N° 0382

L'ÉPILOGUEUR MODERNE (1750-1755 ?)

Titre(s)

L'Epilogueur moderne. Historique, galant et moral.

Le frontispice annonce que cette feuille continue le Patriote. En effet, elle s'insère dans une série Magazin, Epilogueur, Démosthène, Avocat pour et contre, Le Vrai Patriote hollandois comme l'indique le n°  du 8 juin 1750.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

La collection se compose de 16 volumes. Hatin (B.H.C.) et Fontius (p. 124, 248) affirment que L'Epilogueur moderne s'est arrêté au vol. XVI (1755). Les dates extrêmes de la série conservée à la B.U. de Göttingen sont : 19 janvier 1750 et 28 juillet 1754.

Il s'agit d'un hebdomadaire paraissant chaque lundi et 20 numéros forment un volume ; il y a au moins deux volumes par an.

Datation des volumes : I, 19 janv. 1750 – 25 mai 1750 ; II, 1er juin 1750 – 5 oct. 1750 ; III, 20 oct. 1750 – 15 févr. 1751 ; IV, 22 févr. 1751 – 5 juil. 1751 ; V, 12 juil. 1751 – 22 nov. 1751 ; VI, 29 nov. 1751 – 10 avril 1752 (incomplet) ; VII, 17 avril 1752 – 28 août 1752 ; VIII, 4 sept. 1752 – 1er janv. 1753 ; IX, 8 janv. 1753 – 7 mai 1753 ; X, 14 mai 1753 – 13 août 1753 ; XI, 27 août 1753 – 24 déc. 1753 (incomplet) ; XII, 31 déc. 1753 (incomplet) ; XVI, 23 juin 1755 – 28 juil. 1755 (incomplet) ; les volumes XIII, XIV, XV n'ont pas été retrouvés.

Description de la collection

Les volumes comportent entre 156 (I) et 172 p. (VII, XII) tandis que tous les autres numéros complets connus en comportent 164.

Format in-12, 150 x 185 sauf vol. VI : 160 x 212.

Le frontispice porte une illustration : cartouche vide couronnée d'une couronne ducale (la maison d'Orange ?).

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Amsterdam, «chez Isaak Buyn, libraire sur le Dam».

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Jean ROUSSET DE MISSY en est le fondateur et le principal rédacteur. A l'instar des éditeurs hollandais, Rousset de Missy avait mis sur pied un réseau de correspondants difficile à reconstituer dans son intégralité. Parmi les collaborateurs, on peut citer Prosper Marchand, Elie Fréron, La Beaumelle, son ami Douxfils de Bruxelles, Patrice de Nény et Simon Pelloutier à Berlin.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Les «nouvelles politiques» d'une part, et les «belles-lettres» d'autre part, forment les piliers de cette feuille. La part des «poèmes» et des «Voltariana» est sujet à des variations considérables. Contemporain de la phase préparatoire de la guerre de Sept Ans, L'Epilogueur moderne suit l'évolution politique de près et il insère des relations et des documents. La partie littéraire reflète la vie littéraire du temps en écorchant Voltaire.

(A notre connaissance, il n'existe aucune table).

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.U. Leyde, 607 H 11-16 ; Niedersächsische Staats-und-Universitäts-Bibliothek Göttingen, 8 H.un. V, 810.

Bibliographie

B.H.C.

A notre connaissance, il n'existe ni réédition ni contrefaçon.

Knuttel, Nieuw Nederlands Biograafisch Woordenboek, t. I, Leyde, 1911, col. 1146-1147 ; D.P. art. «Rousset de Missy». – Fontius M., Voltaire in Berlin, Berlin, 1966. – Gembicki D., «Le journalisme à sensation : L'Epilogueur moderne (1750-1754) de Rousset de Missy», dans Le Journalisme d'ancien régime, Lyon, 1982, p. 241-255.

Les notices biographiques Nouvelle biographie générale, t. XLII, 1863, p. 779-783, et Haag, La France protestante, 1859, p. 55-57) ainsi que les études bibliographiques anciennes telle que Quérard, Les Supercheries littéraires, t. II, 1870, col. 661 ont ceci en commun d'ignorer la paternité de L'Epilogueur moderne. L'extrême rareté de cette feuille expliquerait-elle cet oubli ?

Auteur

Dieter GEMBICKI

Additif

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables: La correspondance de Rousset de Missy, Prosper Marchand et Ignace Douxfils, publiée par Christiane Berkvens-Stevelinck et Jeroom Vercruysse (Le Métier de journaliste au XVIIIe siècle, SVEC 312, 1993) apporte des renseignements supplémentaires sur L’Épilogueur moderne. Le journal de Rousset de Missy, commencé le 19 janvier 1750, s’achève avec le n° 20 du tome XIII, du 9 septembre 1754. Rousset en annonçait déjà la fin dans une lettre à Marchand de novembre 1751 (éd. citée, p. 133) ; on constate à cette occasion qu’il considère le Magasin des événements, L’Épilogueur, le Démosthène moderne, L’Avocat pour et contre et Le Vrai patriote hollandais comme un seul journal en 32 tomes. Sa correspondance montre qu’il cherche des informations auprès de ses amis et débat avec eux des livres qu’il commente dans son journal : le Petit Réservoir (p.95), la Relation d’une assemblée qui s’est tenue au bas du Parnasse (p. 95), les Nouveaux mémoires de Gachet d’Artigny (p. 103, 114), les Mémoires historiques de Bruys (p. 135) ; il s’intéresse beaucoup aux journaux de Fréron, du marquis d’Argens, à la Bibliothèque impartiale, à la Bigarrure, etc. Il continue de polémiquer avec Voltaire (Voir la note 8 de la p. 159). Il arrive aussi que Prosper Marchand lui envoie des vers à publier (p.114). Rousset parle peu de lui-même ; on note , dans une lettre de février 1750, une allusion à la «vie enchantée» qu’il mène dans sa «charmante campagne» de Maersen (p. 81), mais il renvoie au n° 3 du tome I de L’Épilogueur.

Auteur additif

Jean SGARD

Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH