N° 1170a

RECUEIL DE PIÈCES CURIEUSES ET NOUVELLES (1694-1697)

Titre(s)

Recueil de pièces curieuses et nouvelles tant en prose qu’en vers.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Janvier 1694-1697. Adrian Moetjens décide en 1694 de compléter ses Lettres historiques par un recueil périodique de pièces en vers et en prose (voir la notice n° 822 de Philip Stewart). Ce recueil paraîtra en tomes ou volumes composés de six parties, qui correspondent à une périodicité mensuelle. La collection complète de la Bibliothèque de Versailles comprend les 5 volumes ou tomes, avec chacun leurs six parties ou livraisons. Cette répartition imite celle des Lettres historiques, sans en avoir eu, semble-t-il, la régularité. A partir du tome V, l’éditeur annonce qu’il donnera une partie tous les deux mois. La notice de Gallica pour ce journal (cote Z 1638) annonce 5 tomes en 10 volumes, de 1694 à 1701 ; mais le volume 10 et dernier (V iv) est daté de 1697.

Description de la collection

Chaque partie compte de 100 à 360 pages, l’éditeur publiant au fur et à mesure les textes qui lui sont envoyés. Même devise que pour les Lettres historiques : Amat libraria curam. Tables à la fin de chaque partie, index à la fin de chaque tome.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

A La Haye, Chez Adrian Moetjens, Marchand Libraire, près la Cour à la Librairie Françoise.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

L’auteur semble bien être Adrian Moetjens lui-même : c’est lui qui appelle les textes, les rassemble, compose les recueils et signe les avis au lecteur.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Dans l’«Avis du Libraire» du tome I, première partie, en 1694, Moetjens écrit : «Comme il y a deux ans que je continue d’imprimer les Lettres historiques, etc. je reçois tous les jours des pièces très curieuses, tant en prose qu’en vers...» (p. 2). Dans le tome II, première partie, en 1694, il précise : «Il y a six mois que je commençai de donner au public le Recueil des pièces curieuses et nouvelles, et j’ai continué d’en donner une partie tous les mois, jusqu’à la sixième, donnée le mois passé, et qui est la dernière du premier tome». Tout en se flattant du succès de son recueil, Moetjens invite régulièrement son public à lui fournir des textes. Et visiblement, il puise à des sources plus directement accessibles, et notamment des éditions récentes. C’est le cas pour les contes de Perrault, qu’il réédite en quasi-totalité : dans le tome I i, «Peau d’âne» et «Les souhaits ridicules» ; dans le tome I iii, «Grisélidis» ; dans le tome V iv, «Le Petit Chaperon rouge», «La Barbe bleue», «La Belle au bois dormant», «Le Maître chat», «Les Fées», «Cendrillon ou la petite pantoufle de verre», «Riquet à la houpe», «Le Petit Poucet». On a cru longtemps que le Recueil fournissait la première édition de ces contes ; il n’en est rien, Moetjens reproduit le texte du Mercure galant, ou celui de l’édition Barbin (Voir l’édition de G. Rouger, Classiques Garnier, 1967, p. LXIX).

Le Recueil contient également des poèmes de Robinet, de Pavillon, de Mme Des Houlières, de Boileau, et des histoires galantes.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Bibliothèque de Versailles, Réserve Lebaudy, 361-365. – BnF, Z 1638. - Ars., 8° BL 15883.

Auteur

Jean SGARD

Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH