N° 0456

FEUILLE DES ARRIVÉES AU PORT SAINT-NICOLAS (1765)

Titre(s)

Feuille des arrivées au port Saint-Nicolas.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Feuille signalée par une publicité insérée dans l'Avant-Coureur. Elle n'a pas été retrouvée. Il s'agit d'une «facture», c'est-à-dire d'une liste imprimée des marchandises arrivant à Paris, par la Seine, au port Saint-Nicolas. Les papiers du directeur de la Librairie, Malesherbes, conservent quelques feuilles analogues pour les années 1750. En 1756, un certain Le Camus propose un prospectus manuscrit d'une de ces «factures» qu'il projette de publier à Paris, Le Courtier ou factures des marchandises, tant de celles arrivées aux douanes et aux ports de Paris que de celles à vendre dans les provinces. «Les Négociants et Marchands seulement auront la liberté d'y faire insérer la facture des marchandises qui leur arrivent, ceux de la province pourront également y envoyer le bordereau de celles qu'ils ont à vendre pour en informer le public. L'intitulé de ce projet est déjà démontré par l'expérience puisqu'il s'exécute depuis longtemps dans les ports de mer, dans les villes commerçantes, et même à Paris par quelques corps de Marchands, entre autres par les Epiciers». Le promoteur d'un autre projet, la Correspondance générale du commerce de terre et de mer, tant national qu'étranger, ouvrage périodique, joint à son prospectus, «pour preuve», quelques-unes des factures «imprimées des marchandises à vendre ou qui sont arrivées et de leur prix courant». Outre le Cours des marchandises de Rouen (voir notice), il s'agit d'une «facture» parisienne. Non titrée, imprimée recto-verso sur un feuillet de format oblong (110 x 352), cette dernière est ornée de la nef des armes de Paris. C'est une succession de trois «chargements» (n° 32, 33, 34) de barques venues de Rouen et tout juste arrivées au port de Paris: pour chaque marchandise sont précisés le marchand propriétaire et la quantité. Au bas du verso, est mentionnée la date de la feuille: «A Paris, ce 20 juin 1756» (B.N., ms. f. fr. 22135, pièces 39 à 45). Nul doute. De nombreuses «factures» de ce genre furent distribuées, feuilles si éphémères qu'il n'en reste à peu près rien aujourd'hui.

Auteur

Gilles FEYEL

Additif

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables: Le Journal des savants d’août 1765 signale la cessation du journal au mois de mai 1765: «La Feuille des arrivées au port Saint-Nicolas cessant d’avoir lieu au mois de mai, les personnes qui la recevaient sont priées de faire savoir si elles veulent qu’on leur envoie la Feuille du marchand et du consommateur, qui sera plus utile et plus considérable que la première, et de faire inscrire au Bureau leurs noms et leur demeure.» (p. 128).

Auteur additif

Jean SGARD

Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH