N° 0029

AFFICHES DU HAINAUT (1788-1789)

Titre(s)

Affiches, annonces et avis divers, pour les provinces du Hainaut et du Cambrésis.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Supplément au Journal du Hainaut publié du 2 juillet 1788 au 24 juin 1789. Même privilège que pour ce journal (24 mai 1788); permis d'imprimer de Mairival le 1er juillet 1788 pour le n° 1, du 4 juillet pour le n° 2, du 8 juillet pour le n° 3. Bihebdomadaire paraissant le mercredi et le samedi.

Description de la collection

Les Affiches, numérotées et datées, sont groupées à la fin de chacun des deux volumes du Journal du Hainaut 52 numéros (2 juil.-27 déc.) pour l'année 1788; 50 numéros (2 janv. -24 juin) pour l'année 1789. Chaque numéro correspond à une feuille de 4 p. in-4°, 135 x 180.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Valenciennes, J.B. Henry, au Marché au Poisson. A partir du 1er janvier 1789, l'abonnement séparé pour les Affiches est fixé à 6 £.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Le chevalier de LIMOGES, remplacé à partir du 30 août 1788 par M. DEBAVAY, pour une durée indéterminée.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

La page 1 est consacrée en général aux «avis divers», la p. 2 aux annonces de ventes; la p. 3 comporte un certain nombre d'annonces littéraires (très irrégulières), mais donne également le cours des changes; la p. 4 (souvent incomplète, faute d'informations) est réservée aux ventes de charges et au prix des grains et du pain. Les Affiches offrent également des articles et des anecdotes: «si nous remplissons les 4 pages de choses qui pourraient entrer dans notre journal, dont les annonces sont séparées, c'est pour la satisfaction de nos lecteurs seulement» (n° 9, 30 juil. 1788). A partir d'avril 1789, les Affiches annoncent la publication des cahiers de doléances (n° 27, 28, 29).

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., Fol. Lc9 82 ter; B.M. Valenciennes, Rés. 706440 (2).

Historique

Les Affiches du Hainaut semblent avoir souffert plus tôt que le Journal du Hainaut de la désaffection du public. Une maladie «subite et dangereuse» empêche le chevalier de Limoges de veiller à la tenue du journal, et l'on supplie les abonnés de se montrer indulgents (n° 18, 30 août 1788). En novembre et en décembre encore, il arrive à plusieurs reprises que la page 4 reste vide. C'est au mois d'avril 1789 que la situation commence à se dégrader: dans le n° 31 du 18 avril, le rédacteur s'engage à parler davantage du Cambrésis; il fait appel aux nouveaux lecteurs, notamment aux curés des paroisses; sans leur aide, on aura «la mortification de renoncer, faute de souscripteurs». Les appels deviennent pressants en juin (n° 45, 47, 48, 49); le n° 50 est réduit à deux pages. Il est peu probable que le chevalier de Limoges et l'avocat Debavay, épris de belles-lettres et d'histoire régionale, aient eu beaucoup de goût pour leur feuille d'annonces, qui dépérit peu à peu; les événements de juin-juillet 1789 ne furent sans doute pour rien dans la déroute des Affiches du Hainaut.

Auteur

Annette GRANIER

Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH