N° 0289

COURRIER DU MARDI 1 (1744)

Titre(s)

Courrier du mardy ou du vendredy, suit la date : par exemple, Courrier du mardy 4 août 1744.

Gazette imprimée, bihebdomadaire, distribuée à Bordeaux en 1744. Il n'en est connu aucun exemplaire. Investie du droit de réimprimer la Gazette à Bordeaux, la veuve de La Court se plaint auprès de l'Intendant en Guyenne, que «le nommé Merlin nouvellement reçû libraire s'est avisé de débiter et faire publier dans la présente ville une gazette sous le titre de Courrier qui paroit même imprimée sans nom d'imprimeur, ce qui est une contravention manifeste au privilège exclusif dudit sieur de Verneuil [le privilège de la Gazette, et porte un préjudice notable a la suppliante cessionaire et fermière dudit privilège. Elle s'en est même apperçue le dernier ordinaire par le peu de Gazettes qu'elle a débité, et le nombre considérable que les crieurs par lesquels elle est dans l'usage de les faire débiter par la ville lui ont rendu». Cette requête de la veuve de La Court est signifiée le 17 août 1744 au libraire Merlin qui répond aussitôt par une seconde requête où il affirme que c'est sur les sollicitations «de plusieurs presidens à mortier, de nombre de conseillers et de plusieurs personnes qualifiées de Bordeaux qu'il faisoit venir deux cents gazettes appelées Courrier du mardy et du vendredy», gazettes «qu'on peut voir chez tous les libraires depuis un temps immémorial». Le 26 août suivant, la veuve de La Court insiste par une nouvelle requête et produit, outre le privilège de la Gazette, son bail et ses quittances de fermage, un exemplaire du Courrier, celui du mardi 4 août 1744. Le 22 septembre, Merlin et la Communauté des imprimeurs et libraires bordelais reçoivent notification de l'interdiction du Courrier.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Sur le libraire Jacques Merlin, lire Anne Sauvy, «Un marginal du livre au XVIIIe siècle : Jacques Merlin», Revue française d'histoire du livre, 1976, n°  12, p. 443-485.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Comment ne pas penser, à propos de ce Courrier, aux Nouvelles intéressantes distribuées à Nantes en 1748 et 1749 ? Même périodicité hebdomadaire, même absence de nom d'imprimeur. Comme les Nouvelles intéressantes, le Courrier était très probablement la reproduction imprimée de nouvelles à la main venues de Paris. Etait-il imprimé à Bordeaux ? Ailleurs, ainsi que voudrait le suggérer Merlin ? Notons en tout cas qu'il ne saurait s'agir du Courrier d'Avignon, que la veuve de La Court et la police bordelaise étaient parfaitement capables de distinguer de notre gazette. En 1744, le Courrier d'Avignon était d'ailleurs réimprimé à Bordeaux au vu et au su de la police, par l'imprimeur Lacornée.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

A.D. Gironde, C. 3308, note sur l'impression de «la Gazette d'Avignon» par l'imprimeur Lacornée, et C. 3315, requête de la veuve de La Court, août 1744.

Bibliographie

Bouchon G., Histoire d'une imprimerie bordelaise 1600-1900. Les imprimeries G. Gounouilhou. La Gironde. La Petite Gironde, Bordeaux, 1901, p. 106. – Feyel.

Auteur

Gilles FEYEL

Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH