N° 0159

BIBLIOTHÈQUE DES LIVRES NOUVEAUX (1726)

Titre(s)

Bibliothèque des livres nouveaux. Juillet [-Août] 1726.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

La Préface annonce «un volume de six feuilles par mois» ; seuls ont paru les volumes de juillet et août 1726.

Description de la collection

Deux livraisons réunies en un volume de pagination continue : le n°  de juillet comprend 10 p. non pag., 107 p. + 2 p. d'errata non pag. ; le numéro d'août est paginé 109-200 p. + 2 p. non pag. de tables. Chaque livraison comporte une dizaine d'articles, dont le dernier de nouvelles littéraires.

Cahiers de 16 p., in-8°, 100 x 170.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

A Nancy. Distribué à Paris par Briasson.

La page d'errata de juillet commence par la déclaration suivante : «Comme ce livre s'imprime loin des yeux de l'auteur, il s'y est glissé plusieurs fautes d'impression».

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Denis-François CAMUSAT.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

L'auteur s'élève dans sa préface contre les longs comptes rendus des bibliothèques savantes, et notamment ceux de la Bibliothèque française, dont il venait d'abandonner la direction : «Au lieu de ces extraits immenses, nous nous contenterons d'exposer le sujet des ouvrages dont nous parlerons, de développer la méthode de l'auteur, d'examiner s'il va plus loin que ceux qui ont traité de la même matière, ou s'il est resté en dessous». Cette conception a toujours été celle de Camusat, qui la justifie en détail dans Histoire critique des journaux de 1734. Les rédacteurs de la Bibliothèque française lui ont répondu dans la préface du t. IX, I (1727). Camusat consacre cependant de longs comptes rendus à des ouvrages d'histoire et d'érudition, et sa méthode reste ici, en dépit de la vivacité des jugements critiques, traditionnelle.

Principaux auteurs mentionnés : Capperonnier, Desfontaines, Legendre, Maffei, Muralt, Olivet, Sallo.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Ars., 8° 26231-26232.

Bibliographie

Mentions dans : Bibliothèque française, t. VIII, sept.-oct. 1726, p. 169-170, et nov.-déc. 1726, p. 334-335. Mémoires de Trévoux, nov. 1726, p. 2140-2143, et mars 1733, p.539-541.

B.H.C., p. 40-41. – Ronsin, Les Périodiques lorrains antérieurs à 1800, histoire et catalogue, Nancy, 1964, p. 87.

Historique

Devenu censeur royal en 1724 et résidant à Paris, Camusat tente de nouveau de mettre en pratique une conception du journalisme qu'il avait défendue dans la première Bibliothèque française (t. III, 1723-1724). Sans doute cherche-t-il à Nancy, dans les Etats de Lorraine, une indépendance qu'excluait à Paris sa fonction de censeur. Cette tentative est restée sans lendemain. Dans une lettre à Desmolets du 20 nov. 1726, un correspondant anonyme, sans doute J.J. Bel, écrit : «Briasson distribuait aussi une espèce de Journal ou Bibliothèque des livres nouveaux pour les mois de juillet et d'août, mais on attend encore le mois de septembre, et on l'attendra longtemps, les vivacités de l'auteur lui ayant attiré des adversaires, qui ont arrêté l'impression de son ouvrage» (Continuation des Mémoires de littérature, t. III, , 1727, nouv. litt.). La Bibliothèque française écrit de son côté en nov.-déc. 1726 : «quelques traits un peu vifs ont alarmé des gens d'une certaine espèce à qui la vérité n'est point agréable» (p. 334-335). On n'a pas gardé de trace de la suppression de la Bibliothèque des livres nouveaux. On rappellera que les jésuites se sont toujours opposés à l'édition de l'Histoire critique des journaux, déjà prête en 1727 (cf. Bibliothèque française, sept.-oct. 1726, p. 169-170) et que la Bibliothèque des livres nouveaux attaque à plusieurs reprises les Mémoires de Trévoux. L'interdiction, vu l'absence de privilège, fut simple : l'ouvrage, selon l'expression de de Vèze (lettre à Seigneux, 15 févr. 1727, B.P.U. Genève, fonds Seigneux) tomba «par des ordres supérieurs».

Auteur

Jean SGARD

Additif

Bibliographie : Mémoires de Trévoux, de Paris le 1er novembre 1732, p. 539-540 (Annonce de la mort de Camusat).


Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH