N° 0701

JOURNAL DES GENS DU MONDE (1782-1785)

Titre(s)

Journal des gens du monde. Continuation de: Pot-Pourri (oct. 1781-1782).

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

1782-1785; 10 volumes. Périodicité: l'ouvrage est proposé par livraison de 24 numéros. Mais il est précisé en tête des numéros de la 3e livraison (1784): «Ce journal n'est pas assujetti à des époques fixes. Chaque numéro paraît lorsqu'il est composé».

Description de la collection

La collection est divisée en livraisons. Une livraison comprend 4 volumes et 24 numéros (chaque volume comprenant 6 numéros). La numérotation des livraisons est faite en continuité avec le Pot-Pourri dont les 24 numéros constituent la 1re livraison. La 3e livraison s'ouvre avec le numéro 49 «afin que le public soit instruit du nombre de numéros» (n° 55) qui ont paru jusque-là. Autrement dit, 2e livraison: vol. 1-4 (n° 1-24); 3e livraison: vol. 1-4 (n° 49-72); 4e livraison: vol. 1-2 (n° 73-84). 1782: du n° 1 (vol. 1) au n° 8 (vol. 2); 1783: du n° 9 (vol. 2) au n° 24 (vol. 4); 1784: du n° 49 (vol. 1) au n° 72 (vol. 4); 1785: du n° 73 (vol. 1) au n° 84 (vol. 2).

Le numéro est d'une soixantaine de pages. Pagination continue par volume.

Cahiers de 16 p. in-8°, 120 x 195.

Devise: «Ces fruits irréguliers de mes loisirs volages / Dictés par mes erreurs ou par mes sentiments / Sont des rêves, des jeux et non pas des ouvrages. Dorat».

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

S. l. [Francfort-sur-le-Main]. L'ouvrage est livré par la poste à Berlin, Breslau, Coblence, Cologne, Deux-Ponts, Dresde, Gotha, Hanovre, Leipzig, Mannheim, Mayence, Munster, Nuremberg, Prague, Metz, Ratisbonne, Stuttgart, Weimar, Vienne (vol. 1, n° 1). On souscrit à Cassel, Naples, Hambourg, Leipzig, Dresde, Berlin, Francfort, Vienne, Strasbourg, Mannheim, Basle, Berne, Genève, Bruxelles, Bordeaux (Labottière), Maastricht; l'ouvrage se trouve à Metz, Rouen, Paris, Lyon, Amiens, etc. (3e livraison, n° 55).

Même avis initial que dans le Pot-Pourri : «Ceux qui voudraient faire parvenir quelques avis aux Auteurs du Pot-Pourri peuvent adresser leurs lettres franches de port à M. Wamberk à Francfort-sur-le-Main, Maison de M. Streng Libraire. Elles peuvent être écrites en français ou en allemand» (vol. 1, n° 1). Le n° 2 ajoute au nom de Wamberk celui de M. La Villette à Cassel.

Prix de l'ouvrage: 14 florins 30 Xer (vol. 1, n° 1). Ceux qui ne veulent pas souscrire peuvent acheter les numéros séparés à raison de 24 s. de France ou 6 gros (3e livraison).

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Jean-Pierre-Louis de La Roche du Maine, marquis de LUCHET avec la collaboration de Wamberk.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Contenu annoncé: dans le prolongement du Pot-Pourri, il sera question d'histoire, de politique, de philosophie, de belles-lettres et de beaux-arts, de critique, de mœurs, d'événements liés à l'intérêt public. Au journaliste qui, pour répondre au reproche de manque de solidité, envisage une «marche plus didactique», le libraire conseille de poursuivre dans la voie de «l'aimable désordre» caractéristique du Pot-Pourri (vol. 1, n° 1, Réflexions préliminaires).

Contenu réel: événements, nouvelles politiques de divers pays d'Europe, notices, anecdotes (historiques, morales...), portraits, nouvelles littéraires, pièces de prose ou de vers (lettres, discours, contes, fables, chansons...) dont certaines se veulent «curieuses» (n° 52).

Centres d'intérêt: diversité des matières propre à aider à l'histoire de la fin du XVIIIe siècle, tour piquant et satirique, valeur documentaire de certains morceaux reproduits, éléments d'ordre littéraire (qui tendent à devenir prépondérants); correspondance de Cubières (n° 52, 54, 57...), vues sur la littérature allemande, imitations (libres) de l'italien, annonces privilégiées de livres non imprimés en France.

Parmi les auteurs dont il est parlé ou dont des textes sont donnés: Aubert, Beaumarchais, Boileau, Brissot, Cazotte, Coyer, Court de Gébelin, Cubières, Delille, Diderot, Dorat, Ducis, Florian, La Harpe, Linguet, Mably, Mallet Du Pan, Marmontel, Métastase, Raynal, Rousseau, Torcea, Voltaire, Zanetti.

N° 1-24: table des matières contenues dans les quatre premiers volumes à la fin du 4e volume (table paginée). A partir de la 3e livraison, table paginée des matières à la fin de chaque volume.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., Z 28958-28967 (lacunes: n° 11, 15, 49, 50, 68).

Bibliographie

B.H.C., p. 74; H.P.L.P., t. III, p. 212; H.G.P., p. 185, 322; D.P. 2, art. «Luchet».

Mention dans la Correspondance littéraire secrète.

Historique

Simple suite du Pot-Pourri (des fragments des Folies philosophiques continuent à être publiés dans le nouveau périodique), le Journal des gens du monde, fidèle à son titre, n'entend pas proposer des «extraits savants», mais cherche seulement à «éveiller la curiosité» de ses lecteurs (qui ne sont pas des «savants en -us», n° 52), par des «notices raisonnées suffisantes» (n° 55), voire un peu superficielles (n° 52). Il n'entend pas non plus être une «chronique scandaleuse» (n° 78) et, à ce propos, l'auteur se défend de s'«approprier», comme on l'en a accusé, des extraits de la Correspondance littéraire secrète : «Nous assurons, écrit-il, que depuis la fin de l'année 1776 nous n'en avons pas lu un seul numéro». Et il s'empresse de souligner la différence de but, de manière et de sources d'information des deux périodiques; «Paris est leur [éditeurs de la Correspondance]magasin, le nôtre est l'Europe» (n° 19).

Pour mener à bien une entreprise aussi ambitieuse, Luchet a évidemment besoin de correspondants. En 1784, il se plaint: «Je reçois dix lettres par jour et pas une qui m'instruit de ce que je serais charmé d'y trouver». Car, ajoute-t-il, «comment soutenir la réputation d'un journal des gens du monde si l'on ne m'instruit des nouvelles littéraires, des aventures plaisantes, du bilan des académies, des intrigues secrètes, des épigrammes du moment?» (n° 59). Cependant, tandis qu'il insère des morceaux divers qui lui sont envoyés et qu'il déclare reproduire, à partir de la 3e livraison, sans changement, il charge, en 1784, Cubières-Palmézeau, bien introduit dans les milieux littéraires parisiens, de rendre compte mensuellement des productions que la capitale voit éclore – poésies, romans et surtout pièces de théâtre dont s'occupent tant les gens du monde (n° 52).

Répondant, comme le Pot-Pourri, à des nécessités alimentaires, le Journal des gens du monde a dû être principalement lu outre-Rhin. A plusieurs reprises, Luchet déplore que son périodique n'ait jamais pu connaître une libre circulation en France où cependant il est possible de le trouver. A ceux qui, dans le dessein de nuire au débit de l'ouvrage, laissent entendre qu'il y règne «une espèce de licence», un correspondant vraisemblablement prétendu répond, jouant sur les mots, qu'il ne faut pas confondre «licence» et «liberté» et qu'une «décente hardiesse» convient à ce qui n'est qu'«un dépôt des folies humaines et des sottises littéraires si multipliées dans ce siècle-ci» (n° 78).

Avant d'aborder la quatrième livraison, la rédaction se dit prête à tenir compte des critiques (longueur excessive de certains morceaux, rareté des anecdotes...) et à faire tout ce qui dépend d'elle pour assurer la continuation du journal. Mais la quatrième livraison, si l'on se reporte à la collection étudiée, n'ira pas au-delà du 2e volume qui clôt ainsi cette sorte de vaste compilation définie d'ailleurs moins comme un «journal» que comme un «recueil» (n° 55). En 1786, Luchet quitte la cour de Cassel pour se mettre au service du prince Henri de Prusse.

Auteur

Robert GRANDEROUTE

Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH