N° 0005

LES AFFAIRES DU TEMPS (1688-1689-1691-1692)

Titre(s)

Les Affaires du Temps. titre s'ajoutent en décembre 1691 deux sous-titres: Les Plaintes de l'Europe contre le prince d'Orange (Entretiens I-III) et Le Prince d'Orange travaillant à son histoire (Entretiens IV-XII).

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Octobre 1688-juillet 1689 (10 vol.). Décembre 1691 et janvier 1692 (2 vol.). Le privilège est celui du Mercure galant (14 sept. 1683), cédé à Michel Guérout. Périodicité annoncée: un vol. par mois paru le 15 du mois. C'est un périodique adjacent, publié parallèlement au Mercure galant. Les 10 parties parues d'octobre 1688 à juillet 1689 sont suivies en décembre 1691 et janvier 1692, d'une 11e et 12e parties divisées en 12 Entretiens.

Description de la collection

Format in-12. Nombre de pages: entre 233 (avril 1689) et 504 (févr. 1689). Total des 10 vol.: 3525 p.; 11e et 12e vol., 351 + 310 p.

Les 9 derniers Entretiens sont illustrés de 13 planches longuement commentées représentant des médailles gravées à l'époque.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Paris, chez Michel Guérout, au Palais, au Dauphin, pour les 10 premières parties et les 4 premiers Entretiens de la 11e partie. La fin de la 11e partie et la 12e partie sont publiées chez la veuve Michel Guérout, Galerie neuve du Palais, au Dauphin.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Supplément au Mercure galant fondé par Jean Donneau de Visé. Auteur présumé, Jean DONNEAU DE VISÉ (1638-1710).

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Contenu annoncé dans l'Avis au lecteur du t. I paru en octobre 1688, 2e partie du Mercure de ce mois. Les Affaires du temps forment «une manière de corps historique» concernant la guerre de la Ligue d'Augsbourg. L'auteur a l'intention de marquer les «ressorts» qui ont provoqué cette guerre et souligne que, sans sortir de la vérité, il adoptera un ton «un peu plus vif qu'à l'ordinaire». Cet écrit constitue un pamphlet dirigé contre les ennemis de Louis XIV et en particulier contre le prince d'Orange. Le «zèle» de l'auteur y mêlera l'éloge dithyrambique du roi de France. Le récit des événements sera fortement infléchi dans le sens de la politique de Louis XIV. Il sera entrecoupé de réflexions tendancieuses justifiées par de nombreux documents tels que des écrits publiés à l'époque en Hollande et qui sont déclarés faux ou contradictoires. Autre exemple, des textes de droit civil et canonique viennent appuyer les discussions concernant l'attitude du Pape. Le rédacteur analyse dans le sens opportuniste qu'il a adopté, les intrigues nouées entre les Etats ligués contre Louis XIV.

Toutes les actions du Roi sont justifiées. La question religieuse fait l'objet de longs développements. L'ennemi majeur, le prince d'Orange, est présenté comme «le grand acteur qui fait aujourd'hui le plus de bruit sur le théâtre du monde et qui ensanglante la scène». De longs passages sont consacrés à l'histoire d'Angleterre et aux manœuvres de Guillaume d'Orange pour accéder au pouvoir. Les deux dernières parties comprennent 3 Entretiens puis 9 Entretiens. Les trois premiers intitulés Les Plaintes de l'Europe contre le Prince d'Orange relatent une conversation fictive située au cours d'une promenade à Amsterdam. Les malheurs apportés à toute l'Europe par la guerre de la Ligue d'Augsbourg sont détaillés par les représentants de 12 pays: un Suédois, un Hollandais, un Bavarois, un Espagnol, un Anglais, un Piémontais, un Autrichien, un Savoyard, un Saxon, un sujet de l'Electeur palatin, un habitant de Cologne, un habitant de «Virtemberg». Les propos, toujours favorables à Louis XIV et dirigés contre le prince d'Orange, sont ainsi conçus: la véritable origine de la guerre est le trop grand mérite du roi de France. Un «amas de souverains envieux», croyant obscurcir sa gloire, «travaillent à se détruire eux-mêmes». Ils ont été entraînés par les conseils maléfiques du prince d'Orange. Remontant à des époques antérieures, l'auteur prétend informer dans le sens désiré, les contemporains et la postérité. Les 9 Entretiens intitulés Le Prince d'Orange travaillant à son histoire mettent en présence sous la forme vivante d'un dialogue, le prince d'Orange et son confident «Benting» (Bentick, comte de Portland, ami intime du prince d'Orange). Celui-ci démontre que Guillaume d'Orange, usurpateur du trône d'Angleterre, n'y est parvenu que grâce à une suite de crimes, notamment l'assassinat des frères de Witt. Le récit d'événements anciens préfigure à l'aide du symbole des médailles représentées et commentées, les événements actuels. Détaillés par le confident, ces événements trouvent dans les réponses cyniques du Prince d'Orange, leur justification.

Ce pamphlet, d'une ironie cinglante, distillée avec grand talent, est riche d'enseignement sur l'interprétation de faits historiques fortement orientée à des fins de propagande par la presse.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Coll. étudiée: B.N., microfilm m 238.

Bibliographie

Rééd. Lyon, chez Thomas Amaulry, 1688, B.N., Lc2 35B,C.

Auteur

Monique VINCENT

Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH