GAZETTE DE LIÈGE

Numéro

0515

Titre(s)

Gazette de Liège, avec privilège.

La Gazette de Liège a subsisté, sous divers titres, jusqu'à aujourd'hui. U. Capitaine, à qui nous devons la plupart des renseignements réunis ici, cite un témoignage selon lequel la Gazette de Liège existait déjà en 1688; le premier numéro conservé dans la collection de la Bibliothèque de Liège est daté du 26 janvier 1732.

1688 ?
1794

Titre indexé

GAZETTE DE LIÈGE

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

En 1732, la Gazette de Liège est trihebdomadaire; elle paraît en feuilles de 4 p., petit in-4°. En 1764, le privilège passe à F.J. Desoer, sur décision du prince-évêque de Liège, Charles d'Outremont, datée du 13 avril 1764 (texte cité par Capitaine en annexe n° IX, p. 306-307). Le 28 avril 1766, Desoer et Fabry signent une convention selon laquelle «le sieur Fabry, suivant les intentions de Son Altesse, restera chargé de la composition et direction de la gazette, et le sieur Desoer de l'impression et de la distribution» (texte cité par Capitaine, p. 70). Au terme de cette convention, Desoer garde le bénéfice des annonces et le «produit de la gazette», mais paie à Fabry une somme forfaitaire de 840 F., augmentée d'un pourcentage sur les ventes. En 1788, le privilège est retiré à Fabry et donné à H.F.M. Colson.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Liège. Les imprimeurs connus sont Ev. Kints (1732-1764), F.J. Desoer (1764-1790), F. Lemarié (déc. 1790 – nov. 1792), S. Dauvrain (1793), F. Lemarié (1793-1794).

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Comme pour beaucoup d'autres gazettes, il est souvent difficile de distinguer l'auteur du directeur ou de l'imprimeur de la Gazette de Liège. Parmi ceux qui ont eu la responsabilité de la gazette, on peut citer: Ev. KINTS, F.J. DESOER (avril 1764 – 1788), J.J. FABRY (avril 1766 – mars 1788), H.F.M. COLSON (mars 1788 – janv. 1794).

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

La Gazette de Liège fournit traditionnellement, selon U. Capitaine, «quelques nouvelles des pays éloignés, jetées pêle-mêle, et une vingtaine d'annonces placées sans ordre»; il s'agit d'«une longue et fastidieuse compilation des nouvelles étrangères» (p. 47). Soumise à la sévère censure du Prince-Evêque, elle ne s'y soustrait qu'à de très brèves époques, à la veille de la Révolution ou durant les années 1789-1790, époque où F.J. Desoer s'efforce de répondre à l'attente de ses lecteurs, et à leur intérêt pour la Révolution française.

Historique

Comme la plupart des gazettes, la Gazette de Liège est d'abord une institution; sous le même titre et le même privilège se succèdent plusieurs journaux qui ont en commun de résumer les nouvelles internationales, de donner des informations administratives sur la principauté de Liège, et d'être par conséquent soumis au contrôle tatillon du prince-évêque. Desoer se voit doublé par Fabry à la suite de la convention d'avril 1766; mais Fabry, jugé trop indépendant, est destitué par le prince de Hoensbroek le 18 mars 1788, au profit de F.J. Desoer, qui est à son tour démis le 1er janvier 1791. Le seul directeur qui ait pu lancer un journal à peu près indépendant (mais malgré tout sous contrôle français) est le fils de F.J. Desoer, J.F. Desoer, qui crée, au lendemain de l'arrivée des troupes révolutionnaires, le 30 novembre 1792, un nouveau journal intitulé Gazette nationale liégeoise, qui cessera avec le départ des Français, le 4 mars 1793. Lors de la seconde occupation, il publiera une Gazette nationale de Liège (24 sept. 1794), qui devient ensuite Gazette de Liège (27 mai 1795 – 6 juil. 1799). Mais il s'agit en fait d'un tout autre journal, élaboré sur le modèle français, composé à la fois de courts bulletins de nouvelles et de longs communiqués des divers corps d'Etat. On peut donc considérer que la Gazette de Liège s'arrête, comme l'a pensé U. Capitaine (p. 46), avec le dernier numéro couvert par le privilège, le 21 juillet 1794. Il est vrai qu'il lui consacre une seconde notice, plus nettement centrée sur la dynastie des Desoer, qui n'a jamais cessé, de 1764 à 1810 au moins, de participer de près ou de loin à la publication du journal.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Bibliothèque centrale de Liège, fonds Capitaine 10360.

Bibliographie

Capitaine U., Recherches historiques et bibliographiques sur les journaux et les périodiques liégeois, Liège, J. Desoer, 1850, p. 43-47, 68-78, et annexes IX et X.

Auteur

Additif

Bibliothèque centrale de Liège, fonds Capitaine 10360. Manquent les années 1761, 1762, 1763, 1802-1806, 1829, 1830; les années 1791 à 1807 sont incomplètes. [M. Braham]

Date indexée

1688
1689
1690
1691
1692
1693
1694
1695
1696
1697
1698
1699
1700
1701
1702
1703
1704
1705
1706
1707
1708
1709
1710
1711
1712
1713
1714
1715
1716
1717
1718
1719
1720
1721
1722
1723
1724
1725
1726
1727
1728
1729
1730
1731
1732
1733
1734
1735
1736
1737
1738
1739
1740
1741
1742
1743
1744
1745
1746
1747
1748
1749
1750
1751
1752
1753
1754
1755
1756
1757
1758
1759
1760
1761
1762
1763
1764
1765
1766
1767
1768
1769
1770
1771
1772
1773
1774
1775
1776
1777
1778
1779
1780
1781
1782
1783
1784
1785
1786
1787
1788
1789
1790
1791
1792
1793
1794