MACHINES ET INVENTIONS *

0856
1735
1777

Titre(s)

Machines et inventions approuvées par l'Académie Royale des Sciences depuis son établissement jusqu'à présent, avec leur Description. Dessinées et publiées du consentement de l'Académie «par M. Gallon. Avec Privilège du roy» (dans les volumes de 1735).

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

De 1735 (t. I-VI) à 1777 (t. VII). Le privilège, daté du 15 novembre 1734 a été accordé à l'Académie royale des sciences pour 15 ans. L'Académie en a cédé la jouissance aux sieurs G. Martin, Coignard fils et Guérin, le 20 novembre 1734 (signé Fontenelle).

Pas de périodicité annoncée. C'est en fait un recueil dont les six premiers volumes sont parus en 1735 et le septième en 1777.

Description de la collection

Tome I: i-viii + 215 p., n° 1-67 («depuis 1666 jusqu'en 1701»); t. II: i-v + 219 p., n° 68-135 («depuis 1702 jusqu'en 1712»); t. III: i-v + 205 p., n° 140-214 («depuis 1713 jusqu'en 1719»); t. IV: i-v + 239 p., n° 215-295 («depuis 1720 jusqu'en 1726»); t. V: i-v + 173 p., n° 296-360 («depuis 1727 jusqu'en 1731»); t. VI: i-v +196 p., n° 361-429, + 35 p. non paginées; t. VII: i-vii + 471 p., n° 430-493 («depuis 1734 jusqu'en 1754»).

Format in-4°, 185 x 230. Il y a une ou deux planches, rarement plus, par machine décrite. La taille des planches hors texte est variable de un et demi à deux fois le format, en largeur, la hauteur étant de 185 mm; elles ne sont pas paginées mais numérotées (voir plus haut).

Titre en noir et rouge, nombreux culs-de-lampe très variés.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

A Paris. Chez Gabriel Martin, Jean-Baptiste Coignard fils, Hippolyte Louis Guérin, rue Saint-Jacques. T. VII: chez Antoine Boudet, rue Saint-Jacques.

T. VII: avertissement du libraire «ne vendant les six premiers [volumes] que 108 livres en feuilles, ou 18 livres chaque, nous donnerons ce septième aussi en feuilles, papier ordinaire, pour le même prix de 18 liv. et de 27 en grand papier [...] On s'est déterminé à mettre en forme in-folio ces 7 volumes in-4°, et à les donner au même prix de 126 livres. Il y a quelques exemplaires enluminés moyennant 250 liv.».

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

GALLON a demandé une délibération à l'Académie, les 21 et 26 janvier 1729 pour approuver le projet. Les commissaires sont de Mairan et Réaumur, «tous les dessins ont été approuvés par eux».

Les planches sont signées Dheulland, ou Herisset dans les 6 premiers volumes, Dheulland ou de La Gardette dans le septième.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Le but est de faire connaître les inventions d'une manière plus détaillée que dans l'Histoire de l'Académie. Gallon est allé voir les auteurs, et quand ils étaient morts, les ouvriers qui avaient travaillé avec eux. Les planches «sont assez développées pour qu'on puisse les entendre parfaitement, et même les faire exécuter s'il était nécessaire».

On annonce 6 volumes, 377 machines et 432 planches.

Contenu réel: une explication de 2 p. en moyenne illustrée par une ou deux planches présentant les inventions les plus diverses; acoustiques et fauteuil pour les sourds, des cabestans, des machines à remonter les bateaux, à draguer les ports, des ponts flottants, des machines à arrêter les chevaux emballés, à transporter des grands arbres à replanter, des carrosses ou des chaises de poste inversables, ou des chaises de poste transformables en phaeton, de nombreux clavecins, orgues, des «canifs qui taillent des plumes d'un seul coup», de très nombreuses lunettes, des télescopes, des machines hydrauliques, pompes à feu, des machines arithmétiques (celle de Pascal et d'autres), des horloges, échappements, etc.

Les «inventeurs» sont académiciens ou non. Parmi les premiers: Godin et Outhier qu'on retrouvera dans les expéditions pour la mesure de l'arc de méridien (où leurs instruments ont été utilisés), Dortous de Mairan, Cassini, Clairaut le père, et aussi l'abbé Nollet, Huygens, Perrault et beaucoup d'autres.

Le t. VII débute sur un avertissement du libraire expliquant que Gallon étant mort, son travail depuis la fin du t. VI a été publié en une seule fois. Au lieu du privilège, on trouve un «Extrait des registres de l'Académie royale des Sciences du premier mars 1777», signé de Condorcet et donnant l'autorisation sur rapport de messieurs Leroy et Vandermonde.

L'ensemble de la collection a une belle unité et témoigne de l'imagination des inventeurs ainsi que de l'excellence des graveurs.

Chaque volume débute par une table du contenu, la page v donnant l'ordre des planches. Une table générale se trouve à la fin du t. VI (35 p.) qui est plutôt un index des titres et des auteurs.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., R 3913-3919 (exemplaires consultés); B.M. Lyon, 158552, 158667; B.U. Montpellier, 265067.

Titre indexé

MACHINES ET INVENTIONS *

Date indexée

1735
1736
1737
1738
1739
1740
1741
1742
1743
1744
1745
1746
1747
1748
1749
1750
1751
1752
1753
1754
1755
1756
1757
1758
1759
1760
1761
1762
1763
1764
1765
1766
1767
1768
1769
1770
1771
1772
1773
1774
1775
1776
1777

HISTOIRE ET MÉMOIRES DE L'ACADÉMIE ROYALE DES SCIENCES *

0608
1702
1797

Titre(s)

a) Histoire de l'Académie Royale des Sciences (1666-1699), publiée en 1733 et Mémoires de l'Académie royale des sciences depuis 1666 jusqu'à 1699, 1729-1732.

b) En même temps: Histoire de l'Académie royale des Sciences, avec les Mémoires de Mathématiques et de Physique. Tirés des registres de cette Académie (1699-1790), en réalité publiés à partir de 1702.

c) Mémoires de mathématiques et de physique présentés à l'Académie royale des Sciences par divers Savants et lus dans ses Assemblées (à partir de 1750, ces mémoires sont dits des Savants étrangers).

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

a) Le registre de l'Académie des sciences du 16 août 1717 fait état d'une délibération de l'Académie du 29 juin. C'est Fontenelle qui signe le privilège le 14 février 1728. «Le Sieur Montalant a cédé au Sieur Coignard fils par acte. Le dit Sr. Coignard en a fait part aux Sieurs Martin et Guérin l'aîné suivant l'accord signé entre eux». Les deux volumes d'Histoire sont datés de 1733.

b) La collection régulière de l'Histoire de l'Académie royale des Sciences, avec les Mémoires contient 92 vol., le premier correspondant à 1699, celui de 1772 est double, le dernier (pour 1790) est paru en 1797.

c) 11 volumes parus avant la Révolution.

Description de la collection

a) T. I, Histoire de l'Académie royale des sciences depuis son établissement en 1666 jusqu'en 1686: 486 p.; t. II, Histoire [...], depuis 1686 jusqu'à son renouvellement en 1699, 436 p.; t. III, Mémoires depuis 1666 jusqu'à 1699: Mémoires pour servir à l'Histoire naturelle des animaux de Perrault, 294 p., première partie; t. III, deuxième partie, 231 p.; troisième partie, 215 p.; t. IV, Mémoires (principalement pour servir à l'histoire des plantes); t. V, VI, VII, divers ouvrages de Frénicle, Roberval, Picard; t. VIII: voyages astronomiques; t. VIII, IX, œuvres de Cassini de La Hire; t. X, mémoires de mathématiques et de physique et extraits de différents journaux; t. XI, Analyse générale de Lagny.

Cahiers de 8 p., 190 x 255, in-4°. Nombreuses planches dans l'Histoire des animaux.

b) Chaque vol. de l'Histoire de l'Académie royale des Sciences, avec les Mémoires, est divisé en deux parties: l'Histoire puis les Mémoires. Le format est in-4°. La pagination est séparée (jusqu'à 200 p. pour la première partie, qui contient les Eloges, et jusqu'à 500 p. pour les Mémoires). Un volume, annuel en général, qui contient de nombreuses planches.

c) Périodicité variable: le t. I est de 1750, le II, de 1755; le III, 1760, IV, 1763, etc. Les volumes sont de 600 p. environ, 195 x 250, in-4°, illustrés d'une vingtaine de planches et débutant par une préface d'une vingtaine de pages à pagination séparée.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

a) A Paris, chez Gabriel Martin, Jean-Baptiste Coignard fils rue Saint-Jacques, Hippolyte Louis Guérin, pour les t. I et II. A partir du t. III, par la Compagnie des Libraires (les précédents + François Montalant, quai des Augustins). J.B. Coignard fils, imprimeur.

b) et c) Les volumes d'Histoire et mémoires [...]sont à l'adresse de l'Imprimerie royale, ainsi que ceux dits des savants «étrangers», c'est-à-dire qui n'appartiennent pas à l'Académie. Les imprimeurs ont varié (voir Hahn, p. 60-61).

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

L'Histoire ainsi que les Eloges étaient confiés au Secrétaire perpétuel qui furent Fontenelle jusqu'en 1739, puis Dortous de Mairan, Grandjean de Fouchy en 1743, qui fut remplacé par Condorcet de 1776 à la Révolution.

Toutes les sciences ont été représentées et la liste des savants tant de l'Académie qu'«étrangers» se confond avec celle des représentants de la science de la fin du XVIIe et du XVIIIe siècle. Outre les mémoires, on trouve aussi des Lettres ou Extraits de lettres de divers auteurs, adressées à des académiciens. Les mémoires mettaient de deux à trois ans à paraître en général et ils sont l'objet de nombreuses lettres échangées entre les auteurs et le secrétaire perpétuel.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., a) R 3774 bis – 3786; b) R 3786-3884; c) R 3920-3930.

Table alphabétique des matières contenues dans l'Histoire et les Mémoires, [...] 1666-1780, en 9 vol. (les quatre premiers tomes sont dus à Godin, les derniers à Demours, le t. IX est daté de 1786); Nouvelle Table des articles contenus dans les volumes de l'Académie royale des Sciences de Paris depuis 1668 jusqu'en 1770, dans ceux des Arts et des Métiers publiés par cette Académie et dans la Collection académique par l'abbé Rozier, 4 vol., moins détaillée que la précédente, et d'un classement différent (B.N., Usuels de la Salle de lecture, 158). Il est à noter qu'il n'y a pas de tables pour les années 1781 et suivantes jusqu'à la fin du siècle.

Les collections, parfois incomplètes, sont dans de nombreuses bibliothèques.

Bibliographie

a) Une édition en 5 vol. moins complète est parue en Hollande (Amsterdam, Kuyper, 1706-1724).

b) Très nombreuses contrefaçons, en particulier chez Panckoucke en France et en Hollande (chez J. Schreuder et Pierre Mortier le jeune, chez Pierre Mortier). Les éditions de Hollande accusent celles de Paris d'être fautives, celles de Paris accusent celles de Hollande d'être incomplètes... Les ouvrages concernant l'Académie des sciences (J. Bertrand, 1869; A. Maury, 1864; E. Maindron, 1888, etc.) consacrent peu de place aux publications. Voir Roger Hahn, The Anatomy of a Scientific Institution. The Paris Academy of Sciences. 1666-1803, University of California Press, 1971, qui contient une bibliographie abondante; Rademaker R., L'Académie royale des sciences (1666-1790): une bibliographie, à paraître.

Pour une consultation des cotes disponibles à la B.N. (édition de l'Académie, contrefaçons), consulter le mémoire dactylographié de Marguerite Calvé, «Répertoire coté des publications de l'Institut de France et des cinq Académies» (B.N., Bureau, imp. 18*).

Il y a eu d'autres publications de l'Académie: Machines et inventions [...] (voir à ce titre), Recueil des pièces qui ont remporté les prix, de 1699 (paru en 1718) à 1732 (paru en 1735), d'autres Recueils et Mémoires, pas vraiment périodiques et naturellement la Description des Arts et Métiers [...]de Réaumur, Duhamel Du Monceau, Lalande, et dans une certaine mesure, la Collection académique. Consulter F. Russo, Eléments de bibliographie d'histoire des sciences et des techniques (en particulier, p. 54-56).

Titre indexé

HISTOIRE ET MÉMOIRES DE L'ACADÉMIE ROYALE DES SCIENCES *

Date indexée

1702
1703
1704
1705
1706
1707
1708
1709
1710
1711
1712
1713
1714
1715
1716
1717
1718
1719
1720
1721
1722
1723
1724
1725
1726
1727
1728
1729
1730
1731
1732
1733
1734
1735
1736
1737
1738
1739
1740
1741
1742
1743
1744
1745
1746
1747
1748
1749
1750
1751
1752
1753
1754
1755
1756
1757
1758
1759
1760
1761
1762
1763
1764
1765
1766
1767
1768
1769
1770
1771
1772
1773
1774
1775
1776
1777
1778
1779
1780
1781
1782
1783
1784
1785
1786
1787
1788
1789
1790
1791
1792
1793
1794
1795
1796
1797

GAZETTE DES ARTS ET MÉTIERS

0545
1775
1776

Titre(s)

Gazette des arts et métiers.

A trouvé un public en prenant des abonnés à la Gazette d'agriculture, du commerce etc., et en cessant de paraître, propose à ses abonnés de recevoir ladite gazette.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Jeudi 6 juillet 1775 – 1er août 1776. Hebdomadaire, paraissant le jeudi. Le 52e numéro daté du 27 juin 1775 a été suivi de 5 numéros portant «IIe année».

Le Prospectus (5 p.) a été approuvé le 10 juin 1775 par Crébillon ; les deux premiers numéros un jour avant la publication par Gardanne. La gazette paraît sans approbation visible ensuite.

Description de la collection

C'est une feuille de 8 p. avec de temps en temps un supplément de 4 p. (n° 4, 7, 12, 38). Le format annoncé est grand in-8°, 132 x 280. Papier de médiocre qualité.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Paris, rue des deux Portes Saint Sauveur au Bureau royal de la correspondance générale. Imprimeur : Knapen au bas du pont Saint-Michel.

La souscription est de «15 livres franc de port par tout le royaume». Avis et articles sont inscrits gratuitement, sauf les avis anonymes (cette dernière condition est revue dans la suite de la gazette).

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Aucun signe ne permet de trouver les noms du directeur ou des collaborateurs. L'approbation du Prospectus est donnée à «Albert».

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Le programme (ambitieux) exposé dans le Prospectus comprend dix points, allant de l'exposé des méthodes d'après des expériences constatées, des essais et découvertes, des secrets, des remèdes (surtout pour les maladies des gens des Arts et Métiers). On se propose de transmettre les demandes du public et d'y répondre, d'informer des règlements essentiels à connaître, de donner les anecdotes anciennes, et après tout cela «tout ce qui concerne les Arts et Métiers». Le début du n° 1 précise que «ce qui n'est pas utile à l'un peut l'être à l'autre».

Contenu réel : très divers, mais s'en tenant en effet aux Arts (tableaux exposés place Dauphiné, compte rendu du Salon de 1775, annonces de gravures, fabrication de peintures, de couleurs, art d'imprimer en couleurs, etc.) et aux Métiers (soieries, chapellerie, étoffes, dominoterie [papier d'ameublement], cierges, etc.). On trouve une rubrique «spectacles», la reproduction d'une lettre de Voltaire, de d'Alembert, le texte des concours de l'Ecole royale de dessin ... Il y a en effet des demandes de lecteurs et des réponses, mais «quelques personnes se sont plaintes» car le Prospectus n'a pas été satisfait. On leur répond qu'il y a eu des «entraves que nous n'avions pas prévues», des «privilèges particuliers» à respecter.

En tout cas, l'Avis de la page 40 du dernier numéro paru révèle que la gazette a porté préjudice à la Gazette d'agriculture, commerce, etc. (distribuée par le même Bureau), que ceux qui ont déjà réglé leur souscription recevront dorénavant la Gazette du commerce et que l'impression est suspendue au moins provisoirement.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., V 28614 ; manque n° 27 (jeudi 4 janv. 1775) et n° 1 de la deuxième année (4 juil. 1776). A partir de ce n° 1, la numérotation des pages avait été annoncée comme continue et tout s'arrête à la page 40.

Additif

Auteur : voir Jean-Pierre Loliot dans le Dictionnaire des journalistes

Titre indexé

GAZETTE DES ARTS ET MÉTIERS

Date indexée

1775
1776

L'EXAMEN DES ESPRITS

0429
1666

Titre(s)

L'examen des esprits ou les opinions curieuses, surprenantes, et ridicules des Philosophes anciens. Pour enrichir les Questions de l'Histoire Royale. Dédié à Mr Colbert Fils, Seigneur de Seignelay Par le Sr N.D.H.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

29 avril – 31 juillet 1666. Rien n'est annoncé. A peu près hebdomadaire; chaque Examen est numéroté et daté: I, 29 avril M.DC. LXVI; II, du 10 may; III, du 18 may; IV, du 25 may; V, du 2 juin; VI, du 9 juin; VII, du samedy 19 juin; VIII, du samedy 3 juillet; IX, du samedy 10 juillet; X, du samedy 17 juillet; XI, du samedy 24 juillet; XII, du samedy 31 juillet M.DC.LXVI.

Description de la collection

Douze cahiers in-4° de 8 p., paginés à la suite (jusqu'à la p. 96, dernier cahier signé Z), 160 x 220. A la page 96, on annonce un second recueil.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

«A Paris, Chez Ch. Chenault, Imp. et lib. Au bout du Pont S. Michel, à l'entrée de la rue de la Huchette, aux Armes du Roy. Avec Privilège de S.M. [absent]»: indications du bas de la p. 8 de chaque livraison.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Nicolas de HAUTEVILLE, d'après une inscription au crayon, sur l'exemplaire R 1125 et la signature de l'épître dédicatoire de l'exemplaire R 7634. Voir le catalogue B.N. à ce nom.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Désire donner des éclaircissements «aux personnes qui lisent avec plaisir les Questions de l'Histoire Royale». Il s'agit de son ouvrage très mince (16-24 p.) paru en 1665, sous le titre L'Histoire royale ou les plus belles ou les plus curieuses questions en forme de lettres chrétiennes, qui aura une autre édition en 1667 (490 p.).

L'auteur conçoit ses entretiens sous forme de lettres. Ce sont des portraits, par exemple: «L'histoire de Thalès, milésien. [1] Le portrait d'un heureux contemplatif. [2] Sa doctrine curieuse. [3] Ses opinions en morale. [4] Ses opinions surprenantes. [5] Ses opinions en religion. [6] Ses opinions ridicules». Toutes les livraisons suivent à peu près ce schéma.

Philosophes étudiés après Thalès: Solon athénien, zélateur du bien public; Chilon lacédémonien, sage résolu; Pitaque mytilénien, sage dissimulé; Bias priéniée, illustre citoyen; Cléobule lindien, sage heureux; Périodre corinthien, sage fou; Scythe anacarside, sage étranger; Epiménide phestien, le sage imaginaire; Myson étéen ou chenéen, le sage inconnu; Pherécide syrien, sage malheureux.

Chaque «examen» à partir de la deuxième livraison est consacré à un philosophe et se termine parfois par des «Observations historiques», où l'auteur cite souvent Ménage et Casaubon.

Une apostille annonce un recueil sur les «sectateurs de l'école Ionienne» qui ne semble pas avoir paru.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., 4°R 1125 (2); R 7634, précédé d'une Epître dédicatoire à Colbert fils (2 p.), avec grandes marges, de la Bibliothecae Colbertina (180 x 240).

Titre indexé

EXAMEN DES ESPRITS

Date indexée

1666

ÉTAT DU CIEL *

0405
1706 ?
1735 ?

Titre(s)

Etat du ciel pour l'année mil sept cens six ou Journal de ce qui arrivera chaque jour de plus considérable dans le mouvement des Astres avec les Ascensions droites du Soleil, et celles des principales Etoiles, pour avoir l'heure pendant la nuit, Augmenté d'une méthode pour réduire le lever et le coucher des Etoiles, et les Crépuscules du matin et du soir, calculés pour Parts, à l'horizon de toutes sortes d'autres lieux, et pour dresser les thèmes célestes, «par le Sr de Beaulieu». Le nom d'auteur disparaît ensuite et le titre varie très légèrement: en 1712 on ajoute: et les Equations pour régler les Pendules, puis, à partir de 1721, «par le Sieur Desplaces». Est publié en même temps ou à la suite des Ephémérides des mouvements célestes.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Le premier volume conservé date de 1706, le dernier de 1735. Le privilège donné à Collombat pour de nombreuses publications dont l'Etat du cieldate du 12 juin 1708, renouvelé le 11 août 1718 signé de S. Hilaire: le privilège ne figure pas dans tous les exemplaires. On retrouve un privilège du 14 décembre 1731 (Sainson) qui sert jusqu'à la fin des exemplaires connus.Les approbations ne sont pas toujours présentes non plus: celle de Saurin du 3 septembre 1705 sert encore en 1712. Approbations de Cassini des 3 décembre 1720, 1721, 26 novembre 1722, 24 novembre 1726, 13 novembre 1727, 7 août 1728, 1er octobre 1929, de Sainson du 14 décembre 1731, 1er octobre 1732, 1er décembre 1733 puis 1734 de Cassini.La périodicité est annuelle et, d'après les dates des approbations semble avoir été régulière. Les volumes devaient être distribués à temps, c'est-à-dire pour servir à partir du 1er janvier de chaque année.

Description de la collection

On ne trouve aucune indication de tomaison. Les renseignements suivants concernent les années: les astérisques désignent les exemplaires qui ne se trouvent qu'à la Réserve.

1706: 6 p. non paginées + 92 p. pas toujours paginées; 1707*: 10 p. non pag. + 100 p.; 1708*: 6 p. non pag. + 110 p.; 1709: 108 p.; 1710*: 6 p. non pag. + 93 p.; 1712: 101p.; 1721: 168 p.; 1722: 8 + 169 p.; 1723*: 8 + 173 p. + 3; 1724*: 8 + 169 p.; 1725*: 8 + 169 p.; 1726*: 6 + 172 p.; 1727*: 8 + 165 p.; 1728: 166 p.; 1729: 159 p.; 1730: 12 + 160 p. + 12; 1731*: 6 + 159 p. + 12: 1732: 116 p. + 12: 1733: 117 p. + 11 (on a omis le mois de nov.); 1734: 156 p. + 12 (manque déc.); 1735: 157 p.+ 6 (2 mois par page, car il n'y a qu'un satellite considéré).

Cahiers de 24 p., 80 x 145, et 80 x 148-150 pour les exemplaires de la Réserve, format in-12. A partir de 1730, on s'intéresse alors aux «immersions et émersions des quatre satellites de Jupiter» pendant chaque année (pages supplémentaires, non paginées).

Un frontispice qu'on retrouve sur presque tous les exemplaires représente un morceau d'écliptique avec trois signes du zodiaque, une sphère armillaire, un angelot assis, une figure de femme, un autre angelot regarde dans une lunette; le titre «Etat du ciel» est inscrit en haut d'une stèle-pyramide.

Une ou plusieurs planches hors-texte, parfois aucune, en général trois: la première planche donne les élongations de Vénus et de Mercure au soleil adaptées pour chaque année. On représente les signes du zodiaque et la «voye de lait», en 2 planches, 150 x 410, qui se font face une fois dépliées; les éclipses et les élongations (45 x 460, pour la plus grande).

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

A Paris, chez Jacques Collombat, imprimeur ordinaire de Madame la duchesse de Bourgogne, rue Saint-Jacques au Pélican.

A la dernière page: de l'imprimerie de Jacques Collombat 1705 (pour le volume de 1706), 1708 etc., mais cette indication ne figure pas toujours.

Un «Achevé d'imprimer» du 24 décembre 1706 (1707*).

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

BEAULIEU, qui ne met pas toujours son nom, puis à partir de 1721, le sieur DESPLACES. Voir D.P. 2.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Donne l'«état du ciel» par mois, c'est-à-dire ce qui est annoncé dans le titre et par ville, en particulier pour les «principaux ports de mer de France, d'Angleterre et d'Hollande et le temps qu'il y est en pleine mer». Suivant les années, des renseignements supplémentaires, par exemple, en 1712 les équations des pendules pour régler les horloges.

On explique le vocabulaire et les symboles, mais succinctement dans un Avertissement de 2 p., puis sur 2 p., quatre figures carrées représentent le ciel en mars, juin, septembre, décembre; enfin une page ou plus sur les éclipses selon les années.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., V 21605-21616 (coll. incomplète); Rés. V 2194-2215, collection composée d'exemplaires de la bibliothèque du Roi ou du Dauphin, reliés en maroquin rouge (ou vert) aux armes et tranches dorées (avec certains papiers de garde magnifiques: exemplaires de la reine?). Certains exemplaires sont en double (1828 en triple), certaines années manquent.

Ces exemplaires, très commodes à mettre dans une poche ou un réticule étaient manifestement destinés aux «dames» s'intéressant à l'astronomie: ils sont principalement en usage à la Cour (on notera que Collombat se présente ici, non pas comme l'imprimeur du Roi, mais comme celui de la duchesse de Bourgogne). Voir les Ephémérides des mouvements célestes, dont ils sont tirés.

La date du dernier exemplaire connu coïncide avec la fin de la collaboration de Desplaces aux Ephémérides et le début de celle de l'abbé de La Caille.

Il existe un Etat du ciel, pour l'an de grâce MDCCLVI bissextile calculé sur les principes de M. Newton rapporté à l'usage de la Marine. Par A.G. Pingré [...], à Paris, chez Durand et Pissot, muni d'un certificat de l'Académie de 1756 et qui signale un privilège qui se trouverait dans le volume de 1755 (B.N., V 21618, in-12, 120 x 190, 216 p.). Il est raisonnable de penser que ce genre de périodique annuel s'est publié régulièrement pendant le siècle, mais que beaucoup d'exemplaires manquent.

Additif

Dates : Le Journal des savants du décembre 1704 (p. 1601) annonce un État du ciel pour l'année 1705 (p. 1061)

Titre : L’ouvrage de même titre signalé ci-dessus par Anne-Marie Chouillet est représenté à la Bibliothèque royale de Munich par un volume de 1754 comportant le privilège : 19 mars 1750, registré à la Chambre des libraires le 5 juin. 1750. L’auteur nommé en page de titre est A.G. Pingré, chanoine régulier, correspondant de l’Académie des sciences. La bibliothèque de Munich possède également des tomes de 1755, 1756, 1757.

Titre indexé

ÉTAT DU CIEL *

Date indexée

1706
1707
1708
1709
1710
1711
1712
1713
1714
1715
1716
1717
1718
1719
1720
1721
1722
1723
1724
1725
1726
1727
1728
1729
1730
1731
1732
1733
1734
1735

ÉPHÉMÉRIDES DES MOUVEMENTS CÉLESTES *

0376
1702
1792

Titre(s)

Ephémérides des mouvements célestes pour le méridien de la Ville de Paris, où l'on trouve les mouvements diurnes des Planètes en Longitude; leurs latitudes, aspects et médiations visibles; celles des Etoiles, leur lever, coucher, apparitions et occultations. Avec les immersions et emersions du premier satellite de Jupiter pour les mêmes années pour le méridien de Paris, «par le Sieur de Beaulieu».

Les titres portent ensuite «depuis 1702 jusqu'en 1715» puis «pour les années 1715 jusqu'en 1725» etc., la dernière année étant exclue des tables.

Le t. IX, datant de 1792 va de 1793 à 1800. Les auteurs changent (voir 5). Publié pour une année puis pour dix ans, jusqu'au t. VIII qui ne couvre que huit ans, il est conçu en même temps que le périodique annuel Etat du ciel.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Privilège du 13 janvier 1703, signé de Le Comte puis dès le 21 janvier 1714, signé Fouquet (pour le Sr Desplaces), 11 août 1718 de Saint-Hilaire, 14 décembre 1731 de Sainson attribués à Collombat (privilèges englobant l'Etat du cielApprobations des 14 novembre 1713, 25 avril 1727, 21 août 1732 signées de Cassini. Ensuite l'Académie des sciences intervient et donne des certificats signés des secrétaires perpétuels Dortous de Mairan, Grandjean de Fouchy, Condorcet, sauf le dernier volume. Le privilège, le même, est renouvelé à Collombat le 15 mars 1743. Cassini signe les approbations le 28 janvier 1743, le 2 septembre 1753, le 17 mars 1761.

Description de la collection

Onze volumes. Tomes premier à neuvième à partir de 1716.

Vol. séparé: 1-28 (pour 1702) puis 354 p. (1703 à 1715, en fait 1714). T. I (1715-1725): 280 p.; t. II: 342p.; t. III: 280 + Ivj p.; t. IV: 259 + Ixxij p.; t. V: Ixij + 260 p.; t. VI: Ixxvij + 259 p.; t. VIII (1785-1792): cxvj + 208 p.

Cahiers de 8 p. in-4º. Dimension moyenne: 190 x 255 sauf les exemplaires du Roi (215 x 290). Exemplaires de la Réserve: 210 x 290 et 197 x 265 pour le t. V.

Frontispice avec pendule, globe, sphère armillaire, ensuite le soleil, un quart de cercle, etc. Figures pour expliquer les éclipses. 5 planches dans le t. VIII.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

«A Paris, chez Guillaume Valleyre, rue Saint Jacques au dessous de Saint Yves à la ville de Riom» (achevé d'imprimer pour la première fois le 16 janvier 1703) puis «A Paris, chez Jacques Collombat, Imprimeur et Libraire ordinaire du Roy,

Maisons, Batimens, Arts et Manufactures de Sa Majesté, rue S. Jacques au Pélican».

Le t. VI est «du fonds Collombat» et imprimé par Jean-Thomas Hérissant. Le t. VIII a pour adresse la veuve Hérissant (qui a les mêmes titres), rue Saint-Jacques.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

J. de BEAULIEU, puis à partir de 1716 (t. I à III), le sieur DESPLACES, puis l'abbé de LA CAILLE, puis LALANDE pour les deux derniers tomes (datés de 1783 et de 1792). Voir D.P. 2.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Le contenu annoncé dans le titre est respecté. Le volume séparé de 1702, commence par une épître à J.P. Bignon du 1er novembre 1702. Dans les autres volumes, outre les tables, une longue introduction en explique le maniement. On propose aussi au début des «règles pour conjecturer des temps propres à faire des remèdes, propres à l'agriculture, à la navigation». Desplaces s'inspire de Beaulieu, mais l'abbé de La Caille devient un peu plus technique et Lalande fait dans son introduction un véritable cours d'astronomie, allant jusqu'à dénoncer les «erreurs de M. Bradley», à corriger la table de Jeaurat dans la Connaissance des temps, à préciser les nouveautés en astronomie, et donner une bibliographie.

On donne en 1727 une table des matières.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., V 8505-8512, V 8519. V 8414 (1702); V 1259-1262 (exemplaires de la maison du Dauphin: les trois tomes de Desplaces et le t. V, de La Caille). Les t. I et II sont les exemplaires personnels de Louis XV, reliure aux armes, avec les deux «L» entrelacés à chaque coin. Le t. VII (de 1775 à 1785) n'a été trouvé dans aucune des bibliothèques parisiennes consultées.

Bibliographie

Réédition en 1727 du volume de 1702.

Historique

Beaulieu dit avoir donné ces tables les deux années précédentes dans l'Avertissement de 1702. Il dit avoir utilisé les tables de La Hire Tables astronomiques dressées et mises en lumière par les ordres et par la magnificence de Louis le Grand) publiées mi en français, mi en latin en 1702 et rééditées, même en 1735. Cette commande royale semble avoir été de tradition: on trouve des Ephémérides pour les années 1684 et 1685 ... par le Sr Le Febvre. L'auteur avait été sollicité par l'Académie des sciences et s'était servi des travaux de La Hire, Picard et a «suivi les ordres de M. Cassini». Il ne semble pas qu'on ait publié ce genre de tables entre 1685 et 1700. D'après la rédaction du privilège sous Louis XV, la tradition s'est établie de faire calculer ces tables et d'en donner, d'une part l'édition in-4° tous les dix ans, décrite plus haut et d'autre part une édition annuelle et beaucoup plus maniable – mais aussi moins savante – sous le nom Etat du ciel (voir à ce titre). Ces Ephémérides deviennent une publication de l'Académie des sciences à partir du moment où l'abbé de La Caille prend la publication en mains (t. IV: certificat de Dortous de Mairan du 2 mars 1743).

Titre indexé

ÉPHÉMÉRIDES DES MOUVEMENTS CÉLESTES *

Date indexée

1702
1703
1704
1705
1706
1707
1708
1709
1710
1711
1712
1713
1714
1715
1716
1717
1718
1719
1720
1721
1722
1723
1724
1725
1726
1727
1728
1729
1730
1731
1732
1733
1734
1735
1736
1737
1738
1739
1740
1741
1742
1743
1744
1745
1746
1747
1748
1749
1750
1751
1752
1753
1754
1755
1756
1757
1758
1759
1760
1761
1762
1763
1764
1765
1766
1767
1768
1769
1770
1771
1772
1773
1774
1775
1776
1777
1778
1779
1780
1781
1782
1783
1784
1785
1786
1787
1788
1789
1790
1791
1792

ÉPHÉMÉRIDES COSMOGRAPHIQUES *

0371
1750
1754

Titre(s)

Ephémérides cosmographiques, où le cours apparent des Planètes est désigné par des Tables et représenté par des Planches d'après les Observations et calculs Astronomiques. Pour l'année 1750.

Les titres suivants sont légèrement différents, ce qui correspond à un changement de contenu :

Ephémérides cosmographiques, où le cours apparent des Planètes est désigné par des Tables et représenté par des Planches d'après les Observations et calculs Astronomiques. Pour l'année 1751 et où des éclaircissements neufs sur divers articles de Cosmographie, d'Astronomie, d'Histoire Naturelle et de Physique forment une suite à ceux qui ont été publiés dans les Ephémérides de 1750.

Ephémérides cosmographiques, où le cours apparent et réel du Soleil et des Planètes est représenté par des Planches, d'après les calculs et règles Astronomiques. Pour l'année 1752. Avec d'importantes Observations sur la Cosmographie, l'Astronomie physique et l'Histoire naturelle qui forment une suite à celle des Ephémérides en Tables et en figures de 1750 et 1751.

Ephémérides cosmographiques, où le cours vrai du Soleil et des Planètes est représenté, et expliqué en détail dans l'apparence de tous ses arcs consécutifs par sa réalité, d'après les Tables, les règles, les calculs et équations Astronomiques. Pour l'année 1753. Avec d'importantes Observations sur la Cosmographie, l'Astronomie, l'Histoire naturelle, la physique systématique et expérimentale qui forment une suite aux articles des trois années précédentes.

Ephémérides cosmographiques, où le cours vrai du Soleil et des Planètes est représenté et expliqué en détail dans l'apparence de tous ses arcs consécutifs d'après les calculs et règles Astronomiques. Pour l'année 1754. Avec d'importantes Observations sur la Cosmographie, l'Astronomie, l'Histoire naturelle, la Théorie des Cieux et de la Terre qui forment une suite aux articles des quatre volumes précédents.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Avec approbation signée Montcarville, 19 décembre «Le privilège du Roy sera donné dans le volume de 1751». (Privilège à Laurent Durand daté du 19 décembre 1749 et une approbation du 24 août 1750). Deux approbations, en 1752 : celle du censeur en théologie, Millet (9 août 1751) et du censeur en mathématiques, Montcarville (16 août) ; de même en 1753 où l'on annonce le privilège pour 1754 : il n'y est pas. Les deux approbations datent du 21 et 26 juillet 1753.

La «Lettre» à la fin du volume de 1754 a été présentée au lieutenant de police (de Lorme, 15 oct. 1753) ; le permis d'imprimer est donné par Berryer le 24 octobre, elle est registrée par Didot le 7 novembre.

Description de la collection

Cinq volumes annuels. Cahiers de 24 p., 80 x 140, in-12. Année 1750 : 26 p. non pag. + 172 p. Devise : Nosti ordinem Coeli et pones rationem ejus in Terrâ. Job. Cap. 38, v. 33. 5 planches, 3 de 170 x 175, 2 de 135 x 137 (cartes). Année 1751 : Avis, 4 p. + 26 p. de tables (celles de 1750) + 200 p., pas de planches. Devise : Verbo Domini Coeli firmati sunt et Spiritu Oris ejus omnis virtus eorum. Psal. 32, v. 6. Année 1752 : 6 p. non pag. + 242 p. Devise : Coeli erant prius et terra de aquâ et per aquam consistens Dei verbo. Epist. 2, Pétri c. 3, v. 5. Cinq planches, 3 de 200 x 210, 2 de 140 x 195. Année 1753 : 311p. Devise : Omnia quaecunque voluit fecit Dominus in Caelo, in Terra, in mari, et in omnibus abissis, Ps. 134, v. 6. Pas de planches dans l'exemplaire étudié. Année 1754 : 6 p. non pag. + 344 p. + 10 p. (lettre). Devise : Dominus sapienta fundavit terram : stabilivit coelos prudentiâ. Prov. Cap. 3, v. 19-20. Cinq planches entre la fin et la Lettre. Plan de l'Univers en frontispice (avec le système du monde de Copernic, Tycho, Ptolémée) sur tous les volumes, sauf sur le 2e de la collection examinée.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

«A Paris, chez Durand, Libraire, rue S. Jacques au Griffon». «De l'imprimerie de J. Chardon» (vol. 2, p. 200).

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

A la fin des Ephémérides de 1754, est ajoutée une «Lettre de M.L.D.B. au R.P.B.J.», datée «A Berci, 17 septembre 1753», dans laquelle il réfute l'extrait des Mémoires de Trévoux de septembre 1753 (p. 2164-2186). L'auteur est cité dans cet extrait : c'est l'abbé André-François de BRANCAS-VILLENEUVE.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Premières cartes faites d'après les mémoires de l'Académie de 1709. «On n'a fait qu'adopter et continuer celles du Restaurateur de l'astronomie en France» [Cassini]. Le contenu est annoncé dans les titres.

En réalité on parle de tout dans ces Ephémérides. Brancas reprend les idées développées dans ses autres ouvrages, tous anonymes, sur le système du monde, sur les couleurs en particulier. Son désir est de compléter la Connaissance des temps en présentant des mélanges de philosophie et de théologie. L'histoire naturelle lui est un prétexte pour parler de tout : les pierres précieuses, les fontaines, l'arc-en-ciel naturellement. Le plus curieux est de trouver, entre 1750 et 1754, un auteur qui réfute Newton, mais aussi Descartes, et même Copernic ! Il n'est pas encore persuadé que la terre est un sphéroïde aplati aux pôles ... Mais, ainsi que l'écrit son censeur, «l'auteur, zélé pour la religion, cherche à montrer dans tous ses ouvrages l'accord des Saintes Ecritures avec la philosophie moderne». Le père Berthier, après avoir reconnu que c'est «l'ouvrage d'un homme de qualité très attaché à la religion et très digne par ses mœurs du nom de philosophe chrétien que si peu de gens méritent aujourd'hui», le réfute sans complaisance.

Tables des paragraphes (2 p.) au début + table des articles (2 p. à la fin en 1752, 2 p. au début en 1753, 1 p. à la fin en 1754).

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Ars., 8° S 13555 (année 1750) ; B.N., V. 21384-21388.

Bibliographie

Beaucoup d'extraits dans la presse (voir la liste donnée, t. III, p. [4], sous le titre «Extraits du système moderne du Monde et de physique», qui concernent aussi les autres ouvrages de Brancas). Trois extraits dans les Mémoires de Trévoux, un dans le Journal des savants (mai 1750), au moins.

Titre indexé

ÉPHÉMÉRIDES COSMOGRAPHIQUES *

Date indexée

1750
1751
1752
1753
1754

LE COURRIER DE LA COUR 3

0271
1652

Titre(s)

Le Courier de la Court, raportant toutes Nouvelles de ce qui c'est sicfaict et passé de plus mémorable et secret, depuis le huictiéme du présent mois.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Un numéro, 8 [avril] 1652.

Description de la collection

8 p. in-4°, 170 x 225 (le verso de la page de titre et la p. 8 ne sont pas imprimés).

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

«A Paris, Chez Jean Brunet, rue Saincte Anne».

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

C'est une mazarinade. On parle de l'«armée du Mareschal d'Hocquincourt toute taillée en pièces et mise en déroute». Mazarin aurait envoyé de la vaisselle d'argent au Maréchal, vaisselle et coffret ont été pris par le régiment de cavalerie de Mgr le Prince de Condé. On cite aussi la victoire du comte d'Harcourt à Agen et on taxe Turenne «d'intelligence secrète» car on dit «qu'il n'a pas fait son devoir à la dernière bataille».

Ces renseignements permettent de placer ce numéro avant l'autre Courier de la Cour, daté de Gien, le dixième d'avril 1652 (puis du 20 du même mois).

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., 4° Lb 37 5251 (31). Ce recueil a une table des matières manuscrite: le Courier y est numéroté 300; B.M. Bordeaux, H 2826, t. II/77.

Bibliographie

Ne figure pas dans Moreau, ni dans les Suppléments de E. Socard et E. Labadie.

Titre indexé

COURRIER DE LA COUR 3

Date indexée

1652

BIBLIOTHÈQUE BRITANNIQUE

0149
1733
1747

Titre(s)

Bibliothèque britannique ou Histoire des Ouvrages des Savans de la Grande-Bretagne.

Veut servir de suite à la Bibliothèque angloise de M. de La Chapelle. Continué par le Journal britannique de Maty.

Souvent confondue avec la Bibliothèque britannique de la fin du siècle.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Avril-mai-juin 1733 – janvier-février-mars 1747. Le nombre total de volumes est de 25 (Table en 2 parties : t. XXV). Interruption entre XXIII, I, daté de avril-mai-juin 1744, et XXIII, II, juil.-août-sept. 1746. L'Avertissement est daté «Londres, le 28 may 1733».

La périodicité annoncée est trimestrielle : 4 livraisons par an et 2 vol. Paraît régulièrement au début. De Hondt se plaint de retards à partir de 1737.

Description de la collection

Chaque tome est en deux parties et contient une table des articles. Les volumes, sauf XVIII et XIX, jusqu'au t. XXII se terminent par une table des matières non paginée (environ 24 p.). Catalogues du libraire, parfois un errata.

I : 469 p. ; II : 470 p. ; III : 463 p. ; IV : 458 p. ; V : 425 p. ; VI : 450 p. ; VII : 458 p. ; VIII : 434 p. ; IX : 442 p. ; X : 422 p. ; XI : 413 p. ; XII : 417 p. ; XIII : 434 p. ; XIV : 441 p. ; XV : 419 p. ; XVI : 419 p. ; XVII : 445 p. ; XVIII : 470 p. ; XIX : 428 p. ; XX : 220 + 238 p. ; XXI : 431 p. ; XXII : 425 p. ; XXIII : 438 p. ; XXIV : 436 p. ; XXV, table : 346 + 343 p.

Cahiers de 16 p. in-8°, 93 x 155.

Devise : Ut prosint placeantVignette à chaque partie ; à partir du t. II, bois pour la 2e partie. Planches hors-texte (microscope, planches anatomiques, codex d'Alexandrie...).

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

La Haye, Pierre de Hondt.

Avis et mémoires à envoyer «francs de port à Mr Du Noier, Libraire dans le Strand, à la tete d'Erasme, à Londres».

Les cinq dernières parties ont été imprimées à 500 exemplaires, les 45 autres à 1500. Du 4 avril au 31 décembre 1747, la collection a été proposée pour 21 florins de Hollande. Les cinq dernières parties pour 7 florins (Avertissement de la table).

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Rien n'est indiqué dans le périodique. L'Avertissement précise que les journalistes «résident à Londres, sont au fait de la littérature anglaise». Il s'agit d'un groupe de réfugiés protestants qui se réunissait chez Desmaizeaux (qui écrit qu'il n'a pas pris part à la rédaction mais assistait aux réunions). Les collaborateurs réguliers, au début, ont été : Daniel Cornélius de BEAUFORT, Jean-Pierre BERNARD, Jean-Pierre STEHELIN, Abraham LE MOINE, puis Georges CANTIER, ministres, François-Philippe DU VAL, médecin, Pierre DAUDÉ. César de MISSY se joignit à l'équipe, qui s'effilocha sans qu'on sache au juste quand exactement chacun la quitta. On trouve le nom de Barbot dans une liste, auteur non identifié. Un des plus fidèles semble avoir été J.-P. Bernard. Après l'interruption, Chaix, Barbeyrac et Baulacre donnèrent des extraits, et c'est Prosper Marchand qui s'occupa des derniers volumes. Voir D.P. 2, à ces noms.

Remarque : la plupart des catalogues ainsi que Barbier donnent des listes de journalistes erronées.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Contenu annoncé : «ce qui paraîtra de nouveau dans tous les genres de littérature en Angleterre, en Ecosse et en Irlande».

Contenu réel : articles (extraits avec titre en anglais et en français) très divers et «Nouvelles littéraires» de Londres, d'Edimbourg, de Dublin, principalement. Ce sont les extraits qui occupent la majeure partie du périodique, mais on y trouve des pièces ou des traductions originales, comme les «Remarques sur le Gargantua et le Pantagruel de Rabelais», un «Eloge de Mr Daudé», la traduction de A discourse addressed to Magistrates etc. de G. Berkeley, plusieurs «Lettres» ou «Dissertations» concernant des commentaires de la Bible ou des textes latins. Les sujets principaux abordés sont en premier lieu la controverse religieuse, qui occupe une place prépondérante (critique du papisme, montée du méthodisme, discussions sur des points précis de l'Ecriture), l'histoire ancienne et moderne. Mais les extraits scientifiques, en particulier ceux qui s'intéressent à la médecine, sont très nombreux. Il faut noter le soin avec lequel les Philosophical Transactions sont annoncées puis analysées, ce qui a dû contribuer à leur diffusion et à la décision de les traduire, au moins partiellement, en français. On donne aussi des extraits des Medical Essays. Quelques mémoires scientifiques originaux, en particulier sur le microscope de Baker, sur des expériences d'électricité.

Principaux auteurs étudiés : Tacite, Bayle, Berkeley, B. de Mandeville, Alexander Gordon, C. Middleton, Warburton, Toland.

Le tome II (octobre 1733) contient deux extraits sur les Lettres philosophiques de Voltaire, par César de Missy, les premiers parus à l'époque (p. 16-34 et 104-136).

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Sorbonne, HJjé 14 (manque t. IX) ; Ars., 8°H 26281 ; B.N., Z 22230-22251 (t. I-XXII, janv.-mars 1744 ; notes ms. dans les 4 premiers vol.). Peu de collections complètes en France, assez nombreuses en Grande-Bretagne.

Bibliographie

B.H.C., p. 39.

Mentions dans : Gazette d'Utrecht, 1737 ; Le Pour et Contre, 1733, t. I, p. 160 ; Notice abrégée des principaux journaux littéraires tant français qu'étrangers, par ordre chronologique, dans la table du Journal des savants, t. X (1764), p. 712. – Daniels W.M., «Desmaizeaux en Angleterre», Revue germanique, 1908. – Beckwith F., «The Bibliothèque britannique, The Library, 1931. – Broome J.H., «Pierre Desmaizeaux, journaliste», Revue de littérature comparée, 1955. – Berkvens-Stevelinck Ch., Prosper Marchand. La vie et l'œuvre (1678-1756), Leiden, Brill, 1987 (surtout p. 117-118).

Historique

Ce périodique s'insère dans la lignée des journaux qui se sont proposé de faire connaître aux Français ce qui se faisait «de l'autre côté de l'eau». Rédigée par des réfugiés protestants de la première ou de la deuxième génération, réfugiés en Angleterre après parfois un passage en Hollande ou en Suisse, éditée en Hollande, la Bibliothèque britannique est un lien entre les protestants, ceux du Refuge et ceux qui sont restés en France et qui ont dû se convertir. L'équipe semble s'être formée fin 1732 et le journal a été pensé avec beaucoup de soin. Le plan : extraits, quelques pièces originales, nouvelles, est suivi avec régularité. Les ouvrages importants reçoivent une analyse suivie sur plusieurs numéros. Chaque membre de l'équipe a une ou plusieurs spécialités. Grâce à un dépouillement des correspondances inédites, en particulier du fonds Desmaizeaux conservé à la B.L., on peut suivre certains changements d'auteurs et les plaintes de l'éditeur hollandais, mais seulement de façon fragmentaire. Rien n'apparaît dans le journal, à part les renseignements fournis par les notes manuscrites des premiers volumes de la B.N. : composition de l'équipe du début (à la fin de l'Avertissement), initiales à la fin de certains extraits, qui en indiquent les auteurs. En 1741-1742, le journal commence à battre de l'aile, mais c'est la guerre de Succession d'Autriche, et peut-être aussi la maladie puis la mort de Desmaizeaux (1745) qui l'interrompent. Après la reprise, il ne paraît plus que quelques numéros et le journal se fait «tout entier» en Hollande. P. Marchand qui était venu au secours de Desmaizeaux et de J.P. Bernard, dès 1741, en fournissant des articles, s'occupe de la rédaction de la Table qui termine, en 1747, la vie du périodique.

Titre indexé

BIBLIOTHÈQUE BRITANNIQUE

Date indexée

1733
1734
1735
1736
1737
1738
1739
1740
1741
1742
1743
1744
1746
1747

ANNALES DE CHIMIE

0109
1789

Titre(s)

Annales de Chimie; ou Recueil de Mémoires concernant la Chimie et les Arts qui en dépendent.

Continuent au XIXe siècle et deviennent en 1816 Annales de chimie et de physique, qui se dédoublent en 1914 en Annales de chimie et en Annales de physique.

Trimestriel.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Seuls les t. I et II datent de 1789. «Sous le privilège de l'Académie» (page de titre). Signé par le marquis de Condorcet le 28 juin 1789, sur rapport de Vandermonde, Haüy et Darcet pour le t. I et le 4 septembre sur rapport de Haüy pour le t. II.

Description de la collection

Cahiers de 16 p. in-8°, 120 x 200. 316 pages pour chaque volume. 2 planches dans le t. II

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

A Paris, rue et hôtel Serpente, et se trouve à Londres, chez Joseph de Boffe, Libraire, Gerard-Street, n° 7 Soho. De l'Imprimerie Chardon, rue de la Harpe.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

«Par MM. de Morveau, Lavoisier, Monge, Berthollet, de Fourcroy, le baron de Dietrich, Hassenfratz et Adet» (page de titre).

Outre ces auteurs on trouve des extraits de Seguin, Chaptal, Cavendish, Laplace.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Mémoires, description d'expériences, sur quelques phénomènes de la vision (par Monge), sur la chaleur spécifique, le calorique, etc., extraits rédigés par Seguin du traité élémentaire de Lavoisier et sur les théories de MM. Black, Crawford, Lavoisier et Laplace.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., R 17239-17240.

Ce périodique a été créé par Guyton de Morveau, Lavoisier et leurs amis à la suite de leur désaccord théorique avec de La Métherie. Ils écrivaient auparavant dans les Observations sur la physique ... (voir à ce titre).

Additif

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s):

Les Annales de chimie n'ont été décrites par Anne-Marie Chouillet que pour 1789.

La collection complète pour le XVIIIe siècle comporte 26 tomes ou volumes : I-IV (1789), V-VIII (1790), IX-XII (1791), XIII-XVI (1792), XV-XVIII (1793), XIX-XXIV (1797), XXV-XXVI (1798). Seuls les tomes I-IV datent de 1789.

La collection complète compte 390 volumes et la publication continue encore aujourd'hui : Annales de chimie, 1789-1793, puis 1797-1816 ; devient Annales de physique et chimie, 1816-1913 ; se dédouble en Annales de chimie et Annales de physique en 1914. Voir la très bonne notice du catalogue de Jammes n°292 (Histoire des sciences).

Auteur additif

Titre indexé

ANNALES DE CHIMIE

Date indexée

1789