N° 0891

MÉMOIRES DU TEMPS (1760-1762)

Titre(s)

Mémoires du temps.

C'est là le titre authentique et permanent du périodique; et c'est à tort qu'on lui donne celui de «Gazetin», qui n'a jamais existé que dans l'usage commun, et que le Dictionnaire de l'Académie de 1762 (t. I, p. 810) définit comme «petite gazette», par opposition aux feuilles sérieuses. Un faux-titre imprimé après coup et ajouté à l'exemplaire de Bruxelles augmente la confusion entretenue à l'époque par le pouvoir et le public; il fallait distinguer les Mémoires du temps de la Gazette des Pays-Bas.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Les Mémoires du temps comportent deux séries. La première a paru du 3 mai 1760 au 25 avril 1761; la seconde s'étend du 2 mai 1761 au 3 avril 1762. Créé par Jean Henri Maubert de Gouvest, ce périodique n'existe que par une tolérance de fait ou par permission tacite. Son existence est cependant officiellement confirmée par l'octroi du 22 septembre 1760, qui permet à Henri Constapel de publier simultanément le Mercure historique et politique des Pays-Bas et les Mémoires du temps (cf. le rapport du conseiller Wavrans au Conseil Privé, le 11 mai 1761, Bruxelles, Archives Générales du Royaume, CP 1065 A).

On ne connaît pas de prospectus. La périodicité est hebdomadaire.

Description de la collection

Les deux séries des Mémoires du temps, qui comptent respectivement 52 et 49 livraisons, sont réunies en un seul volume. Chaque livraison compte 4 p. imprimées sur deux colonnes, format in-folio, 205 x 325.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Bruxelles. La feuille est diffusée par Balorier, messager établi vis-à-vis de l'Hôtel des Postes. La livraison coûte 2 s. de Brabant; il n'est pas prévu d'abonnement.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Le fondateur est Jean Henri MAUBERT DE GOUVEST. Sous la direction commerciale de Constapel, François Antoine CHEVRIER devient le rédacteur du périodique (10 janvier 1761).

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Le contenu initial des Mémoires du temps ne peut se concevoir clairement que si on le tient pour corollaire d'une gazette d'informations, en l'occurrence la Gazette des Pays-Bas. Il s'agit de fournir, le samedi, en vue d'une lecture dominicale, une feuille offrant un panorama hebdomadaire et des nouvelles qui ne relèvent pas d'une gazette sérieuse. Maubert de Gouvest se défend expressément, dès le 17 mai 1760, d'offrir un «Réchauffé des Gazettes de la Semaine». Il n'en demeure pas moins qu'une lecture parallèle des Mémoires et de la Gazette des Pays-Bas fait apparaître certaines similitudes. Manifestement, le rédacteur cherche à sensibiliser un public plus large, dont le temps et la patience sont limités, un public qui recherche l'information mondaine et distrayante. Chevrier promet d'abord de suivre les traces du premier rédacteur; mais une évolution se fait jour assez rapidement: vers, nouveautés et comptes rendus de spectacles, dissertations, critiques, éloges, discussions et annonces diverses se bousculent dans les colonnes des Mémoires du temps, offrant un bon aperçu de la vie mondaine et culturelle de Bruxelles. Malgré cet indéniable attrait, les Mémoires du temps, comme les autres feuilles de l'époque, demeurent étroitement soumis aux autorités. Gouvest prend parfois ses informations auprès du ministre plénipotentiaire (26 juillet 1760, SEG 1175, f° 145-146); mais nous n'avons pas trouvé de trace d'ingérence manifeste du pouvoir. Celui-ci se cantonne dans le rôle de surveillant de ce qui s'imprime et prend les mesures qui s'imposent. Le Conseil Privé ne semble pas avoir tenu la feuille en haute estime.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.R. Bruxelles, III 19910 B.

Bibliographie

B.H.C. ; D.P. 2, art. «Bastide», «Chevrier» et «Maubert de Gouvest». Mentions dans les périodiques bruxellois du temps, notamment dans les Annonces et avis divers des Pays-Bas, qui se plaignent d'une concurrence déloyale en matière de publicité. – Chevrier F.A., Le Colporteur, dans Œuvres complètes, Londres, 1774, t. I, p. 254-258, 261. – La Vie du fameux P. Norbert ex-capucin, ibid., t. III, p. 135-145. – Piot C., «François Antoine Chevrier en Belgique», Bulletins de l'Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, t. XLIX, 1880, p. 217-245. – Vercruysse J., «Candide journaliste: Maubert de Gouvest gazetier à Bruxelles», Cahiers bruxellois, t. XIX, 1974, p. 46- 86.

Historique

Maubert de Gouvest, qui jouissait à Bruxelles de l'appui du ministre plénipotentiaire Cobenzl, insuffle depuis 1759 une vie nouvelle à la Gazette des Pays-Bas et lance dans la foulée le Mercure historique et politique, les Mémoires du temps et une feuille d'Annonces. Il sera le directeur et, jusqu'en janvier 1761, pratiquement le seul rédacteur des Mémoires du temps. Il en cède très tôt la direction à Henri Constapel, qui présente une requête de vingt ans, le 31 juillet 1760. L'octroi, ramené à dix ans, sera accordé le 22 septembre suivant (CP 1065 A). Nous ignorons quelle part Constapel a pu avoir dans la rédaction ultérieure des Mémoires. Sous la direction commerciale de Constapel, Chevrier prend en main la rédaction le 10 janvier 1761 (Maubert à Cobenzl, lettre du 4 février 1761, SEG 1175, f° 195-196), et le ton change indubitablement dès le 17 janvier. Des maladresses criantes (projet de la Feuille manuscrite, article du 1er août 1761, maladroitement rétracté, qui irrite Versailles et le magistrat bruxellois) font que le Conseil Privé décide, le 9 septembre 1761, d'expulser Chevrier; celui-ci reçoit, le 12, un viatique prélevé sur les fonds secrets (SEG 2248, f° 98-100) et doit quitter les Pays-Bas au plus tard le 14 (CP reg. 91, f° 44 v°). Les Mémoires survivent pourtant jusqu'au 3 avril 1762. Nous ignorons qui assura la rédaction du périodique au cours des trois derniers mois de son existence. La menace de suppression du Conseil Privé, qui pesait sur le journal depuis la décision du 14 octobre 1761 (CP 1065 A), lors du retrait de Constapel, fut mise à exécution.

On ne liera pas le Journal de Bruxelles, dirigé par Bastide (1766-1767), aux Mémoires du temps, bien que dans les documents, il soit fait mention de l'un et de l'autre sous la mention commune de «gazetin». Le monde rédactionnel des Mémoires du temps paraît fort limité et réduit probablement à une seule personne qui tire essentiellement sa matière de ses propres démarches, d'informateurs locaux et de lettres occasionnelles de lecteurs.

Auteur

Jeroom VERCRUYSSE

Additif

Voir aussi le Gazetin de Bruxelles


Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH