PETITES AFFICHES DE CASSEL

0019bis
1783
1785

Titre(s)

Petites Affiches de Cassel

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Début : 18 nov. 1783 ; arrêt : 2 (ou 11) nov. 1785. Périodicité : tri-hebd.,“se publie le Mardi, le Jeudi, et le Samedi”. Les jours de livr. changent en avril 1785 : “En se conformant aux jours de poste, […] les petites Affiches se distribueront le Lundi, Mercredi, et Vendredi” (t. II, n° LX).
Dans un Avis au Public (oct. 1784) est démentie toute hypothèse de cessation : “On a répandu, je ne sçais pourquoi, que cette feuille ne se continueroit pas l’année prochaine. Ce bruit est dépourvu de fondement” (t. I, n° XCVI).

Description de la collection

Feuilles in-8° (cm18x11,3) de 4 p. non numerotées, s.l. (Kassel) et s.n. d’imprimeur-éditeur (Lavillette). La numérotation des cahiers est en chiffres romaines (ci-après, en arabes) et recommence au début de la deuxième année. L’en-tête est le suivant : “N° I/ Petites Affiches de/ Cassel/ Mardi 18 Novembre 1783”. Dans la deuxième année on ajoute : “Second Abonnement”. La mise en page est soignée, le texte est encadré par des filets et les paragraphes sont interlignés. La taille de la police et l’espacement des lignes sont variables. Un changement de la mise en page est annoncé dans le numéro du 12 oct. 1784 (t. I, n° 142) : “À l’avenir [les P. A.] ne seront plus interlignées, afin qu’il puisse y entrer plus de choses. Et l’on supprimera aussi l’encadrement qui tient une place inutile”. Cette transformation, cependant, n’est pas mise en œuvre ; au contraire, dans les feuilles de la deuxième année on peut observer, en général, une disposition plus espacée des textes, ce qui suggère sinon un manque, du moins une certaine pénurie de matériel à publier.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

“Le prix de l’abonnement est de six Livres pour toute l’Année. On recevra gratis tous les Avis, lorsqu’on aura eu la précaution de les signer. À la porte du Bureau il y a une Boîte où l’on pourra les mettre à toute heure du jour”. L'imprimerie de l’éditeur, Lavillette, est à l'orphelinat de la ville (May, p. 101-102), “à la porte de Leipsick” (P. A., t. II, n° 9) ; sa librairie, en activité à partir du printemps 1784, est dans le centre, "sous les Arcades" (t. I, n° 35). Lavillette prend la relève d’une entreprise existante, la librairie française de Bernhard Fontenay, une “Leihbibliothek” (bibliothèque de prêt).
Le journal est rédigé en français, mais il y a aussi un suppl. en allemand (t. II, n° 31). La diffusion est locale, visant tout d’abord aux lecteurs de l’importante “colonie françoise” de Kassel et des environs. En ville, la distribution est assurèe par des “porteurs” (comme un “M. Gilles” : t. I, n° 50). Le retrait à la main auprès du bureau du journal est encouragé par la rédaction (t. II, n° 10), mais “avant onze heure du matin. Passé ce temps, le Bureau sera fermé” (t. I, n° 16). Les abonnés “hors de Cassel” retirent les livr. dans les bureaux de poste (t. I, n° 148). Un rappel est inséré dans le dernier numéro de la 1re année (t. I, n° 156) : “Plusieurs personnes ont oublié de payer leur abonnement des petites Affiches, […] nous les prions de vouloir bien l’envoyer au Bureau”. Dans un autre avis (t. II, n° 10) on informe : “La Villette, désidérant remédier aux abus qui se glissent journellement dans la distribution des petites Affiches, prie Messieurs les Souscripteurs de les envoyer chercher à partir de Jeudi neuf du courant. L’abus a été porté jusqu’à porter des fausses quittances. Une grande quantité des abonnées les font prendre. Si tout le monde veut suivre cette méthode, il y aura une personne au Bureau à 8 heures du matin”.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Collaborateur et propriétaire présumé : Jean-Pierre-Louis de la Roche du Maine, marquis de Luchet. Rédacteur, imprimeur et administrateur : Joseph-Étienne Legrand-Lavillette (17..-1827 ; voir Marinai), qui ne rend que rarement explicite son rôle (Réponse à M***, t. II, n° 42).

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Contenu annoncé.

Aucun prospectus n’a été retrouvé. Dans un avis où l'on signale des changements dans la mise en page (voir Description) le rédacteur précise : “On aura soin d’y [dans les P. A.] insérer surtout toutes les découvertes relatives aux arts, au commerce, à l’agriculture” (t. I, n° 142).

Contenu réel.

Le titre associe immédiatement les P. A. aux nombreux périodiques existants du même nom, et en premier lieu aux Affiches de Paris, dont le journal de Kassel, selon l’opinion d’Adolf Knigge, ne serait qu'une “pitoyable imitation” (Journal aus Urfstädt, 1786, t. II, p. 223) ; le jugement du Deutsches Museum, en revanche, est plus favorable : “journal mignon, brillant et amusant” (1785, t. II, p. 184).

Dans leur ensemble, les P. A. donnent un aperçu significatif de la vie culturelle, politique et institutionnelle de Kassel pendant la période. Reportages et nouvelles alternent constamment avec les annonces, informant sur les mouvements, visites et rencontres de Frédéric II - un véritable journal de cour - et sur les événements en ville : festivals, danses, concerts, foires et marchés, expositions de peinture, inaugurations, anniversaires et initiatives spéciales. Un grand espace, composé de calendriers détaillés, présentations et comptes rendus, est réservé aux spectacles des comédiens français et des compagnies allemandes de passage (Olivier). La vie de la cour est suivie de près : nominations et avancements de carrière, baptêmes, mariages, décès. Dans le cahier du 2 sept. 1784 (t. I, n° 125), il est annoncé que "M. Le Conseiller privé, marquis de Luchet, a été nommé Vice-Président du Collège de Commerce" (à propos de Luchet, voir aussi t. II, n° 58 et n° 68). Le journal publie également tous les avis de convocation et des comptes rendus des séances publiques de la société historique-archéologique fondée en 1777 par Frédéric II, l’Académie des Antiquités de Cassel.

Un espace considérable est réservé à la promotion commerciale de la librairie et de l’activité de Lavillette, avec des mises à jour constantes des "nouveautés" en vente dans son magasin : principalement des livres, des journaux et des imprimés, mais aussi des jeux pour enfants et adultes (t. II, n° 25 et n° 97) ; parfois, on ajoute des Notes de suppl. - jusqu'à 4 p. (t. II, n° 41, n° 70 et n° 97). Un espace plus réduit est accordé au catalogue et aux initiatives de Johann Friedrich Hemmerde, "Libraire de la Cour" (voir à ce propos Apell, p. 141; Sirges, p. 77-78).
La partie la plus importante et la plus substantielle, dans ces annonces, est réservée aux nombreux périodiques français et de langue française que Lavillette traite et distribue, à savoir :
- les Cahiers de lecture, “dont Mr. Reichard, à Gotha est le rédacteur” (t. I, n° 16) ;
- l’Esprit des journaux (t. I, n° 36 et n° 62, mais les annonces concernant le périodique sont très nombreuses) ;
- l’Esprit des Gazettes (t. I, n° 43 et n° 61) ;
- la Gazette de Hambourg (t. I, n° 50) ;
- la Petite Bibliothèques des Théâtres (t. I, n° 52) ;
- le Journal de Suisse (t. I, n° 67) ;
- les Mémoires secrets (t. I, n° 70 ; t. II, n° 15) ;
- un nouveau Journal de Littérature et Choix de Musique (t. I, n° 57 (Prospectus dans l’Hannoverisches Magazin vom Jahre 1783, p. 589-590) ;
- une Gazette bi-hebdomadaire, “qui est le résumé de tous les Bulletins de Paris, de Vienne, et de La Haye” (t. I, p. 156) ;
- La Feuille du jour (t. II, n° 10 et n° 17) ;
- un “nouveau Journal historique des principaux événemens du temps présent. On distribue toutes les semaines un cahier, 72 pages” (t. II, n° 10) ;
- le Journal de Vienne, “dédié aux Amateurs de la Littérature” (t. II, n° 11) ;
- la Bibliothèque universelle des Dames (t. II, n° 23) ;
- le Journal d’Allemagne (t. II, n° 28).
Dans le numéro du 29 janv. 1785 (t. II, n° 30), est une Liste des Journaux civils, politiques et littéraires pour l’Année 1785, pour lesquels on peut s’abonner chez La Villette, avec leurs prix, rendus franc de port à Cassel. Les titres sont au nombre de vingt-six, et pour chacun d'eux sont indiqués la "Quantité des numéros" et le "Prix pour l'année entière" exprimé en "Fl.[orins]" :
- Mercure de France, [n°] 52/[Fl.] 18 ;
- Journal Encyclopédique, 24/18 ;
- Esprit des journaux, 12/18 ;
- Journal de Genève, 52/12 ;
- “Annales polit., civ. et littér. du 18e siècle, par M. Linguet”, 24/12 ;
- Gazette des Gazettes, ou Journal de Bouillon, 25/12 ;
- Gazette salutaire, 52/8 ;
- Journal de la Librairie, 52/6 ;
- Journal des Causes célèbres, 12/12 ;
- Bibliothèque des Romans, 16/12 ;
- vJournal des Gens du monde (voir aussi t. II, n° 41), 24/12 ;
- Année littéraire, 40/18 ;
- Journal des Savans "format in-4.", 12/18 ;
- "Idem, format in-12." : 24/18 ;
- Journal de Physique, 14/18 ;
- Journal général de France, 156/12 ;
- Calypso, ou le Babillard, 24/16 ;
- Journal littéraire de Nancy, 24/10 ;
- Journal de Paris, 365/20 ;
- Journal du Lycée de Londres, 24/18 ;
- Correspondance secrète, 52/20 ;
- Journal de Luxembourg, 24/8 ;
- Gazette de Santé, 52/8 ;
- Gazette des Tribunaux, 52/10 ;
- Journal de médecine, 12/10 ;
- Journal ecclésiastique, 12/12 ;
- Journal de Vienne, 52/12.
Encore :
- Prospectus du Courier politique et littéraire (t. II, n° 45), avec une réflexion sur “les Feuilles hebdomadaires qui, sans exiger trop d’attention du Lecteur, lui font parcourir avec rapidité toutes les gradations et les nuances de la Politique et des Sciences” ;
- une “espèce de gazette, intitulée Le Bulletin, […] 52 N°. composé de 8 pages […] 5 écus par an” (t. II, n° 129 ; le n° 4 est mis en vente le 28 sept. 1785 (t. II, n° 137).
Les journaux français et de langue française représentent, de toute évidence, l'une des ressources principales qui soutiennent l'“établissement littéraire” de Lavillette.

Autres contenus présents : actualités et nouvelles sur les initiatives allemandes, françaises ou européennes concernant les "Réformées et Luthériens" (voir par ex., t. I, n° 53) et sur les activités sociales et caritatives promues par les deux loges franc-maçonnes de Kassel (t. II, n° 30, n° 34, n° 40, n° 48 et n° 100). Nombreuses correspondances, notamment en provenance de Paris et de Londres, offrent des reportages sur les premiers vols en montgolfière. La chronique du lancement de deux ballons de la place Frédéric à Kassel est dans la feuille du 4 déc. 1784 (t. II, n° 9). Une importance considérable est accordée en général aux “singularités”, qui sont souvent l’objet des correspondances, comme par ex. l’Extrait d’une lettre de Paris concernant Cagliostro (t. II, n° 122 ; texte mn. à Kassel, KARLA, 2° Ms.hist.128.1). Une égale attention est réservée aux phénomènes naturels insolites et curieux ; aux découvertes archéologiques, véritables ou présumées – “canards”, pour la Revue archéologique (janv-juin 1906, t. VII, p. 350) ; aux expériences de chimie et de physique ; à la construction d'appareils insolites (voir, par ex., les sabots élastiques pour marcher sur l'eau : t. I, n° 19) ; à la médecine et à la santé ; aux expériences sur l'électricité, le magnétisme et le mesmérisme ; enfin, aux remèdes en agriculture : conservation du blé et de la farine, interventions contre les parasites ou pour résoudre certaines pathologies arboricoles ; pépinières spécialisées.

Présence sporadique de textes poétiques : Boufflers et Voltaire (t. I, n° 39) ; Vigée (t. II, n° 106) ; Fontenelle (non mentionné : t. I, n° 125) ; présence plus fréquente de vers occasionnels : impromptus, épigrammes, chansons, couplets. À la fin de chaque numéro : charades, calembours, énigmes, logogriphes, jeux mathématiques et divertissements littéraires et linguistiques (voir, par ex., la Lettre sans O (t. II, n° 86 et n° 87) et la Lettre sans U (t. II, n° 90 et n° 91).

L'espace restant est réservé aux affiches des particuliers, plus nombreuses dans la première année, en diminution progressive dans la deuxième :
- achats et ventes ;
- promotion des marchandises et des produits des commerçants et fabricants de Kassel, et des manufactures artisanales ;
- offres et demandes d’emploi (le bilinguisme franco-allemand est une condition souvent exigée) ;
- organisation de voyages, transferts et expéditions ;
- réservations de billets pour des événements spéciaux (t. II, n° 7) ;
- abonnements collectifs aux périodiques pour diviser les coûts (t. I, n° 58, n° 63 et n° 64).
Dans un avis - non répété - le bureau de la rédaction offre aux “amateurs” intéressés un service de mise à jour “sur les affaires présentes”, en apparence comparable à celui d’une agence de presse : “La Villette a l’honneur de donner avis aux amateurs que s’ils veulent avoir les nouveautés sur les affaires présentes, qui coutent toujours fort cher, ils doivent se faire inscrire, et alors ils payeront moitié moins. Il donne sur cet objet des éclaircissemens qui ne peuvent entrer dans cette feuille” (t. II, n° 20) ; le réseau de contacts et de correspondances constitué par le binôme Luchet-Lavillette est évidemment bien structuré et efficace, et les “nouveautés sur les affaires présentes” affluent constamment à Kassel.

Rubriques : Beaux Arts ; Arts et Sciences ; Effets perdus et trouvés ; Effets à vendre ; Demandes ; Spectacle ; Livres nouveaux ; Avis divers ; Cour et Concert ; Musique. Mais ces rubriques, utilisées dans les premiers numéros, sont vite abandonnées. La seule section maintenue en permanence est celle du Spectacle.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Exemplaire étudié (le seul retrouvé) : Kassel, Murhardsche Bibliothek Unikassel, 34 8° H. top. 17. À présent, visible dans ORKA :
https://orka.bibliothek.uni-kassel.de/viewer/toc/1578644247765/1/
La collection est composée de n° 307 cahiers : n° 155 de la 1re année (n° CLVI, selon la numérotation éditoriale, mais le n° CLII manque) : 18 nov. 1783-13 nov. 1784; n° 152 de la 2e année : 16 nov. 1784-2 nov. 1785. En effet, le “Second Abonnement” se serait terminé le vendredi 11 nov. 1785; donc il aurait fallu publier encore quatre numéros pour compléter l’année (voir Historique - Cessation).

Bibliographie

- Catalogue des livres de La Villette, Imprimeur-Libraire à Cassel, (Kassel), (Lavillette), “Du 1er Aoust 1784”; Tübingen, Eberard Karls Universität Bibliothek, Ke XXIV 761.
- Friedrich Wilhelm Strieder, Grundlage zu einer Hessischen Gelehrten und Schrifteller Geschichte, Göttingen, Basrmeier, 1788, t. VII, p. 117-157.
- David August von Apell, Cassel und die umliegende Gegend, Cassel, Hampe, 1792.
- Jean-Jacques Olivier, Les Comédiens français dans les Cours d’Allemagne au XVIIIe siècle – La Cour du Landgrave Frédéric II de Hesse-Cassel, Paris, Société Française d’Imprimerie et de Librairie, 1905.
- Otto Berge, Die Innenpolitik des Landgrafen Friedrick II von Hessen-Kassel. Ein Beitrag zur Geschichte des aufgeklärten Absolutismus in Deutschland, Mainz, 1952.
- Ex Bibliotheca Cassellana, 400 Jahre Landesbibliothek, 20.11.1580-20.11.1980, par H.-J. Kahlfuss et H. Broszinski, Kassel, Gesamthochschul-Bibliothek Kassel, 1980.
- H. A. Stavan, «Landgraf Frederick II of Hesse-Kassel and Voltaire», SVEC, 241 (1986), pp. 161-183.
- Étienne François, Les échanges culturels entre la France et les pays germaniques au XVIIIe siècle, dans Les échanges culturels à l’époque moderne – Actes du colloque, Paris, Presses Universitaires Paris-Sorbonne, 1986, pp. 73-84.
- J. Meidenbauer, Aufklärung und Öffentlichkeit: Studien zu den Anfängen der Vereins - und Meinungsbildung in Hessen-Kassel 1770 bis 1806, Darmstadt, Selbstverl. der Hessischen Historischen Kommission, 1991.
- Thomas Sirges, Die Bedeutung der Leihbibliothek fur die Lesekultur in Hessen Kassel 1753-1786, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 1994.
- Eberhard Mey, Georg Forster und der Buchmarkt in der Residenzstadt Kassel in der Regierungszeit Landgraf Friedrichs II, dans Georg-Forster-Studien, Berlin, Verlag A. Spitz, IV (2000), pp. 95-151.
- Charles W. Ingrao, The Hessian Mercenary State: Ideas, Institutions, and Reform Under Frederick II, 1760-1785, Cambridge, Cambridge University Press, 2002 (1987).
- Wolfgang Adam, Winfried Siebers, Claudius Sittig, Siegrid Westphal, Handbuch kultureller Zentren der Frühen Neuzeit : Städte und Residenzen im alten deutschen Sprachraum, Berlin/Boston, De Gruyter, 2012.
- Fabio Marinai, Fra Ancien Régime e Révolution: disgrazie e fortune di un imprimeur-libraire, Joseph-Étienne Legrand-Lavillette (17../1827), Rivista di letterature moderne e comparate, vol. LXXIII (1/2020), p. 21-41.

Historique

Début:

L'initiative des P. A. s'inscrit dans le cadre ample et varié de la francophilie qui marque la vie culturelle du Landgraviat dans ces années (François, p. 74; Ingrao). Si une "colonie françoise de réfugiés" huguenote est installée dans la ville depuis 1685 maintenant, sous l'impulsion décisive de Frédéric II, partisan convaincu de la primauté des idées des Lumières et de la "leçon" française, la cour de Hesse-Kassel est devenue un lieu largement francisé, avec un théâtre permanent (“Komödienhaus”) de comédiens - pour la plupart provenant de Paris - dirigé, depuis 1777, par un homme de lettres et journaliste - également français - en quête de sécurité économique, le marquis de Luchet, appelé à Kassel par l'intercession de Voltaire. Luchet a obtenu la confiance de Frédéric II en devenant son "conseiller intime" ; il a été chargé également de réorganiser la bibliothèque de la cour et le musée Fridericianum, inauguré et ouvert au public en 1779. En 1780, toujours sous l'impulsion du Landgrave et de Luchet lui-même, les presses de P. O. Hampe, imprimeur de la cour, ont produit un volume des Mémoires de la Société des Antiquités de Cassel, contenant vingt-trois "Discours" écrits en français ou en allemand. La Société historique-archéologique se réunit périodiquement, présidée (et financée) par le Landgrave. Luchet et Lavillette - chacun avec son rôle : directeur, rédacteur et promoteur le premier, simple co-éditeur le second – ont collaboré en 1782 à la création du Journal des gens du monde, suite directe du Pot-Pourri rédigé par le marquis les deux années précédentes (1781-1782). Le périodique, comme déjà le Pot-Pourri, est publié à Francfort par Johann Philippe Streng (1749-1832), en accord avec un "M. Wamberk" chargé des abonnements. Mais à partir du deuxième numéro - le journal continuera jusqu'en 1785 - "M. La Villette, à Cassel" est ajouté à Wamberk. Suite au témoignage ponctuel d'un contemporain, Friedrich Wilhelm Strieder (1739-1815), employé depuis 1765 comme chancelier dans la bibliothèque de Frédéric II et destiné, en 1786, à remplacer Luchet dans sa direction, entre le marquis journaliste et l'entreprenant imprimeur-libraire se serait créé, depuis 1782, une association concernant la propriété (Luchet) et la gestion (Lavillette) d'un "Établissement littéraire" d'imprimerie-librairie, à propos duquel Strieder (t.VII,p. 155s.) rapporte également un épisode curieux : une nuit, une main anonyme aurai affiché en pleine vue un avis dans l'imprimerie de Lavillette : “Monsieur le Marquis de Luchet, Imprimeur, Libraire, Conseiller intime de S.A.S. Msgr. le Landgrave, vend toutes sortes de livres”. L’"établissement littéraire" de Luchet-Lavillette poursuit le projet ambitieux de devenir au plus vite l'un des principaux centres de traduction, distribution et impression de livres de la France vers l'Allemagne et vice-versa. Ce plan de travail est énoncé en détail par Lavillette lui-même dans une communication adressée à "Ses Confrères en Allemagne", texte liminaire d'un catalogue important que le libraire publie à Kassel à l'été 1784. Les P. A. débutent dans ce contexte ; attestée par Strieder, l'association entre Luchet et Lavillette est confirmée par d'autres sources et répertoires successifs (Berge, p. 293 ; Ex Bibliotheca Cassellana, p. 75;. H. A. Stavan, p. 168; J. Meidenbauer, p. 191-194; W. Adam et al., p. 1079).

Cessation:

Strieder (t. VII, p. 155) fixe à la date du 11 nov. 1785 la cessation des P. A. Il est donc possible qu'il manque à la collection étudiée quatre numéros conclusifs ; il est utile, en tout cas, de rappeler le contexte : le dernier cahier conservé, le n° CLII du 2 nov. 1785, est sorti seulement quarante-huit heures après la mort de Frédéric II (31 oct.), décès qui provoque des bouleversements plus ou moins immédiats. Dans les semaines suivantes, à la cour de Hesse-Kassel commencent à se produire des changements significatifs. Guillaume IX (1743-1821), fils de Frédéric, ne possède pas du tout l'enthousiasme francophile de son père, et veut réajuster au plus vite les finances publiques mises à l'épreuve par l'éclat onéreux voulu par son prédécesseur ; enfin, il est également sensible aux sollicitations de ceux qui, comme Strieder, ont toujours contesté les compétences de Luchet en tant que bibliothécaire, conservateur de musée et surintendant des spectacles. Le marquis, finalement, est licencié, et quitte Kassel au printemps 1786. Le théâtre français est fermé : les acteurs de la compagnie encore sous contrat reçoivent six mois d'indemnités de départ. L’année 1786 marque également la fin de l'activité et du séjour de Lavillette à Kassel.

Titre indexé

AFFICHES DE CASSEL

GAZETIN DE BRUXELLES

0486bis
1767

Titre(s)

GAZETIN DE BRUXELLES (1767)

Continuation/reprise des Mémoires du temps (1760-1762) de Maubert de Gouvest et de Chevrier. Parfois confondu ou assimilé avec le Journal de Bruxelles, ou le Penseur (1766-1767) de Jean-François de Bastide.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

[8] août 1767-[19] décembre 1767. Permission du 1er août 1767 par transfert du privilège des Mémoires du temps.

Description de la collection

2 numéros trouvés: le n° X (10 octobre 1767, p. 37-40) et le n° XI (17 octobre 1767; p. 41-44).Cahiers de 4 p., in-folio (290x350) sur 2 colonnes, pagination continue.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

« Ce Gazetin se distribuera tous les Samedis. Le prix est de trente livres en France, rendu chez les particuliers, à Paris, et franc de Port dans toute l’étendue du Royaume. Il faut d’adresser pour le recevoir, à Paris, au Bureau-Général rue neuve St Roch, vis-à-vis la rue des moineaux et aux Bureaux particuliers établis à Cambray chez Mr Bertoud Libraire ; à Dunkerque chez Mr de Boubers Libraire; à Calais chez Mr Cassieri, Directeur des Postes; à Douay chez Mr Dubois Libraire; à Abbeville chez Mr Dumontoir Directeur des Postes; à Amiens chez Mr François Libraire; à St. Omer chez Mr Huguet Libraire; à Lille chez Mr Jacquez Libraire; à Arras chez Mr Laureau Libraire; à Boulogne chez Mr Lennel Directeur  des Postes; à Valenciennes chez Mr Quesnel Libraire; à Bethune chez Mr Rameau, Directeur des Postes; et à Maubeuge chez Mr Vilmet Libraire. » (n° X, 10 octobre 1767, p. 37.

« Ce Gazetin a commencé à paroître il y a deux mois. […] Le succès flatteur dont il jouit engage à l’adresser directement aux personnes de distinction dans l’Europe.Le prix de l’abonnement sera de quinze livres de France pour l’Angleterre, la Hollande, l’Espagne et toutes les Villes de l’Allemagne qui sont en deça du Rhin. Pour celles qui sont au-delà, ainsi que pour l’Italie, il sera de dix-huit, parce qu’il y a affranchissement à payer en cette Ville. Les personnes qui recevront les paquets en payeront elles-mêmes le port en le recevant.On commence par envoyer le nombre huit ; […] on enverra de même le nombre suivant, et l’on s’arrêtera, pour attendre l’effet de cet essai. On ne pourra avoir que dans deux mois les premiers nombres […], parce que les exemplaires, tirés, en sont epuisés, et que l’Ouvrage est à récomposer tout entier. On fera savoir également dans deux mois dans les mains de qui on pourra souscrire en chaque Ville de l’Europe.

On s’adressera […] au Sieur Horgnier distributeur des Gazettes à Bruxelles. » (n° XI, 17 octobre 1767, p. 4).

La distribution gratuite promotionnelle est typique du modus operandi de Bastide. L’indisponibilité des premiers numéros, épuisés, suggère un tirage limité et explique la rareté du journal.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Collaborateurs : Jean-François de BastideClaude Yvon (collaborateur présumé, voir Faber F.J. et Piot Ch.)

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Le Gazetin de Bruxelles est divisé en trois rubriques : « Nouvelles », « Science, Beaux-Arts, Belles Lettres, Poésie, etc. », « Spectacles ». 

La rubrique « Nouvelles » est  en grande partie composée d'informations tirées des Mémoires secrets dont les textes, dans certains cas, sont modifiés et transformés en lettres ou en correspondances par Bastide mais, le plus souvent, simplement résumés ou intégralement reproduits. Suivant les déclarations du Conseil Privé cette particularité caractérise, en général, tout le GB: « il a été reconnu, que la pluspart des articles qui composent le Gazetin sont tirés d'un Bulletin qui se débite à Paris sous le manteau, et dont la Police attentive de cette Ville, n'a jamais permis l'impression » (Bruxelles, Archives Générales du Royaume, CPA, 1065 A, fasc. « Bastide », Extrait du Protocole du Conseil Privé de Sa Majesté, 19 décembre 1767).Cette présence importante des nouvelles à la main contribue à donner au journal un ton ironique et irrévérencieux. L'attention est centrée, presque exclusivement, sur l'actualité mondaine, littéraire et culturelle et sur la chronique politique, spécialement parisienne.Textes du GB tirés des Mémoires secrets :

N° X :

  • « Lettre de Mlle le Cl**[erc] à Mr Poin**[sinet], le 22 Août 1767 », p. 37/ MS, 28 septembre 1767
  • « Réponse De Mr Poin**[sinet] à Mlle le Cl**[erc] », p. 37-38 / MS, 28 septembre 1767
  • « L'inconstance de M. J. J. Rousseau... », p. 38 / MS, 23 septembre 1767
  • « Mr Franklin, ce physicien célèbre... », p. 38 / MS 19 septembre 1767.

N° XI :

  • « Il paroît une petite brochure [...] Cas de Conscience ... », p. 41 / MS, 25 septembre 1767
  • « Qui croiroit qu'après plus de deux ans... » / MS, 29 septembre 1767
  • « Le célèbre Massé... », p. 42 / MS, 5 octobre 1767
  • « L'excessive license qui règne... », p. 42 / MS, 6 octobre 1767
  • « L'Académie Royale d'Architecture... », p. 42 / MS, 8 octobre 1767
  • « La Comédie Françoise, ayant accepté un Plan de ... » / p. 42 / MS, 9 octobre 1767
  • Extrait d'une Lettre de Berlin du 25 Septembre 1767, p. 42 / MS, 12 octobre 1767
  • Vers présentés à Mr Beudet [...] par Mr Jacquet, jeune homme de 14 ans, p. 43 / MS, 12 septembre 1767
  • Épigramme de Mr Pi**[ron] contre le Bélisaire de Mr Marmontel et l'Hilaire, parodie de ce Roman, p. 42-43 / MS, 4 octobre 1767.

Le n° X (p. 37-38), comprend un échange épistolaire factice, de ton galant et de caractère allusif, entre Poinsinet de Sivry et Mademoiselle Le Clerc, chanteuse et actrice parisienne en vogue (Voir MS, 28 septembre et 7 octobre 1767, 29 avril 1768 n. 3). Le démenti irrité de Poinsinet – qui nie la paternité des lettres publiées et déclare avoir déposé plainte contre « le libelle connu sous le nom de Gazetin de Bruxelles » et contre l'inconnu « calomniateur qui s'amuse » – ne se fait pas attendre (Voir par exemple, Mercure de France, janvier 1768, vol. 1, p. 158-159).Dans certains cas, en ajoutant à la nouvelle un commentaire en italique, le GB glose d'une façon piquante l'information publiée; ainsi, après une brève note où l'on souligne malicieusement « l'inconstance » de Rousseau et la publication imminente de son Dictionnaire de la musique, Bastide conclut: « Ce sera vraisemblablement un Livre très raisonné, très recherché, très critiqué, très peu entendu, et très peu utile »(n° X, p. 38; voir MS 23 septembre 1767).Dans le n° XI (p. 43), on trouve une épigramme « de M. Pi**[ron] » contre le Bélisaire de Marmontel et l'Hilaire de Jean-Henri Marchand sa parodie (MS, 4 octobre 1767; voir aussi C. Collé, Journal et Mémoires, Paris, Firmin Didot, [novembre 1767] 1868, vol. 3, p. 168-169).

Dans la rubrique « Spectacles » (n° XI, p. 44), on trouve un compte rendu de l'Eugénie de Beaumarchais (1ère représentation à la Comédie Française: 29 janvier 1767). Dans le même numéro (Lettre écrite de Londres, p. 42-43), Bastide publie une « Aventure » galante – rédigée, très probablement, pour l'occasion – que le GB déclare provoquée par la lecture de la pièce de Beaumarchais; le texte sera réédité en 1782 sous le titre L'Esprit frappé. (Bibliothèque universelle des romans, septembre 1782, p. 163-170. Voir aussi M. Angus, Bibliothèque universelle des romans, Oxford, The Voltaire Foundation, 1985, p. 182.).Le GB, en outre, publie en feuilleton (n° X, p. 39-40), quelques extraits de l'Ingénu de Voltaire, qui vient de sortir, en concurrence avec le Courrier du Bas-Rhin, qui est en train de faire de même (n° 32, 17 octobre, p. 253-254). Le journal de Jean Manzon s'en prend au GB et à son rédacteur, les attaquant par une Lettre de la Gazette de Clèves au Gazetin de Bruxelles, son fils: « Voulez-Vous être Procureur, Rat de cave, Ignorantin, Crocheteur ? Chacun de ces états en particulier peut vous convenir; mais gardez-vous bien de choisir celui d'écrivain [...]; souvenez-vous, mon cher petit Gazetin, souvenez-vous de respecter les véritables Gens de Lettres; ils sont les Précepteurs, les Lumières du Genre-humain, et le Public ne manque jamais de les venger, par le mépris, des insultes des insectes de la Littérature » (p. 254).Toujours en feuilleton (n° X, p. 40; n° XI, p. 44), l'hebdomadaire de Bastide publie, un extrait des Faits concernans le Prince de Timor, une « Requête au Roi » tout à fait originale – adressée et publiée en juin – qui, à Paris, a intéressé (et divisé) l'opinion publique (voir Courrier du Bas-Rhin, n° 17, 26 août 1767). Le texte dont il s'agit est le suivant : Faits concernans le prince de Timor. Requête de Pascal-Jean-Balthasar Celse, prince de Timor, amené en France, en 1743, par le P. Ignacio, dominicain portugais, et indignement abandonné par ce religieux, [Paris], 1767 (voir, à ce propos, Durand, Frédéric, Balthazar: un prince de Timor en Chine, en Amérique et en Europe, au XVIIIe siècle, Paris, Les Indes savantes, 2015).

Quelques références dans d'autres sources :

  • L'Espion anglais (1785, t. VII, p. 115-116) extrait du numéro [VI] du 12 septembre 1767 du GB un paragraphe concernant la description d'un tableau de G.-F. Doyen, Le Miracle des Ardents, texte tiré des Ms du 6 septembre 1767.
  • Dans le numéro [XIV] du 7 novembre 1767 du GB : Lettre de Calais, du 24 Octobre 1767, rédigée par Bastide à partir d'une « nouvelle à la main » des Ms du 28 octobre 1767 (lettre factice reproduite dans les Œuvres complètes de Pierre Laurent de Belloy, Paris, Moutard, 1779, t. II, p. 335). Dans cette lettre, le GB se moque du dramaturge mettant en cause également les autorités municipales de Calais : « Notre Corps Municipal commence à sentir l'imprudence d'avoir prodigué des honneurs à Monsieur de Belloy: il rougit de voir dans sa salle d'assemblée un Poëte figurer parmi nos Rois, et tenir le rang des Héros et des Pères de la Patrie. Quelqu'un a proposé de revenir sur la première délibération, et de substituer à cette effigie, le portrait du fameux François, Duc de Guise, qui reprit cette ville en 1558 » (Belloy, p. 335). Le scandale suscité par cette correspondance postiche provoquera, le mois suivant, la suppression de l'hebdomadaire.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Lugano, Archivio storico della Città di Lugano, Giornali ticinesi, Scat. 1

Bibliographie

Faber F.J., Un Libelliste du XVIIIe siècle, Jean-François de Bastide en Belgique, 1766-1769, Bruxelles, Olivier, 1880.

Piot Ch., «Le séjour de J.F. de Bastide à Bruxelles», Bulletin de l'Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles, 1882, n° 7, p. 251-271.

Historique

Début de journal :

En janvier 1761, Maubert de Gouvest abandonna Bruxelles et la rédaction des Mémoires du temps, laissant une quantité de dettes qui, en 1767, se montaient encore à près de 6500 florins. Ses créanciers étaient devenus propriétaires du privilège des Mémoires du temps, accordé à Maubert en 1759 grâce à une concession de dix ans. Le 10 juillet 1767, de concert avec Jean-François de Bastide – à Bruxelles depuis l’été de 1766 – les «Créanciers de M. Maubert» demandent au Conseil Privé que la propriété du privilège – «dont le terme expirera dans dix huit mois» – soit transférée à  Bastide; celui-ci, en retour – comme établi par une «Convention» – accepte de rembourser, avec le produit de la vente du périodique  et par versements de 1000 florins par an (+ 6% d’intérêt), les dettes laissées par MaubertBastide s’adresse au Conseil Privé pour pouvoir reprendre la publication du journal, mais il demande aussi des garanties à propos de la concession d’un nouveau privilège, nécessaire pour assurer la poursuite de l’activité du périodique au-delà du terme d’expiration du premier octroi accordé à Maubert (mars 1769) . Le 1er août, tout en exprimant des doutes sur les compétences et sur les qualités professionnelles de Bastide comme «Compositeur de la Gazette», le Conseil Privé autorise la publication du périodique et le transfert de la propriété du privilège, mais seulement «pour le terme que le dit octroi doit encore durer»; on ne donne, en revanche, aucune garantie sur la concession d’un nouveau privilège (Bruxelles, Archives Générales du Royaume, CPA, 1065 A, fasc. «Maubert», Extrait du Protocole du Conseil Privé de S.M. du 27 juillet 1767: «il est en effet une Convention sur le point d’être conclue […]. il est cependant incertain si M. de Bastide se seroit engagé de payer mille florins chaque année avec les intérêts, s’il n’avoit pas pris en considération l’avantage à résulter du second octroi).

Fin du journal :

Après le succès obtenu en 1765 avec Le Siège de Calais, Pierre Laurent de Belloy est au faîte de sa renommée, son «drame patriotique» est représenté partout et, par délibération municipale (6 mars 1765), il est déclaré citoyen honoraire de Calais (Belloy, P. L., O.C., t. II, P. 326-329). Dans ce contextesurvient, perturbateur, le persiflage du GB. Belloy exige une intervention immédiate de la censure (Bruxelles, AGR, CPA, 1065 A, fasc. «Bastide», 5 décembre 1767.). Le maire et les échevins de Calais, envoient une lettre indignée aux autorités belges et à Bastide lui intimant de la publier et de censurer le «calomniateur qui a eu l’impudence d’afficher dans votre feuille un faux de cette nature» (Belloy, O.C., t. II, p. 336; voir aussi Mercure de France, janvier 1768, vol. 1, p. 157-158). Bastide satisfait la requête et présente ses excuses dans le GB (n° XVII [du 28 novembre 1767] ; Voir Courrier du Bas-Rhin, n° 51, 23 décembre 1767). Le 9 décembre, le journal est interdit en France (Paris, BnF, fr. 22154, n° 36, «Interdiction du Gazetin de Bruxelles», 9 décembre 1767; voir aussi Mémoires secrets, 28 décembre 1767). À Bruxelles, une première disposition concerne la nomination d’un censeur : «Comme il convient que le gazetin de cette ville de Bruxelles soit revu et corrigé, nous chargeons le Conseil de nous informer […] à qui il croit qu’on pourroit confier la censure de cette feuille» (Bruxelles, AGR, CPA, 1065 A, fasc. «Bastide», 30 novembre 1767.). Bastide est invité à présenter l’original de la lettre incriminée et à donner des explications (Ibid., 9 [?] décembre 1767). Le 19 décembre, le Conseil Privé se réunit et, au lieu de la nomination d’un censeur, demande la cessation immédiate du périodique :

«Cette proposition est fondée sur les Observations suivantes. […] Il est certain qu’attendu la prodigieuse quantité de feuilles-périodiques qui s’impriment actuellement en Europe, il n’est pas possible à l’auteur du Gazettin d’avoir des materiaux suffisans pour remplir la feuille, qui paroit tous les huit jours, à moins que d’être plagiaires, ou de débiter au Public, ainsi qu’il fait, des pensées, des Contes, des Romans et des semblables productions fort peu intéressantes, ainsi que des anecdotes souvent satiriques, qui concernent de Gens de Lettres, ou des personnes d’une Considération distinguée. […] Qu’en effet ces sortes d’Écrits doivent demeurer ensévelis dans les Bureaux des Curieux qui les lisent. […] Qu’il seroit de la plus dangereuse conséquence que d’en autoriser l’impression […]. Qu’il est à craindre que le Gouvernement ne s’attire par là des plaintes facheuses et des explications toujours désagréables de la part des personnes qui croiront avoir été maltraités dans les feuilles du Gazettin, ce qu’il importe d’éviter» (Ibid., Extrait du Protocole du Conseil Privé de Sa Majesté, 19 décembre 1767).

Le 24 décembre 1767, la suppression du journal est ratifiée (Ibid., [notification], 24 décembre 1767). La situation personnelle de Bastide, harcelé par ses créanciers, devient insoutenable ; le 29 janvier 1768, pour éviter la prison, il demande un sauf-conduit :

«de bastide ose representer a Votre Altesse que la suppression de son gazetin lui cause une perte de quinze cens florins qu’il est obligé de paier a differentes personnes, et que n’en pouvant faire le remboursement, il se voit a la veille de perdre sa liberté. Les poursuites déjà commencées lui annoncent son malheur. Il ose supplier votre Altesse Royale de lui accorder un sauf-conduit, afin qu’il puisse exercer ses foibles talens, et se mettre à portée de satisfaire à ses engagemens, par l’effort redoublé d’un travail sans interruption» (Ibidem, s.d. [29 janvier 1768]). 

Après un premier refus – mais surtout après avoir trouvé un «accommodement à l’amiable» avec ses créanciers (Ibid., Extrait du Protocole du Conseil Privé, 4 février 1768)‒, Bastide obtient entre avril et juin 1768 un sauf-conduit de six mois et une petite pension mensuelle. Ces concessions lui permettent de «prolonger son existence dans [le] Pays» , en se consacrant à des projets qui, cependant, sont tous rejetés par les autorités belges (Ibidem, Extrait du Protocole du Conseil Privé de Sa Majesté, 23 mars 1768; voir Piot Ch., p. 267-268). Enfin, les événements se précipitent : dépourvu de protections et de ressources, Bastide quitte Bruxelles et la Belgique, entre octobre et décembre 1769.

BIBLIOTHÈQUE DES ANCIENS ROMANS

0156bis
1765

Titre(s)

BIBLIOTHÈQUE DES ANCIENS ROMANS (1765)

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Le 17 octobre 1765, Charles Joseph Panckoucke fait enregistrer, auprès de la Chambre Syndicale de la Librairie et Imprimerie de Paris, une « Bibliothèque des anciens romans » ; cette  demande de permission se réfère, de toute évidence, à un nouveau périodique, ou bien à une anthologie en plusieurs volumes (Paris, BnF, ms. fr. 22000, n° 749: « Du 17. 8.bre 1765 », « presenté par « Panckoucke lib. » et « distribué à » [Antoine] « Bret. [censeur] » ; dans le registre, l’espace du « jugement » n’est pas rempli). L’initiative de l’éditeur de Lille anticipe, de seulement quelques semaines, un autre enregistrement, à bien des égards similaire : le dépôt, effectué par le marquis Louis Henry d’Aubigné le 21 novembre 1765, du prospectus d’un Journal des romans (DJ 709), spécialisé dans les résumés et extraits de fictions narratives. 

Description de la collection

Non retrouvé.

Bibliographie

Suzanne Tucoo-Chala, Charles Joseph Panckoucke & la librairie française 1736-1798, Pau, Marrimpouey jeune, 1977, p. 119, n. 26.

Fabio Marinai, « La Bibliothèque universelle des romans (1775-1789). Genesi e sviluppo di un’idea », Rivista di Letterature moderne e comparate, LXVIII (1/2015), pp. 12-13.