 ». Étranger au monde académique et aux salons de la capitale, d’Aubigné à ce moment-là doit faire face, probablement, à des problèmes financiers (voir notice dans Dictionnaire des journalistes). Lors de l’inscription, il remet un prospectus du nouveau périodique (in-12, 12 p.), une brochure imprimée par la veuve Ballard et distribuée par l’Esclapart le jeune, libraire également chargé de la collecte des souscriptions (Jouglard, p. 274, n 1 ; Todd, p. 106). Le prix d’abonnement du nouveau journal – d’un format (in-12) et nombre de pages (224) identiques à ceux de la Bibliothèque universelle des romans – sera de dix-huit livres par an pour Paris et de vingt-quatre  livres pour la province. Les Mémoires secrets l’annoncent le 19 décembre 1765, et l’Année littéraire, dans les mêmes jours, republie presque entièrement le prospectus ([septembre/novembre] 1765, vol. 7, p. 321-329 ; voir aussi la Gazette littéraire de l’Europe, février 1766, p. 319-328). Le Journal des romans contiendra « une collection choisie des Romans Français » allégés de tout « fatras inutile » et « des descriptions qui révoltent par leur excessive longueur » :

Nous entreprenons de donner au Public un abbrégé des meilleurs Romans qui ont paru en France jusqu’à présent […], sans y rien changer quant à la forme & au style. Nous conserverons même le langage & les expressions. Notre travail consistera principalement à abbréger ce qui était trop étendu, […] un grand nombre de Romans […] ont besoin de cette abbréviation pour ne pas ennuyer les Lecteurs sensés. (Journal des romans, […] Prospectus de cet Ouvrage, p. 4-5)

Les textes les plus difficiles seront accompagnés de traductions littérales:

de peur de tomber dans l’inconvénient de présenter au Lecteur des ouvrages inintelligibles, ou dans celui de défigurer ces mêmes Ouvrages, nous en donnerons une traduction qui sera placée vis-à-vis le texte à droite; c’est-à-dire, que le texte sera toujours au verso du feuillet, & la traduction à la page qui le regarde. […] On doit s’attendre à voir le texte rendu mot-à-mot, les tours anciens conservés, autant que notre langage moderne pourra le permettre. Plus nous nous rapprocherons du style original, sans blesser la langue, plus nous croirons avor réussi. […]

Ce n’est point ici un Ouvrage de pur agreement, & nous osons assurer qu’il est beaucoup moins frivole qu’on ne le penserait à l’inspection du titre. En faisant passer nos Romans en revûe, nous aurons occasion de les faire server quelquefois à l’éclaircissement de l’Histoire. Notre Journal, envisagé de ce point de vûe, devient important & philosophique.

Nous verrons si chaque Roman ne peut point nous aider à connoître, du moins en quelque chose, les mœurs, les usages, le Génie & la Littérature du siècle, où il a été écrit. Voici l’ordre & la marche de ce  Journal qui ne ressemble à aucun de ceux que nous connaissons. (Ibidem, p. 5-7)

Tout le matériel sera disposé et organisé chronologiquement, suivant un critère d’exhaustivité :

La première Partie, qui commencera au premier Roman, sera executée dans la forme qui suit ; & par elle on peut juger des autres :

I°. Avant de rien dire du premier Roman imprimé en France, nous donnerons la vie abbrégée de son Auteur […] ;

2°. Nous ferons suivre l’Abbrégé de ce même Roman, en lui laissant, comme on l’a dit, sa forme, ses divisions & son style, & on mettra à côté la Traduction de cet Abbrégé.

3°. L’Ouvrage sera examiné ensuite, & on tachera de l’apprécier. Supposé que le même Écrivain ait composé d’autres Romans, on en donnera pareillement l’abbrégé […].

4°. Quand tous les Romans sortis de la même plume seront exécutés de cette sorte, le genie de l’Auteur deviendra l’objet de notre critique.

5°. De ce Romancier, nous passerons à celui qui lui a succédé  immédiatement, & ainsi de suite, jusqu’à la seconde époque, à laquelle commencera la seconde Partie.

6°. Avant de terminer la première, nous la couronnerons de courtes refléxions sur l’Histoire de ces tems; nous verrons si dans les Romans de cette division, les mœurs des personnages, les usages, les fêtes, &c, n’appartiennent point au siècle de l’Auteur. Nous chercherons la cause du changement que subit le genie Romancier au tems de notre seconde époque […]; car les mœurs influent souvent sur la Littérature, ou la Littérature sur les mœurs.

La seconde Partie, & les suivantes, seront traitées avec la même méthode. (Ibidem, p. 8-10)

Finalement, les auteurs concluent : « Nous aimons mieux différer, que de nous exposer, par trop de précipitation, à manquer à nos engagemens. On peut être sûr que nous aurons un bon nombre de volumes tous prêts lorsque nous publierons le premier » (Ibidem, p. 11).

Publié en décembre 1765, le prospectus n’a aucune suite dans les mois suivants. Dans ces mêmes semaines, cependant, commence la vente  d’un Dictionnaire du vieux langage françois, de l’éditeur et linguiste François Lacombe, l’un des collaborateurs du médiéviste et lexicographe La Curne de Sainte-Palais; un dictionnaire portatif que Fréron présente à ses lecteurs en citant explicitement le Journal des romans, et soulignant la présence décisive, derrière les deux publications – l’une déjà en vente, la seconde annoncée comme imminente – d’un superviseur unique et important : « Le même esprit, Monsieur, qui a produit le plan si estimable & si judicieux du Journal des Romans François, semble avoir inspiré un ouvrage très-intéressant pour cette entreprise Littéraire; il est intitulé Dictionnaire du Vieux Langage François, […], par M. la Combe » (L’Année littéraire, [nov.-déc.] 1765, vol. 8, p. 321-329; voir aussi la Gazette littéraire, mai 1766, p. 134-141). Le personnage auquel Fréron fait allusion est, bien entendu, La Curne de Sainte-Palais, dont François Lacombe est un collaborateur et qui représente alors, suivant Lionel Gosmann, « the man to whom anyone working on Old French or Provençal literature naturally turned » (Gossman, p. 328, n. 6) ; et en effet, dans son Dictionnaire Lacombe affirme, à plusieurs reprises, en avoir reçu et en recevoir encore des textes et des traductions. Le modèle conçu pour les extraits du Journal des romans (transcription textuelle avec traduction en regard) est typique du modus operandi de La Curne de Sainte-Palais, et c’est celui que Lacombe utilisera dans un Supplément de son dictionnaire publié en 1767. L’ordre chronologique du projet mais, surtout, des données biographiques presque inconciliables, rendent improbable la participation de Jean-François de Bastide, fondateur et propriétaire de la Bibliothèque universelle des romans en 1775, à cette tentative de 1765. Tout autre est le cas du marquis de Paulmy, son futur directeur, à l’égard duquel il convient de souligner, au contraire, l’existence de quelques informations biographiques compatibles : les Voyer d’Argenson Paulmy sont originaires de Touraine, comme les d’Aubigné, et un lien entre les deux familles et, plus précisément, entre les deux marquis en question, nous semble donc plausible, confirmé par le fait qu’il y avait certainement des relations assidues entre les d’Argenson et les Boufflers, une famille picarde à laquelle même le marquis d’Aubigné s’était attaché après son mariage (1744) avec Marie-Cécile de Boufflers. Autre élément biographique significatif : la présence de Paulmy à Paris entre 1764 et mars-avril 1766, exactement à l’époque qui correspond à la tentative du Journal des romans. En été 1764 le marquis, qui réside à Varsovie depuis 1759 comme ambassadeur, quitte sa mission diplomatique et rentre dans la capitale française (Gazette de France, 6 juillet 1764, p. 215-216) ; l’appartenance au même milieu académique, un partage d’intérêts culturels et un rapport d’amitié consolidé le lient, depuis plusieurs années, à La Curne de Sainte-Palais. En 1765, Paulmy s’installe à l’Arsenal, avec sa famille (et avec ses livres) ; il y restera jusqu’à ce que, nommé ambassadeur à Venise, il parte pour l’Italie, au début de l’année 1766 (Mercure historique et politique, mars 1766, p. 196).

 

 

Auteur additif

Titre indexé

JOURNAL DES ROMANS *

ÉLIXIR LITTÉRAIRE

0366
1766

Titre(s)

Elixir littéraire ou Journal de l'Europe.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Mai – juillet 1766. 3 vol.

Description de la collection

In-12.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

La Haye.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Jean-François de BASTIDE.

Bibliographie

Barbier. D.P. art. «Bastide.

Périodique non retrouvé. Signalé comme «perdu» à l'Universitäts- und Stadts-Bibliothek, Köln. Mention dans le Courrier du Bas-Rhin du 17 octobre 1767: dans une lettre censée écrite par la Gazette de Clèves «au Gazetin de Bruxelles, son fils», on relève une allusion satirique, à propos de Elixir littéraire, au temps où Bastide faisait le «métier de charlatan». Annonce dans le Mercure historique et politique d'avril 1766, avec attribution à M. de Bastide, «avantageusement connu par le Nouveau Spectateur, le Choix des meilleurs morceaux du Mercure et des anciens journaux, le Monde comme il est... .

Additif

Titres : Vol. I (mai 1766) et vol. II (juin 1766) : Élixir/ littéraire,/ par/ Mr. de Bastide,/ Auteur/ du/ Nouveau Spectateur, À La Haye,/ Chez Fred. Staatman, Libraire,/ Aux dépens de l’Auteur,/ M.D.CC.LXVI. Le titre change au vol. III (juillet 1766) : Élixir littéraire, ou Journal de l’Europe (Neue critische Nachrichten, 1766).

Dates, périodicité: Mensuel, « paroîtra tous les premiers du mois. Il contient 8 feuilles grandes in douze, petits caractères, beau papier » (Lettre du Libraire Staatman).

Description de la collection: Un exemplaire (dépourvu de frontispice et de tout texte liminaire) des 36 premières pages numérotées du vol. I est dans un recueil (factice) de la UC Berkeley Library : sign. Bancroft PN2633.M3.1751 ; un exemplaire du vol. II (qu’on a examiné),  est à la Thüringher Universitäts und LandesBibliothek de Jena: in-12, 203 pages ; sign. 8 MS 28385:2 . Dans les Neue critische Nachrichten se trouvent les index détaillés des articles contenus dans les trois livraisons, parfois accompagnés de brefs commentaires de présentation (1766, vol. 2, p. 250-252, 344, 407).

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s): « L’Ouvrage se debite par souscription, ou par volumes. Le prix de la souscription est 12 florins par an, et le prix du volume un florin » (Lettre du Libraire Staatman). L’édition « aux dépens de l’Auteur » suggère un tirage limité, confirmé par la rareté du périodique et, indirectement, par le témoignage de Bastide après son déménagement à Bruxelles : en s’adressant à Cobenzl à quelques mois seulement de la cessation du périodique, il demande au ministre plénipotentiaire de lui rendre « pour une heure le premier volume de l’élixir littéraire dont il a besoin pour former la liste de ses libraires étrangers » (Bruxelles, Archives générales du Royaume, n. 1067, f. 68, s.d. [octobre/décembre 1766].).

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables:: Centré sur l’actualité culturelle et spécialement littéraire, le journal est un recueil où alternent textes poétiques, historiques et narratifs, sans aucune division en parties. Une brève présentation souligne presque toujours l’originalité et la nouveauté des textes : « Nouveau, mais imprimé », « Non imprimé », « Communiqué par manuscrit », « Non connu, et non imprimé ». En effet, certains de ces textes – c’est le cas, par exemple, de la poésie Le cœur de Boufflers dans le vol. I, et du Dialogue entre Mars & Thaliede Dorat dans le vol. II – au moment de leur publication dans le périodique, circulent à Paris sous forme manuscrite, comme l’indiquent les Mémoires secrets (15 janvier et 3 mai 1766.) La lecture des index et l’examen du contenu du vol. II mettent en évidence une majorité de textes poétiques – souvent poésie d’occasion -, tirés de journaux tels que le Mercure de France, le Journal encyclopédique, l’Avant-Coureur et, surtout, l’Almanach des Muses : principalement, de vers de Baculard d’Arnaud, Sautreau de Marsy, Rochon de Chabannes, Chauvet, Dorat, Légier, Dumouriez et Voltaire. De ce dernier – sous le titre Vers sur la Mythologie, dans le vol. II –, l’Élixir publie l’Apologie de la Fable, déjà parue en 1765 dans les Nouveaux mélanges. Cependant Bastide insère aussi ses propres textes : un extrait du poème Le Temple des Arts (vol. II), à peine publié pour illustrer la collection d’art du marchand d’Amsterdam Gerret Braamcamp, et quelques Lettres vénitiennes (vol. III), un court roman épistolaire publié à nouveau en 1771 avec le « conte en vers » Le Dépit et le Voyage. Un espace d’une certaine ampleur est réservé aux spectacles: l’Élixir propose « Observations », « Réflexions » et extraits relatifs au Philosophe sans le savoir de Sedaine (vol. I et III), au Mariage clandestin de Garrick et Colman (vol. II), à L’Amitié, comédie hollandoise (vol. II), et au Connoisseur de La Coste de Mézière, tiré du conte de Marmontel (vol. II et III). La fiction et le récit ont un place plus limitée : quelques contes et des histoires anonymes (par exemple, une Histoire nouvelle et le conte Le Rival généreux, dans le vol. II); dans les vol. I et II se trouve une série d’Anecdotes prétendument tirées des Récréations littéraires de Cizeron-Rival, tout juste publiées. Quelques « morceaux concernant Mr. J. J. Rousseau » dans le vol. III sont relatifs à sa dispute, de résonance européenne, avec Hume (Voir Haller) ; dans le même volume, on trouve aussi l’apologue voltairien Des Payens et des Sous-fermiers, publié également dans les Nouveaux mélanges de 1765.

Historique: Le 17 août 1766 le baron Huybrect de Kruyningen, correspondant politique de Cobenzl à La Haye jusqu’en 1782, s’adresse au ministre plénipotentiaire en lui recommandant Bastide, qui est en train d’emménager à Bruxelles. L’écrivain, affirme le baron :  « a passé huit mois dans ce pays » à rédiger un « Journal de l’Europe, qui se débite tous les mois » (Huybrecht à Cobenzl, 17 août 1766 cité par Piot). Le périodique est prohibé en France (BnF, fr. 21929, f. 24 : voir D.P. art. «Bastide)

Bibliographie:

Neue critische Nachrichten, Greifswald, im Anton Ferdinand Rösens Buchhandlung, 1766, vol. 2, p. 250 ; ibidem, p. 407.

« Lettre du Libraire Staatman, au Lecteur de ce Mercure », Mercure historique et politique, avril 1766, s.p. (appendice).

Mémoires secrets, 1766, vol. 2, pp. 250-252; ibidem, p. 344; ibidem, p. 407.

Haller, Gottlieb Emanuel von, Bibliothek der Schweizer-geschichte und aller Theile, so dahin Bezug haben. Systematisch-Chronologisch geordnet, Bern, in der Hallerschen Buchhandlung, 1785, t. II, pp. 334-335.

Piot, Charles, « Le séjour de Jean-François de Bastide à Bruxelles », Bulletin de l’Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles, 1882, t. IV, p. 258.

Mention dans Il Corrier letterario, in Venezia, a spese di Antonio Graziosi, 31 Maggio 1766, p. 599.

Auteur additif

Titre indexé

ÉLIXIR LITTÉRAIRE

Date indexée

1766

BIBLIOTHÈQUE UNIVERSELLE DES ROMANS

0172
1775
1789

Titre(s)

Bibliothèque universelle des romans, ouvrage périodique, Dans lequel on donne l'analyse raisonnée des Romans anciens et modernes, François, ou traduits dans notre langue ; avec des Anecdotes et des Notices historiques et critiques concernant les Auteurs ou leurs Ouvrages ; ainsi que les mœurs, les usages du temps, les circonstances particulières et relatives, & les personnages connus, déguisés ou emblématiques.

Continuée par la Nouvelle Bibliothèque des romans (1798-1805).

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Juillet 1775-juin 1789. Avec approbation et privilège (27 avril 1775). Prospectus : juillet 1775, premier volume; Mercure de France, mai 1775; Journal encyclopédique, 15 juin 1775;  l'Année littéraire, 21 nov. 1775; Gazette d'Europe, juin 1776.

La périodicité annoncée (le premier de chaque mois, plus un volume supplémentaire les 15 janvier, avril, juillet, et octobre) est respectée, à l'exception de quelques retards insignifiants, qui devinrent plutôt longs et fréquents en 1787-1788 et qui sont attestés par une date d'approbation postérieure à celle de la page de garde. Dès juillet 1788, il n'y a plus cette indication interne de la date de parution.

Description de la collection

224 volumes au total, correspondant chacun à une livraison, soit 16 volumes par an (12 livraisons mensuelles et 4 livraisons doubles). A partir d'avril 1788, la pagination est continue sur deux volumes (A. Martin, La Bibliothèque universelle des romans, p. 8). Environ 215 p. par volume (on promet 9 feuilles). In-12, 95 x 135.

Prix : 24£ à Paris, 32£ en province, 36 sous le volume pour ceux qui n'étaient pas abonnés.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Paris, «Au Bureau, rue Neuve Sainte-Catherine, pour Paris. Au Bureau et chez Demonville, Imprimeur-Libraire de l'Académie Française, rue Christine, pour la Province». Les adresses du bureau varient. De nouveaux libraires s'y associent pour les abonnements en province : Moutard en mai 1779 ; Gueffier, oct. 1780, vol. I ; déc. 1780 et juil. 1781, vol. I ; avril 1782, vol. I. Seul Jean-François Bastien est nommé entre juillet 1787, vol. I et juillet 1788, vol. I. L'index littéraire de Martin comprend tous les noms de libraires cités dans les volumes.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Le marquis de PAULMY, Marc Antoine René de Voyer d'Argenson, dont l'associé fut le comte Louis Élisabeth de La Vergne de TRESSAN, tous les deux médiévistes reconnus. Le propriétaire du privilège fut Jean-François de BASTIDE, écrivain professionnel peu estimé des éditeurs de la Correspondance littéraire (juil. 1776, XI, 307). Il devint directeur de fait, toujours avec l'appui de Tressan, à la démission de Paulmy en décembre 1778.

Collaborateurs : Denis Dominique Cardonne, interprète du roi en langues orientales ; André Guillaume Contant d'Orville, associé de Paulmy ; Couchu, spécialiste pour les extraits tirés de l'espagnol ; Jean Marie Louis Coupé, traducteur assez connu ; Jean-Pierre Claris de Florian, nouvelliste ; Barthélémy Imbert ; Pierre Jean Baptiste Le Grand d'Aussy, médiéviste ; Charles-Joseph de Mayer, qui avec Tressan et Bastide fut un des rédacteurs les plus féconds ; Louis Poinsinet de Sivry. Collaborateurs occasionnels, noms cités au même caractère que ceux des collaborateurs connus : Perrin de Cayla ; le chevalier de Cubières ; Digeon ; Nicolas Bricaire de La Dixmerie ; Dugas ; Eidous ; Friedel ; Jacques Vincent de La Croix ; Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye ; Mme Riccoboni. L'index littéraire de Martin comporte une liste de tous les noms d'auteurs, de traducteurs et d'éditeurs qui figurent dans la B.U. R.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Le périodique fit connaître «l'âme, l'esprit, et pour ainsi dire, la miniature» de tous les romans «que le tems a accumulés» dans le but philosophique de faire comprendre l'histoire des mœurs (Prospectus). La bibliothèque comprend plus de 800 extraits et textes intégraux. Le dernier volume en donne une table alphabétique. Voir aussi la table critique de Martin.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., Y2 8145-8335 ; Rés. Y2 1861-1968 ; Ars., 8° BL 28864. Collection étudiée : réimpression Genève, Slatkine, 1969, 28 vol.

Bibliographie

De nombreuses réimpressions partielles, car les éditeurs tenaient à garder disponibles les anciens numéros pour les nouveaux souscripteurs.

Traduction en anglais, 1780, 2 vol. : A New and Complete Collection of Interesting Romances and Novels translated from the French by Mr. Porney, teacher of French language at Richmond, Surreyet A New Treasure of Knowledge and Entertainment being a translation of that celebrated periodical work now being published in France under the title of Bibliothèque universelle des Romans, London, 1780.

Clapp J.M., «An eighteenth-century attempt at a critical view of the novel : the Bibliothèque des Romans», PMLA, 25, 1910, p. 60-96. – Poirier R., La Bibliothèque universelle des romans, Genève, Droz, 1977. – Martin A., «La Bibliothèque universelle des romans», 1775-1789. Présentation, table analytique, et index, Studies on Voltaire, t. CCXXXI, 1985. – Sauvy-Wilkinson A., «Lecteurs du XVIIIe siècle. Les abonnés de la Bibliothèque universelle des romans. Premières approches», Australian journal of French studies, XXIII, 1986, p. 48-60.

Historique

Le moment choisi par Paulmy pour lancer sa B.U.R. était propice à plusieurs égards. La vogue des collections encyclopédiques continuait. Sa bibliothèque personnelle qui allait devenir le noyau de la collection de l'Arsenal comptait suffisamment de manuscrits et d'ouvrages rares pour remplir les pages pendant des années. En plus, le roman se voyait racheté moralement par le succès de La Nouvelle Héloïse. Bastide s'appuie dans la préface sur la valeur d'une lecture «dirigée par la Philosophie», sur le côté historique des «Romans de tout genre, ceux même de l'imagination la plus folle», et sur les vérités des fictions, tout en soulignant le divertissement et le plaisir auxquels s'attendait le lecteur de romans. Pour réaliser leur double but de l'utile et l'agréable, les éditeurs s'érigèrent plus en critiques qu'en simples compilateurs. Ils choisirent les textes à traduire, en traduisirent certains eux-mêmes, et créèrent même, surtout à partir de 1779, des textes inédits dans le goût du journal. Les traités sur les littératures étrangères furent nombreux ainsi que les commentaires et les notes parfois très étendus et les notices biographiques. Bien qu'on ne promette dans le prospectus que des notices sur les ouvrages les plus célèbres, la B.U.R. en donne souvent de longs extraits : la plupart des textes demeurent consacrés à des fictions plus obscures. Le devoir dont le directeur se chargea étant de parler de tous les romans de tous les temps, le champ fut parfois stérile en intérêt, ce qui ne fut pas toujours bien accueilli par un public aisé et probablement plus féminin que masculin qui dut préférer l'agréable (voir oct. 1787, vol. I, p. 3-8 pour une réponse des éditeurs aux critiques à ce sujet).

En tant que collection de vieux manuscrits et livres rares, le journal chercha ses textes partout. Paulmy en fournit la plupart au début, semble-t-il, mais il ferma sa bibliothèque avec sa démission. Les rédacteurs puisèrent alors dans leurs propres bahuts, dans la Bibliothèque du Roi que Bignon leur avait ouverte, et chez le public, qu'on interrogea régulière ment sur les livres à résumer et sur les lacunes (la littérature allemande, par exemple, sur laquelle les lecteurs du Journal de Berlin auraient peut-être des renseignements qu'ils partageraient avec le public de la B.U.R. (nov. 1776). Le propriétaire paya ces contributions (avril 1780, vol. I, p. 3-6), qui lui furent envoyées par des auteurs et des gens de lettres, des amateurs et des gens de qualité, et par, tout simplement, «de jolies dames».

Les sujets traités par la B.U.R. se divisent en huit classes inspirées de celles de Lenglet Dufresnoy : les traductions des anciens romans grecs et latins ; les romans de chevalerie, redécouverts grâce en partie à la B.U.R. ; les romans historiques, classe inégale puisque le journal manqua souvent de matières pour les littératures moins connues telles la Scandinave et l'allemande, comme nous venons de le voir, tandis que les ressources en d'autres domaines, surtout la littérature ibérique, abondaient ; les romans d'amour, y compris beaucoup d'ouvrages contemporains dès 1780 ; les romans de spiritualité, de morale et de politique ; les romans satiriques, comiques et bourgeois ; les nouvelles historiques et les contes ; et les romans merveilleux. L'intention de traiter méthodiquement les huit classes se transforma à partir du cinquième volume, ces limites ne répondant ni aux textes disponibles ni aux désirs du public. Les romans de chevalerie et de la littérature du seizième siècle furent applaudis et donc multipliés, alors que les romans traduits du grec et latin furent si peu nombreux que cette rubrique ne fut gardée qu'une année, après quoi la première classe devint celle des romans étrangers, un quart environ de la collection. En janvier 1778, vol. I, le directeur annonce un nouveau plan : l'alternance entre les romans français par ordre alphabétique et les romans étrangers, historiques et de chevalerie, et la suppression des autres classes. Quand cette tentative fut abandonnée en août 1780, on était toujours à la lettre «A» pour les romans français. Le directeur n'avait d'ailleurs pas totalement retiré le cinquième groupe, les romans de spiritualité, devenu romans mythologiques en mai 1780, car six extraits parurent pendant ces deux années. La notation de la classe devient de plus en plus irrégulière dans les volumes qui restent, pour disparaître presque complètement dans les deux dernières années. On sent aussi des difficultés d'organisation dans certaines décisions de classement plus ou moins arbitraires : des romans historiques qui conviennent aussi bien au groupe des romans merveilleux ; des romans d'amour qui se trouvent à la classe historique par leurs héros royaux, des aventurés de chevalerie parmi les romans étrangers par leur origine nationale. Les rédacteurs firent même des extraits de drames ou de poèmes épiques quand les romans manquaient dans une classe, sous le prétexte qu'il s'agissait au fond d'œuvres d'imagination. Les articles où la classe est indiquée pèsent ainsi dans la totalité de 46 700 p.: romans étrangers, 22,3% ; de chevalerie, 11,29% ; historiques, 14,59% ; d'amour (et romans français), 24,6% ; de spiritualité, 3,9% ; satiriques, 2,4% ; nouvelles, 2,73% ; merveilleux, 2, 06% ; sans classe, 16,13%.

Les commentaires et la disposition des textes révèlent une méthode qui vise déjà à l'édition critique. Les textes sont presque toujours situés par des remarques, souvent développées sur plusieurs pages, et on éclaire les obscurités de l'histoire par des notes ou par des explications dans le texte même. On fournit des clés, des notices biographiques, et des notes pour terminer la narration quand l'analyse n'est pas intégrale. L'attention portée à la traduction n'est pas surprenante dans un journal où plusieurs membres de l'équipe, et notamment les chefs, s'en occupaient. Les notes sur les traducteurs sont parfois aussi longues que celles sur les auteurs, et les mots et expressions qui se traduisent difficilement, surtout de l'ancien français, sont commentés. La liste des éditions successives et les traductions d'un ouvrage comprennent souvent un conseil sur le meilleur des textes, et il arrive que deux versions du même ouvrage soient analysées, afin que le lecteur puisse les comparer. Quand un auteur fond plusieurs histoires pour en composer une nouvelle, les sources sont parfois signalées (la narration du Roland, par exemple, oct. 1777, vol. II). Les paternités littéraires et les dates douteuses se voient rétablies, et la marche et le style de la version originale sont consciemment respectés.

Le périodique, bien que collection d'œuvres d'imagination, tenait pour la forme à la valeur de la vérité historique. La présentation et les notes des romans historiques et de chevalerie corrigent les erreurs de fait et rappellent au lecteur que telle aventure fut tirée de l'histoire ou ne le fut pas. Mais tout en recommandant l'impartialité de la donnée historique, la B.U.R. ne fut guère exigeante ni sur la provenance du texte ni sur la fidélité à son état primitif. Après le départ de Paulmy, les éditeurs n'hésitent pas à extraire leurs récits soi-disant historiques des romans des seizième et dix-septième siècles. Quand un «monument historique» n'existait pas ou qu'une histoire manquait de conclusion, l'écrivain se crut autorisé à en inventer. Si la conclusion ne plaisait pas, il fallait la transformer, et les détails ridicules ou indécents durent être censurés. Un collaborateur l'expliqua en août 1775 : «Il faut que la fable ne s'écarte de la vérité que pour en orner les traits ; et l'on ne pardonne pas au Romancier d'altérer l'histoire, s'il ne sait point l'embellir» (p. 145). En vue de cet embellissement, les rédacteurs prirent d'autres libertés plutôt littéraires avec leurs textes, tout en essayant de conserver leur caractère original. Ils changèrent la disposition du plan, firent ressortir les événements principaux, et développèrent ou réduisirent les histoires. Les personnages qui manquaient d'énergie en eurent. Les longueurs et les détails ennuyeux furent supprimés et les histoires confuses se démêlèrent. Le style devint plus pur. Les collaborateurs récrivirent enfin les histoires, comme celle que Tressan raconte de mémoire après 45 ans (janv. 1777, vol. I, p. 47-50), ou comme cette autre narration de Bocace qui, dit l'éditeur, l'aurait sans doute traitée de la manière de la B.U.R. s'il avait pu prévoir ces lecteurs français (juil. 1779, vol. II, p. 4).

Le goût littéraire de la B.U.R. reste plutôt conservateur avec toutefois certains indices qui situent la collection bien dans son temps. Les écrivains louent un style chaleureux caractérisé par l'énergie et l'animation plutôt que par l'esprit et la sécheresse. Ils préfèrent la naïveté et la simplicité aux prodiges de mémoire et de brillance de leurs contemporains. Les hiérarchies et les définitions existent pour eux, ils acceptent alors difficilement le «goût du terroir» des romans anglais, les romans-fleuves, et les images grotesques ou sanglantes, bien qu'ils cherchent et louent partout les détails réalistes des tableaux de mœurs peints par le romancier. Si celui-ci jouit d'une relative liberté, il doit en même temps se rendre compte que les grands principes, la vraisemblance, l'unité, la vérité des caractères, valent dans le roman dans la même mesure que dans le drame. Le romancier habite le domaine de l'imagination, c'est un principe souvent répété, mais de là aux théories d'un Diderot sur le génie et l'originalité il y a un pas qu'aucun critique ne fait. Le roman admet aussi la sensibilité, et sur ce point la B.U.R. est bien de son temps avec ses élans : «Mais le sentiment ! le sentiment ! que ne pense-t-on pas, que n'imagine-t-on point avec un cœur sensible» (juil. 1786, vol. II, p. 168) ; et ses affirmations : «Un Roman qui ne parle point à l'âme sensible, quelque mérite qu'il ait d'ailleurs, est, à notre avis, un Ouvrage très-médiocre, pour n'en pas dire plus» (avril 1779, vol. II, p. 22). Comme dépôt littéraire, la B.U.R. trouva naturellement plus de richesses dans le passé que dans le présent, qui fut condamné pour son manque de gaîté, sa froideur, la corruption des mœurs, le factice, et son goût en littérature pour les marquis fades et la galanterie. Cependant, ce public de l'ancien régime réserva une bonne part de son enthousiasme pour des héros d'un tout autre âge, ceux de la chevalerie, et dont les histoires contribuèrent beaucoup au succès du journal. La B.U.R. fit prévaloir aussi le classicisme de Mme de La Fayette et critiqua la diffusion et l'exagération des Scudéry, en fournissant de longs extraits des ouvrages des deux écoles. Les romans étrangers, que le propriétaire appelait «une nouvelle branche de littérature» (janv. 1779, vol. II, Avis), remplirent, comme nous l'avons vu, près d'un quart de la collection. On trouve aussi de nombreux extraits des écrivains du dix-huitième siècle (Lesage, Prévost, Marivaux), dont peu de très récents et aucun de Voltaire ou de Rousseau.

Depuis le début de la B.U.R. les directeurs insistèrent sur la bienséance et l'honnêteté, une circonspection nécessitée encore peut-être par la réputation des romans. Les éditeurs n'hésitèrent pas à couper les endroits scandaleux ou les expressions trop libres, surtout dans les romans de chevalerie. Ce fut cependant l'éditeur responsable de ces histoires, Tressan, qui provoqua à ce sujet la démission du directeur, Paulmy. Celui-ci critiqua des libertés que Tressan s'était permises, et le conflit n'étant pas résolu autrement, Paulmy retira son appui en décembre 1778. Le motif de la rupture fut-il connu ? Les protestations de décence augmentent curieusement sous la nouvelle direction de Bastide.

Malgré l'insuccès de deux tentatives de réédition in-quarto (1782) et (1787), le journal fut bien reçu du public. Le directeur parle souvent dans les avis de ce bon accueil, qui est d'ailleurs attesté par les 224 volumes publiés au cours de 14 ans. Les raisons de l'interruption du périodique restent inconnues. On lit à plusieurs reprises l'embarras des éditeurs devant la difficulté de plaire en même temps aux savants et au public. Un obstacle moins surmontable fut sans doute le début de la Révolution ; les derniers volumes parurent probablement en retard sur la date indiquée avec le titre. Quelles que soient les vraies explications, on peut constater la fin du journal dans une table complète marquée juin 1789.

Additif

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares: Österreichische Nationalbibliothek, Wien (réédition in 8°), 258095-B ; B. U. Pavie, M.V.10.N.1) ; Biblioteca Civica Bertoliana, Vicence, E.1.4.4-15 ; B. N. Sagarriga, Bari, DZ 76 H 0010/0021 ; BNCF, Palat., Florence, 17.1.4.3.

Bibliographie: Traduction en italien, in-8, 4 vols., traducteur[s] inconnu[s]. Édition réalisée à Milan par Bastide: Biblioteca universale dei romanzi opera periodica in cui si dà l’analisi ragionata dei romanzi antichi, e moderni, con aneddoti e notizie storiche, e critiche, le quali riguardano gli autori, e le loro opere, i costumi, gli usi de’ tempi, le circostanze particolari, e relative, e le persone conosciute, trasfigurate, o emblematiche, Milano, Presso Giuseppe Galeazzi, 1790 [vol. 1/7](Biblioteca Manfrediana, Faenza, R 010 005 030 (on a examiné ces volumes) ; Österreichische Nationalbibliothek, Wien, 258042-B ; B. U. Pavie, M.V.10.N.2; Biblioteca Comunale, Periodici, Côme, A 787 (pour cette dernière indication, voir Lucinda Spera).

L’édition italienne, signalée par Emilio Bertana (« Pro e contro i romanzi nel Settecento », Giornale storico della letteratura italiana, XXXVII (1901), p. 348-349) et par Giambattista Marchesi (Studi e ricerche intorno ai nostri romanzieri e romanzi del Settecento, Bergamo, Istit. italiano d’arti grafiche, 1903, p. 424-425), a été présentée pour la première fois par Lucinda Spera, en 1991 (voir infra).

Masseau D., « Le rôle des extraits de la Bibliothèque universelle des romans », La licorne, vol. XXI (1991), p. 187-194.

Spera L., « Una proposta editoriale d’Oltralpe : la Bibliothèque universelle des romans e la sua traduzione italiana », Rassegna della letteratura italiana, 1991/1-2, p. 66-71).

Sauvy-Wilkinson A., « Les souscriptions à la Bibliothèque Universelle des romans (1776-1780) », dans L’Europe et le livre. Réseaux et pratiques du négoce de librairie XVIe-XIXe siècles, Paris, Klincksieck, 1996, p. 371-382.

Hall M., « Gender and Reading in the Late Eighteenh Century: The Bibliothèque universelle des romans », Eighteenth-Century Fiction, [Hamilton Ontario], McMaster University, vol. 14 (2002/3), p. 771-789.

Marinai F., « Jean-François de Bastide in Italia (1788-1798) : gli ultimi anni della carriera di un écrivain professionnel », Rivista di Letterature moderne e comparate, vol. LXV (2012/2), p. 135-166.

Marinai F., « La Bibliothèque universelle des romans (1775-1789). Genesi e sviluppo di un’idea », Rivista di Letterature moderne e comparate, vol. LXVIII (2015/1), p. 1-32.

Historique: Parmi les nombreuses initiatives éditoriales que Bastide entreprend de 1790 à 1798, pendant son séjour en Italie, figure une réédition in-8 de la Bibliothèque universelle des romans (BUR). L’approbation,signée à Milan (censeur: Alfonso Longo) date du 29 mars 1790, et l’édition française est immédiatement suivie d’une autre équivalente, en italien, du même format : ce « redoublement » éditorial est une caractéristique de presque toutes les œuvres composées et publiées par Bastide dans les dernières années – italiennes ‒ de sa carrière de journaliste et d’écrivain.

L’édition française débute en mars-avril 1790 ; les livraisons continuent, mensuellement, jusqu’au volume 12; la BUR italienne (sans approbation) s’arrête auparavant, au volume 4 (dans les cinq derniers volumes l’éditeur change, et on joint le sous-titre : Nouvelle édition enrichie de romans traduits de l'italien, & de l'allemand, intéressans, & rares, (s.l.), 1790 [vol. 8/10]-1791 [vol. 11-12]). L’éditeur milanais Giuseppe Galeazzi s’en occupe, mais seulement jusqu’au septième volume de l’édition française ; à partir du huitième (publié, probablement, entre octobre et novembre 1790), Galeazzi est remplacé par un autre éditeur – de Turin, peut-être – qui n’est plus indiqué.

Quelques mois plus tard, alors que sortent ou viennent de sortir les deux derniers volumes français (onzième et douzième, datés 1791), Bastide se déplace à Florence : les ventes du périodique, évidemment, ne marchent pas et la BUR italienne s’est déjà arrêtée, au quatrième volume. Un nouveau prospectus (de la seule édition française) est donc imprimé « à Florence », par les presses de Gaetano Cambiagi: Prospectus Quatrième Edition in 8.° de la Bibliothèque Universelle des Romans, à Florence, à l’Imprimerie Royale, 1791 ; in-8°, p.[4]-XVI (BNCF, Palat., Florence, Misc. 3. C. 14. 10.). On y propose à nouveau la préface de l’édition milanaise qui provenait elle-même d’un Avant-propos préparé pour la BUR en 1787, lors d’une première tentative de réédition in-8° de la collection. Il existe un prospectus de l’édition de 1787 : Nouvelle édition in-8° de la Bibliothèque universelle des romans, à Paris, de l’Imprimerie de Demonville, 1787 (München, Bayerische Staatsbibliothek, P.o.gall. 2310.3).). Par rapport au texte de 1787, la seule différence détectable est dans les paragraphes où sont illustrés les rapports entre Bastide et ses anciens collaborateurs et associés (le marquis de Paulmy, le comte de Tressan et Madame Riccoboni) : la première personne du pluriel, qui soulignait dans le texte original la collégialité du travail rédactionnel, fait place, dans la préface de 1790 et dans le prospectus de 1791, à une première personne du singulier, nettement autoréférentielle. La préface de la « double » édition milanaise se termine (BUR, 1790, vol. I, p. xxiii-xxviii) par un paragraphe de Considérations particulières sur les romans d’Italie, et les romanciers de cette nation. Le texte, qui n’est pas republié dans le Prospectus florentin – contient une réflexion historico-critique sur l’état du roman en Italie, et provient, lui aussi, de la BUR (août 1776, p. 5-15). Toujours en accord avec le contenu de la préface des éditions milanaises, la brochure florentine se termine avec la reproduction d’une lettre d’encouragement que Voltaire avait adressée le 15 août 1775 aux éditeurs et aux auteurs du périodique, alors débutant (Prospectus, 4ème édition in 8°,p. xi-xvj) ; ici aussi, avec désinvolture, Bastide remplace l’original « Messieurs » utilisé par Voltaire, par un « Monsieur » qui lui permet de se poser comme le seul destinataire de la lettre.

L’existence de cette édition in-8°, valorisée par la présence des deux éditions parallèles, française et italienne, ajoute un nouvel élément de complexité – mais aussi d’intérêt – à l’histoire éditoriale très compliquée de la collection. Dans cette perspective, le prospectus florentin fournit des informations supplémentaires :

Les trois premières éditions de cet ouvrage étant épuisées, on en avoit commencé une quatrième, in 8.°, à Paris; les trois premiers volumes avoient déjà paru. Les événemens qui suivirent cette époque en France, arrêterent une entreprise, que le public avoit, pour ainsi dire, determiné par ses vœux. Monsieur de B*** se trouvant aujourd’hui en Italie, où l’amour des arts l’a conduit, quelques personnes d’esprit, quelques imaginations tendres l’ont excité à s’enrichir de nouveaux trésors […]; et à reprendre le dessein de son édition […]. Le sentiment a décidé. L’édition a été commencée; et les douze premiers volumes paroissent. Chaque livraison sera du même nombre de volumes, et aura lieu tous les six mois. Le volume, in 8.° (240 pages) est fixé à deux paoli (Prospectus, 4e éd.in 8°,p. [3-4]).

Cependant, malgré les efforts pour stimuler les ventes et les abonnements en augmentant le rythme de publication, l’initiative s’arrête dans les premiers mois de 1791 et le bilan final des volumes publiés est de 4 pour l’édition italienne et de 12 pour la française.

En outre, l’examen du contenu des cinq derniers volumes de la BUR française contredit ce qui était indiqué dans le sous-titre : aucune trace des nouveaux « romans traduits de l’italien & de l’allemand » annoncés ; les extraits, déduction faite de quelques déplacements non significatifs, sont ceux déjà publiés, en 1775-1776, dans les premiers volumes de la collection in-12.

Dans un Avis à la fin du premier volume de l’édition française (absent de l’édition italienne), on trouve, cependant, une indication importante:

On souscrira pour cet Ouvrage chez les principaux librairies d’Italie, de France et du reste de l’Europe, lesquels s’adresseront (pour l’Italie) à Milan, chez Joseph Galeazzi, imprimeur libraire; et pour la France, à Paris, au bureau de la Bibliothèque des Romans, rue des poitevins n° 20. Il paroîtra, tous les mois, un volume de quinze feuilles, in 8°, c’est-à-dire de 240 pages, on le payera 48 sols de France (BUR, 1790, vol. I,p. 203).

L’adresse parisienne de l’Avis établit un lien de propriété formel et explicite entre la BUR milanaise – apparemment, propriété exclusive de Bastide – et la BUR de la série principale, dont les quatorze derniers volumes – datés d’août 1788 à juin 1789, mais publiés et distribués en 1790 – sont également achetés, à Paris, à la même adresse : « Au Bureau, rue des Poitevins n° 20 ». Évidemment, Bastide est de nouveau (dès 1789, presque sûrement) le propriétaire de la BUR, et en avril 1790 – date approximative de publication du volume contenant l’Avis cité ‒ un bureau parisien du périodique est encore ouvert et actif, et les derniers volumes in-12 sont en distribution.

En octobre-novembre 1788, le libraire Bastien avait été sollicité pour reprendre la publication de la BUR, interrompue (après une banqueroute) en 1787 ; cette charge lui avait été conférée par un « nouveau propriétaire » inconnu, succédant à Bastide (voir Martin, Angus, La Bibliothèque universelle des romans, Oxford, The Voltaire Foundation, 1985, p. 12-13). Le premier volume publié chez Bastien porte la date d’août 1787 (il faut récupérer, en antidatant les volumes, une interruption de quinze ou seize mois) ; les livraisons de Bastien continuent jusqu’au numéro d’août 1788 – publié, environ, au second semestre de 1789 ; puis Bastien disparaît, remplacé par un éditeur qui n’est plus indiqué et qui imprime les quatorze derniers volumes in-12 de la collection. À ce changement de libraire correspond, certainement, un nouveau changement de propriété, laquelle est réacquise par Bastide : hypothèse confirmée par un passage d’un prospectus pour une édition de ses Œuvres diverses et choisies, où l’écrivain déclare qu’il peut à nouveau disposer librement de la BUR : « Le parti que je viens de prendre, et qu’un Prospectus a annoncé, relativement à la Bibliothèque des Romans, me permettant de disposer de moi-même, j’exécute mon projet » (Œuvres diverses et choisies de M. de Bastide, En douze Volumes in-8° [Prospectus, avec biographie de l'auteur], à Paris, chez Bastien, 1789, p. i; BMVR Alcazar, x d 5615).

Auteur additif

Titre indexé

BIBLIOTHÈQUE UNIVERSELLE DES ROMANS

Date indexée

1775
1776
1777
1778
1779
1780
1781
1782
1783
1784
1785
1786
1787
1788
1789