N° 0912a

MERCURE ANGLAIS 3 (1649-?)

Titre(s)

La Bibliothèque de Gand possède une dizaine de numéros d’un Mercure anglois qui ne se confond pas avec le Mercure anglois publié par Robert White, même si la présentation et le contenu des deux périodiques sont comparables.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Le Mercure anglais 3 est un hebdomadaire paraissant le vendredi. Les numéros connus sont datés du 12 janvier, 29 janvier, 5 février, 19 février, 26 février, 5 mars, 26 avril, 26 juin et 17 juillet 1649. Ils relatent les faits survenus dans la semaine précédente ; la mention «depuis Vendredi le 25 de décembre, jusqu’à Jeudi le 2 january 1649» apparaît avec le numéro 1. Cette mention suggère que le titre copie un original anglais, et que le journal commence avec l’année 1649, non sans un léger retard car il est daté du 12 janvier 1649. Le dernier numéro connu est daté du 17 juillet 1649.

Description de la collection

«Imprimé à La Haye par Samuel Brown, libraire anglais demeurant à l’Acter-om à l’enseigne de l’Imprimerie anglaise». Feuille de 4 p. in-4°. Une pagination continue donne à croire que le journal était destiné à être publié par volumes annuels. Samuel Brown a été imprimeur-libraire à La Haye de 1647 à 1662 ; son enseigne était «In de Engelsche druckery». Il s’est fait connaître par la publication de pamphlets relatifs à Charles Ier ; il a publié des ouvrages  anglais, hollandais, français, latins.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Le Mercure anglais 3 relate l’actualité politique anglaise à l’époque de Cromwell, tout particulièrement à l’approche du procès de Charles Ier. Le Roi est enfermé à Windsor (n°1), on prépare son procès (n°6), il rédige ses dernières volontés (n°7), cependant que son fils Charles est proclamé roi d’Écosse (n°8 et 9) ; on condamne à mort plusieurs des grands dignitaires du règne (n°15) ; Cromwell envisage d’envahir l’Irlande (n°26). Comme le Mercure 1, le Mercure 3 s’astreint à une relative impersonnalité et rend compte avant tout des débats du Parlement ; pourtant, il lui arrive une fois, au moment des condamnations à mort de grands seigneurs, de prendre parti ouvertement : «De sorte qu’on va répandre toujours du sang en abondance, et c’est chose étrange de voir qu’ils ne s’en saoulent point du tout» (n°15, p. 57). On est amené à penser que le Mercure anglais 3, tout en suivant de près le Mercure anglais 1, comme le veut l’imprimerie «anglaise» de Samuel Brown à La Haye, l’adapte à un public français attentif au sort du roi Charles. Cependant, ce Mercure anglais paraît au moment où l’on perd la trace du Mercure anglais de Londres (17 décembre 1648). Celui-ci s’est-il poursuivi sans qu’on ait gardé d’exemplaire ? Ou le Mercure anglais de La Haye a-t-il cherché à le remplacer en s’adressant à d’autres sources ? Sur l’accueil de la nouvelle de la mort du roi Charles en France, voir Hubert Carrier, Le Labyrinthe de l’État, Champion, 2004, p. 85-95.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Bibliothèque de Gand, 3370. La Bibliothèque royale de La Haye possède, sous la cote 0864, 5 numéros du Mercure anglais 3 publiés entre janvier et avril 1649.

Auteur

Jean SGARD

Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH