N° 0810

LETTRES DE MADAME LA COMTESSE (1745-1746)

Titre(s)

Lettres de Madame la Comtesse sur quelques écrits modernes.

Continué par: Lettres sur quelques écrits de ce temps (1749-1754).

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

1er septembre 1745 – 12 janvier 1746. Un volume. Permission tacite. Le prospectus paraît dans la première lettre datée du 1er septembre 1745. La périodicité est inégale. On peut compter quatre numéros par mois. Le volume est daté de 1746.

Description de la collection

Un volume de 300 p., in-12. 19 lettres de longueur inégale.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Genève est mentionné comme lieu de publication, chez les frères Philibert. Le lieu supposé est Paris, chez Prault.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Elie-Catherine FRÉRON est le fondateur, l'auteur et le directeur. Le poète Roy ou Roi collabore: Lettre XIII, p. 128-194, XVII, p. 241-248; Lettre XIX, article sur Bernis, Pension donnée (cf. lettre de Fréron à Palissot, 8 janv. 1758).

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

«Ecrire librement [...] traiter la littérature comme les plaisirs: l'effleurer sans jamais l'approfondir» (Lettre I, p. 11). «Je prétends me fonder un petit état indépendant» (Lettre X, p. 121). Evénements (nécrologie, élections académiques). Politique: la manière de lever la taille (un seul texte de ce genre). Intérêts pour les mœurs et la littérature anglaises. Attaques personnelles, surtout contre Voltaire et l'Académie.

Principaux auteurs étudiés: Voltaire, Poème de Fontenoy (II, p. 18-25); Temple de la gloire (XIV, p. 195-207). Piron, La Louisiade (III, p. 28-43). Le Blanc, Lettres d'un Français (XIX, p. 280-295). Shakespeare, trad. de La Place (IX, p. 126-129, XII, p. 165-177. XVIII, p. 255-279).

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., Z 49195; B.M. Quimper (édition tronquée).

Bibliographie

Réédition en 1753, Opuscules, Amsterdam, Arkstée et Merkus, 3 vol. in-12, t. II (mais avec des changements importants des lettres IX-XIX, concernant dates, transposition, texte même); B.M. Nantes, s.l.n.d., in-4°, n° 27493.

Mention dans Desfontaines, Jugements, t. X, p. 288. – Cornou F., Elie Fréron, Champion, 1922, p. 44-66. – Balcou J., Fréron contre les philosophes,Droz, 1975, p. 29-33. – Balcou J., Le dossier Fréron,Droz, 1975, p. 16-23.

Historique

Les Lettres de Madame la Comtesse sur quelques écrits modernes, 19 lettres en tout, sont le premier journal d'Elie Fréron. Auteur déjà coté de quelques feuilles volantes, mais surtout principal collaborateur de Desfontaines, il a alors 27 ans. Comme son maître est sur le point de mourir, il se décide à voler de ses propres ailes. Il obtient l'aval de Saint-Florentin (Arch. de la Bastille, 11593, f° 410) et d'Argenson, le directeur de la Librairie (cf. L'Année littéraire, 1765, t. I, p. 259). Le premier numéro sort le 1er septembre 1745 et l'ensemble sera relié en un volume au début de 1746. Sous le couvert d'une imaginaire «Comtesse», le journaliste envoie les nouvelles de la capitale à une prétendue correspondante de province. D'un style preste et agréable, volontiers badin ou agressif, ces «Lettres» avaient tout pour plaire et agacer. Déjà Fréron y montre la variété de son registre: des articles sur Voltaire voisinent avec des réflexions sur l'opéra ou même sur la manière de lever la taille. Il y exprime aussi son intérêt pour la littérature étrangère. Mais le succès vient surtout des attaques personnelles contre Fontenelle, Voltaire, Piron, les académiciens. S'étant permis d'ironiser sur l'abbé de Bernis et Madame de Pompadour qui le protégeait, il vit ses Lettres supprimées le 12 janvier 1746; il est lui-même emprisonné à Vincennes avant d'être exilé à Bar-sur-Aube.

En 1753, les Lettres de Madame la Comtesse sont rééditées dans le t. II des Opuscules. Mais ce volume n'est qu'une compilation assez informe. Ainsi la XIXe lettre, complètement transformée, est datée du 25 juillet 1746; on a droit à tout un développement sur l'élection de Voltaire à l'Académie; la lettre XVI devient le «Parallèle du Lutrin et de la Henriade» de l'abbé Boiteux... C'est pourquoi les Lettres de Madame la Comtesse sont à consulter dans leur édition de 1746 et non dans cette compilation de 1753.

Auteur

Jean BALCOU

Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH