RÉFLEXIONS JUDICIEUSES

1736
1737

Titre(s)

Reflexions judicieuses sur les Nouvelles ecclesiastiques de l'année courante M DCC XXXVI [-M DCC XXXVII].

En tête de chaque numéro, on trouve le titre : Suite des Reflexions judicieuses, etc. ; à partir du 10 janvier 1737 s'ajoute le sous-titre : «Lettre aux Auteurs des nouveaux Ecrits contre le pouvoir du Démon».

Titre indexé

RÉFLEXIONS JUDICIEUSES

Date indexée

1736
1737

Description de la collection

Les 43 numéros publiés ont été rassemblés en un volume de pagination continue (p. 3-575), avec une page de titre. La publication est conçue elle-même, comme les Nouvelles ecclésiastiques, pour former un volume : chaque numéro est composé d'un certain nombre d'articles avec numérotation continue sur l'ensemble de la collection (de I à CCXI). Cahiers de 8 p. in-4°, 200 x 270.

Bibliographie

Compte rendu dans le Supplément des Nouvelles ecclésiastiques (du père Patouillet) du 8 juin 1736. – Sgard J., «La presse militante au XVIIIe siècle : les gazettes ecclésiastiques», Cahiers de textologie, n° 3, 1990.

Auteur

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.M. Grenoble, C 3289 (exemplaire apparemment complet, non coupé) et C 3284 (lacunes).

Numéro

1183

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Les Réflexions judicieuses forment une suite ininterrompue de critiques des Nouvelles ecclésiastiques, article par article. Cette critique est méticuleuse, opiniâtre, agressive ; elle s'en tient constamment à l'argumentation théologique, à grand renfort de citations et de références (l'Evangile, les Pères de l'Eglise, saint Thomas, etc.). Elle refuse toute interprétation figurative et symbolique, et se cantonne souvent dans une critique rationaliste et historique. La plus grande partie des livraisons de 1736 porte sur les convulsions, dont le caractère surnaturel est nié point par point ; à partir de janvier 1737, le débat tend à se porter sur le pouvoir du Démon et sur la critique du Traité de la venue d'Elie, de J.B. Desessarts. Cette controverse théologique est liée à l'évolution des Nouvelles ecclésiastiques, qui tendent, à la même époque, à échapper aux excès des convulsionnaires et à approfondir leur recherche théologique.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

1er mai 1736–20 octobre 1737, régulièrement deux fois par semaine (le 1er et le 15 du mois), avec parfois une périodicité plus rapide : trois fois par semaine (le 1er, le 10 et le 20) en particulier d'août à décembre 1736 ; 21 numéros ont été publiés en 1736, 22 en 1737.