N° 0522

GAZETTE DE ROTTERDAM (1688-1720)

Titre(s)

Gazette de Rotterdam du [date]. A différentes époques, et notamment entre 1701 et 1713, la Gazette de Rotterdam paraît sous le titre de Journal historique.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

«Avec Privilège de Nos Seigneurs les Etats de Hollande et de Westfrise». Bihebdomadaire paraissant le lundi et le jeudi. A partir de 1718, la gazette paraît trois fois par semaine; avec Janiçon, en juillet 1719, elle redevient bihebdomadaire avec suppléments.

Description de la collection

Cahiers de 4 p. non paginées, imprimées sur deux colonnes de 53 lignes; format in-4°, 140 x 190; les deux cahiers d'une même semaine portent le même numéro d'ordre. La numérotation disparaît en 1705. En tête de chaque numéro, les armes des Etats de Hollande: un lion dans un écu surmonté d'une couronne. Cette vignette, très usée dans les derniers numéros publiés par Ceinglein, est remplacée par une autre, gravée en cuivre, à partir de 1718: deux lions soutiennent un écu ovale aux armes des Etats, surmonté d'une couronne.

La présentation du Journal historique est strictement la même: il ne fait pas de doute que ce journal sort des mêmes presses et remplace la G.R. à certaines époques, pour des raisons demeurées inconnues.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

«A Rotterdam, chés la Veuve de Saint Glain; Et se vendent chés H. de Graef, prés de la Bourse, à la Haie chés Hoekwater près de la Plaine etc.» De janvier 1718 à juillet 1719: «A Rotterdam pour M. Baltz, et se débitent trois fois la semaine, savoir le Mardi, le Jeudi et le Samedi, à Amsterdam chez la Veuve Desbordes, et Henri van Eyl; à la Haye chez Pierre Husson, à Utrecht chez Jean Kenneman etc.». A partir du 31 juillet 1719: «A Rotterdam par le Sr. F.M. Janiçon [...]».

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Marie Patoillat, veuve Saint Glain ou CEINGLEIN de 1691 à 1713 (?); «S.A. de Sain Glain, Docteur en Droit», c'est-à-dire Siméon Antoine de Ceinglein, de juillet 1713 à décembre 1717; M. BALTZ en 1718-1719; François-Michel JANIÇON de 1719 à 1720.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

La Gazette de Rotterdam observe la forme traditionnelle des gazettes: nouvelles diplomatiques et militaires, groupées par bulletins issus des grandes villes européennes, Paris, Londres, Rome, Milan et Venise, Cologne, Bruxelles, Vienne. L'essentiel des informations paraît venir de Paris et Londres. D'une façon générale, la Gazette de Rotterdam transmet des nouvelles officielles, souvent très proches de la Gazette en ce qui concerne la France. Les bulletins sont beaucoup moins détaillés que ceux des gazettes d'Amsterdam ou de Leyde. Baltz semble avoir tenté de fournir une information plus précise et plus engagée: les nouvelles religieuses de France sont assez fournies à partir de 1718, et la G.R. prend ouvertement le parti des protestants et des jansénistes.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Principale collection étudiée: A.N., Y II 27 (7 mars – 12 août 1697, 17 et 20 oct. 1701, janv. – sept. 1703, janv. – oct. 1705, juil. – nov. 1709, 1710-1720 avec quelques lacunes), 14 volumes en tout. B.N., G 4287 (janv. 1699), 4290 (6 janv. 1701), 44661 (2 févr. 1702), 4292 (26 nov. – 31 déc. 1703), 4293 (janv. – août et 20-30 oct. 1704), 4309 (30 janv. et mars – sept. 1716), 7004 (4 août 1707).

Bibliographie

G.H., p. 164-166.

Historique

L'histoire de la Gazette de Rotterdam est très obscure. On n'en possède pas de numéros antérieurs à 1697; mais Hatin (qui mentionne un numéro du 3 mai 1694) avait noté que Bayle parlait du «gazetier de Rotterdam» dans une lettre du 12 août 1683: «Pour ce qui est de notre Gazetier, on l'a prié de divers endroits de France de ne parler de nos affaires ni en bien ni en mal. Il est devenu si complaisant pour la France qu'il supprime presque tout ce qui pourrait déplaire à M. d'Avaux, ambassadeur de cette couronne à la Haye» (cité par Hatin, G.H.,p. 164-165). Jean-François Dufour, libraire de La Haye, y aurait travaillé entre 1687 et 1690 (voir la notice de l'Histoire journalière). Marie Patoillat, veuve de Gabriel de Ceinglein, acheta le privilège de la G.R. le 24 août 1691 (D.P. 2). Seule ou avec l'aide de son fils Siméon Antoine, elle assura la publication de la G.R. jusqu'en 1713; son fils lui succède le 31 juillet 1713 et publiera la gazette pendant quatre ans. Durant cette première époque, la G.R. reste dans les mains de la famille Ceinglein. Marie Ceinglein semble avoir acquis également vers 1690 un privilège pour le Journal historique, qui devait à l'origine compléter la G.R. et peut-être concurrencer l'Histoire journalière de Dufour. En fait, les deux titres alternent à différentes époques; parfois le J.H. se substitue à la G.R. pour une longue période, ainsi en 1701 (B.N., G 4290) ou en 1713 (A.N., Y II 19); il arrive que le numéro du J.H. soit doublé d'un supplément à la G.R. mais il s'agit bien du même journal sous deux titres différents, et l'on ne connaît pas de cas de numéros de ces deux journaux portant la même date.

Siméon Antoine de Ceinglein ne semble pas avoir apporté un très grand intérêt à la G.R., qui reste en 1717 un journal peu original. A la fin de l'année, il la revend à un certain Baltz, qui entreprend de la refondre: la gazette est désormais pourvue d'une nouvelle vignette et de lettres ornées; la colonne passe à 63 lignes et rejoint la dimension des gazettes de Leyde et de La Haye; les informations sont plus nombreuses et les commentaires plus riches. Il publie la G.R. trois fois par semaine. Cependant cette tentative fit long feu; sans doute le public local était-il insuffisant pour entretenir une grande gazette trihebdomadaire.

Une troisième époque de la G.R. se dessine avec l'entrée en lice de F.M. Janiçon. Dans le n° du 27 juillet 1719, un avis en colophon déclare: «Le Sr. F.M. Janiçon, Auteur de cette gazette, avertit le Public, qu'il en donnera une dorénavant tous les Lundi et Jeudi, avec un Supplément; de sorte qu'il n'y en aura plus le Samedi». La G.R. ne change pas de forme et paraît donc en quatre cahiers par semaine. Le contenu reste sensiblement le même qu'avec Baltz. Mais Janiçon, qui avait collaboré déjà à la Gazette d'Amsterdam, et qui connaissait le marché, semble avoir compris très vite que la diffusion de la G.R. était limitée étroitement par celle de ses grandes rivales. Le lundi 30 décembre 1720, un avis déclare: «Le Sr. François Michel Janiçon, Auteur de cette gazette, avertit le Public qu'il ne la fera plus à Rotterdam, mais à Utrecht, où il commencera à la donner le 2 du mois prochain; et ainsi consécutivement tous les Lundi et Jeudi, auxquels elle paroîtra dans toutes les villes de ce Païs. Il donnera aussi dans peu une Gazette hollandaise [= en hollandais], qui paroîtra 3 fois la semaine». En fait, c'était le coup de grâce pour la Gazette de Rotterdam:  les rotterdamois étaient invités à s'abonner à la Gazette d'Utrecht...

Auteur

Jean SGARD

Additif

Description de la collection: Comme la gazette d’Amsterdam, la gazette de Rotterdam résulte de la fusion de plusieurs journaux. L’Avertissement du numéro du 12 décembre 1689 relevé par Otto Lankhorst dans la collection de la British Library, déclare: «On donne avis au Public que cette Gazette est la même que celle qu’on a vue ci-devant sous le titre de l’Élite des nouvelles, ou de Nouvelles solides et choisies» (cité par P. Rétat dans R.G.E., p. 42). Le premier périodique appartenant à la nébuleuse de Rotterdam serait donc L’Élite des nouvelles, dont P. Rétat a noté la présence dans la Bibliothèque royale de Russie à Saint Petersbourg pour les années 1688 et 1689: 12, 19, 29 juil., 13, 23, 27, 30 sept., 14, 21, 28 oct., 8, 18 nov., 2, 6, 16, 20, 23 déc. 1688; 7 mars 1689. Aucun lieu d’édition n’est mentionné, mais il s’agit certainement de la gazette signalée le 12 décembre 1689, et par conséquent de la première forme connue de la Gazette de Rotterdam.

Les Nouvelles solides et choisies de Gabriel et Marie Ceinglein, publiées de 1683 à 1689 ont été traitées dans D.P. 1 (n° 1059) comme un journal distinct, mais il est possible que le journal de Gabriel et de Marie de Ceinglein qui lui a succédé, ait été publié à Rotterdam: c’est ce que P. Rétat infère du colophon du numéro du 9 mars 1683: «à Rotterdam, chez Jean de Bamberg» (R.G.E., p. 48). Les derniers numéros connus des Nouvelles solides et choisies (à la B.L.) sont datés de novembre 1689.

Le Journal historique de Janiçon (1700-1716) peut-être considéré selon les époques, tantôt comme une émanation directe de la Gazette de Rotterdam, tantôt comme un journal distinct. P. Rétat, qui préfère le considérer comme un journal spécifique, en a repéré de nombreux numéros du 4 novembre 1700 au 7 janvier 1717 dans les bibliothèques européennes (R.G.E., p. 42).

Bibliographie: (R.G.E.) Rétat P., Les Gazettes européennes de langue française, B.N.F., p. 42 et 48

Auteur additif

Jean SGARD.

Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH