EXTRAIT DE LA CORRESPONDANCE *

0434
1785
1789

Titre(s)

Extrait de la Correspondance de la Maréchaussée de l'Ile de France.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

1785-1789. 5 vol. Périodicité réelle: hebdomadaire. Environ 50 livraisons par an. 1 vol. par an.

Description de la collection

Le volume est composé de numéros non datés, non paginés.

Cahiers de 4 à 6 p., 217 x 323, in-folio.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Paris, Imprimerie royale.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Publication anonyme.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Principales rubriques: vols commis, captures, levée d'un cadavre.

Principaux centres d'intérêt: faits divers, arrestations de délinquants de la région parisienne.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Collection étudiée: B.N., F 2613-2617 (vol. 1786 et 1788 manquent; vol. 1789 est incomplet des n° 30, 33, 40, 49).

Historique

Ce périodique peut être considéré comme un bulletin de liaison entre les différentes unités de gendarmerie de la région parisienne. On y trouvait consignés la nature des vols commis, le nom des délinquants arrêtés, l'endroit où l'on avait découvert un cadavre.

Cette publication avait un but essentiellement pratique que souligne le format (in-folio), qui permettait en outre l'affichage.

L'Extrait de la correspondance de la maréchaussée de l'Ile de France procure un tableau de la petite délinquance parisienne avant la Révolution.

Titre indexé

EXTRAIT DE LA CORRESPONDANCE *

Date indexée

1785
1786
1787
1788
1789

EXAMEN CRITIQUE DES JOURNAUX

0428
1783

Titre(s)

Examen critique des journaux et autres écrits périodiques qui se publient en Europe et ailleurs.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Ce périodique ne nous est connu que par un prospectus daté de 1783. Périodicité annoncée: tous les 15 jours (Prospectus, p. 38).

Description de la collection

Prospectus de 40 p., in-12. Le format du périodique aurait été le même que celui du Prospectus (p. 38): «4 feuilles d'impression», in-12.

Devise: Patria! Tibi equidem verbo et opere auxiliatus sum (Solon in Diog. Laërc).

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

A Londres, chez G. Bigg, Denmark-Court Strand, n° 20. Libraires associés: Londres, chez Elmsly Bossière; Amsterdam; les héritiers de Van Harrvelt; New York, Jacques Rivington.

Imprimeur: G. Bigg.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

L'auteur (un Français?) habite à Londres, Charlotte Street, Portland Place, n° 35.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Contenu annoncé: «Pour procéder avec ordre, nous mettrons à la tête du journal un précis raisonné du droit naturel. Au moyen de ces notions préliminaires, un lecteur exercé saura déjà à quoi s'en tenir sur la plupart des objets qui intéressent la société». (Prospectus, p. 6).

Principaux centres d'intérêt: politique, droit, théorie de la société.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Seul exemplaire connu du Prospectus: Ars., 8° H 26692.

Historique

L'intention de l'auteur anonyme «est de développer à l'homme [sic] une morale si conforme à ses vrais intérêts qu'il ne voit plus rien d'utile que ce qui est juste, ni plus rien de nuisible que ce qui est criminel de sa propre nature. Nous nous appliquerons donc à lui rappeler quelle est l'étendue de ses droits et quelle est la règle de ses devoirs. Nous lui ferons voir que ses droits consistent dans la sûreté de sa personne, dans la liberté de ses actions, dans la propriété de ses biens. Nous lui montrerons que ses devoirs consistent à respecter ce triple droit dans les autres. Enfin nous lui prouverons que les gouvernements ne peuvent avoir été institués que pour lui garantir ces trois branches du droit naturel» (p. 5).

Très politique, et bien que d'inspiration anglaise, l’Examen critique des journaux sera publié en français pour les raisons suivantes: «Nous emploierons la langue française parce qu'elle est la plus répandue, parce qu'elle paraît consacrée à la politique et pour d'autres raisons que nos lecteurs devineront aisément [?]» (p. 14).

Le périodique est très critique à l'égard de la France, la patrie de l'absolutisme: «Notre journal sera donc dirigé contre le despotisme. On sait que ce grand abus, que ce maître crime, est la source de tous les maux qui inondent le genre humain» (p. 19, voir aussi p. 8-9). Cet absolutisme français se manifeste avec éclat, selon l’Examen critique des journaux, en matière de liberté de la presse: «Tel est l'usage que fait le despotisme des journaux, des gazettes et autres écrits périodiques. Ces ouvrages sont les dépôts ordinaires de tous les mensonges dont on se sert pour séduire et abuser les hommes. Ils sont d'autant plus insidieux qu'ils paraissent avoir pour objet l'instruction publique. [...] Ces sortes d'écrits ne peuvent donc que multiplier les erreurs en morale et en politique» (p. 10-11).

Mais le champ de propagande de l'Examen critique des journaux ne se limitera pas au domaine politique: le rédacteur y adjoint son corollaire, le domaine religieux. Sa conception de la religion sera en effet différente de la religion romaine qui a cours en France: «Nous défendrons aussi, avec tout le zèle dont nous sommes capables, une religion utile au bonheur des hommes, fondée sur la liberté de conscience, et par conséquent toute conforme au droit naturel. Nous ne condamnerons que l'intolérance, comme un abus contraire à la saine morale, injurieuse à la raison et incompatible avec la tranquillité des peuples» (p. 17). Ainsi, «on comprend bien qu'un journal, tel que celui que nous annonçons, ne peut avoir lieu que dans un pays libre», l'Angleterre évidemment, et non pas la France (p. 37).

Titre indexé

EXAMEN CRITIQUE DES JOURNAUX

Date indexée

1783

L'ESPION ÉTRANGER À PARIS

0388
1741
1743

Titre(s)

L'Espion étranger à Paris où l'on trouve tout ce que la politique, la littérature, les arts et les talents fournissent de plus nouveau et de plus intéressant à l'usage des gens du bon goût.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

6 février 1741 – 4 novembre 1743. 9 vol. Date d'approbation à la fin du 1er vol.: 14 mai 1741; à la fin du second vol.: 14 août 1741; à la fin de la 7e partie: 14 janvier 1742. Ces approbations sont signées Hardion.

Périodicité: hebdomadaire, paraît le lundi. 52 livraisons par an.

Datation des volumes: t. I, II: 1741; t. III, IV, V, VI, VII: 1742; t. VIII, IX: 1743.

Description de la collection

Chaque volume est composé de 2 parties. Au total 18 parties, ce qui forme 144 numéros.

Nombre de pages par volume: environ 192 p. + table. Cahier de 24 p., 92 x 152, in-8°.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Paris et Liège, chez Guillaume-Ignace Broncart, au Lion vert sous la Tour de Saint-Lambert (Liège).

Libraires associés: Paris, Prault; Amsterdam, Jacques Desbordes; Namur, Pierre-Lambert Hinne; Maestricht, veuve Bertus; Aix-la-Chapelle, Barchon. Imprimeur: G.I. Broncart.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Auteur anonyme: «L'auteur de ce petit ouvrage est un homme connu par beaucoup d'écrits, il fournit depuis longtemps avec succès des journaux et des nouvelles dans les pays étrangers» (Avis du libraire, t. I, 1ère partie, p. 3).

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Contenu annoncé: «Amuser et instruire les personnes de goût et d'esprit» (ibid.).

Principaux centres d'intérêt: politique de la France intérieure et extérieure (militaire); parlement; Fleury; nouvelles politiques d'Angleterre, d'Allemagne, de Hollande, d'Italie, d'Espagne, de Russie; littérature; texte de poésie; théâtre, beaux-arts, musique; gravures.

Principaux auteurs étudiés: t. I, 1ère partie: Crevier, p. 101; Desfontaines; abbé Guyon, p. 32, 97; Marivaux, p. 33, 34; Mouhy, p.12; Pluche, p. 33; Porée, p. 81; Prévost, p. 1; Saint-Foix, p. 12, 79; Tite-Live, p. 102; Voltaire, p. 25, 40, 49. T. I, 2e partie: Favart, p. 63; Favier, p. 64; Grécourt, p. 87; La Motte, p. 77; Lulli, p. 101; Quinault, p. 101; Richer, p. 25; Rigaud, p. 36. T. II, 3e partie: Avisse, p. 16; Destouches, p. 146; Mouhy, p. 189; Piron, p. 75; Riccoboni, p. 98; Romagnesi, p. 98; Saint-Foix, p. 10. T. II, 4e partie: Bruys, p. 54; Danchet, p. 28; Morand, p. 97. T. III, 6e partie: Desforges-Maillard, p. 145; La Chaussée, p. 155; La Sorinière, p. 126. T. IV, 7e partie: Fleury, p. 32; Godard d'Au-court, p. 1; La Chaussée, p. 74; Louis XV, p. 29. T. V, 10e partie: Desforges-Maillard, p. 73; J.B. Rousseau, p. 25; Voltaire, p. 142. T. VI, 11e partie: Tollet, p. 49. T. VI, 12e partie: Voltaire, p. 97. T. VIII, 16e partie: Baculard d'Arnaud, p. 25. T. IX, 18e partie: Destouches, p. 77; Fleury, p. 25, 41, 65, 89, 137, 161; Voltaire, p. 191.

Table à la fin de chaque volume.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Exemplaire étudié: Ars., 8° H 26605 (relié aux armes du marquis de Paulmy).

Historique

Comme la plupart des périodiques hollandais, L'Espion étranger était fort critique à l'égard de la France. Dans un Dialogue entre un Importun et l'Auteur, le premier est présenté comme un Français et le second défend et illustre la liberté et la tolérance hollandaises. En plein XVIIIe siècle, il est encore question des protestants chassés de France par Louis XIV en 1685:

«L'Importun: Ces Réfugiés, ces enragés, qui ne cessent de déclamer ou plutôt d'aboyer contre la France, à qui ils doivent le jour et dont plusieurs d'entr'eux tirent encore de quoi faire ici les grands seigneurs.»

«L'Auteur: Ils se sont sauvés dans ce pays-ci où on les a reçus à bras ouverts, où on leur a donné tous les moyens non seulement de vivre, mais de s'établir commodément. La Hollande est un pays où ils se sont transplantés pour toujours, elle est devenue leur patrie, puisqu'il s'y trouve bien. Pourquoi voulez-vous qu'ils s'échauffent pour une marâtre contre leur véritable mère nourricière» (t. VI, 12e partie, p. 180).

Et de louer la liberté civile en Hollande, au regard d'une supposée tyrannie qui régnerait en France, «heureuse liberté, bonheur mille fois plus précieux [...] que les honneurs, les biens, les richesses, la vie même» (p. 182).

Titre indexé

ESPION ÉTRANGER À PARIS

Date indexée

1741
1742
1743

L'EPILOGUEUR POLITIQUE

0383
1742
1745

Titre(s)

L'Epilogueur politique, galant et critique pour servir de suite au Magazin, composé par une société d'amis.

Continuation de: Le Magazin des événements de tous genres passés, présents et futurs, historiques, politiques et galants (1741-1742).

Continué par: Le Démosthène moderne.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

6 août 1742 – 28 juin 1745. 10 vol. Le 1er volume de L'Epilogueur est marqué t. V (du MagazinPériodicité: tous les lundis; livraisons extraordinaires le jeudi. 52 livraisons par an au minimum. 3 vol. par an.Datation des volumes. T. V (t. I): 6 août 1742; t. VI: 17 déc.1742; t. VII: 8 avril 1743; t. VIII: 29 juil. 1743; t. IX: 2 déc.1743; t. X: 30 déc. 1744; t. XI: 20 juil. 1744; t. XII: 9 nov.1744; t. XIII: 1er mars 1745; t. XIV: 10 juin 1745 (4 numéros seulement).

Description de la collection

Nombre de pages des volumes: t. V, 168 p.; t. VI, 172 p.; t. VII, 160 p.; t. VIII, 160 p.; t. IX, 164 p.; t. X, 164 p.; t. XI, 164 p.; t. XII, 160 p.; t. XIII, 164 p.; t. XIV, 32 p. Cahiers de 8 p., in-8°, 95 x 142.

Frontispice par S. Fokke et vignette par E. de Bakker, uniquement pour la seconde édition.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Amsterdam chez Ryckoff le fils, près la Bourse. Libraires associés: A. Van Dole à La Haye; Luzac à Leyde; E. Néaulme à Utrecht; Van Lee à Haarlem.

L'Epilogueur a sans doute recueilli un certain succès: on en fit une seconde édition, «L'accueil, Monsieur, que vous avez bien voulu faire à cette feuille hebdomadaire depuis son établissement [...] est assez prouvé par la nécessité où se trouve le libraire d'en donner une seconde édition» (Au Public, 2e éd., t. I, n.p.).

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Auteur: Jean ROUSSET DE MISSY (voir 2e éd., page de titre du Magazin «par Mr R.D.M.»).

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Principaux centres d'intérêt: politique, politique internationale, nouvelles militaires, histoire, littérature, pièces de poésie.

Principaux auteurs étudiés: d'Argens, t. XII, p. 135; Fréron, t. XI, p. 58; Lenglet-Dufresnoy, t. XIII, p. 101; Pope, t. VI, p. 130; J.B. Rousseau, t. VII, p. 127; Saint-Hyacinthe, t. VII, p. 110; Vaucanson, t. VIII, p. 46, 53, 71; Voltaire, t. VII, p. 25; t. VIII, p. 23; t. IX, p. 12, 27, 32; t. XI, p. 97.

Quelques textes: t. VI, p. 4: «Sur le journalisme»; t. IX, p. 70: «Réflexions sur les effets de la critique»; t. X, p. 135: «Réflexions sur la bonne foi»; t. XIII, p. 121: «Mémoires secrets pour servir à l'histoire de Prusse».

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Collection complète étudiée: B.N., G 17443-17451; G 17280-17283 (2e éd. jusqu'au t. XII); Z 47899-47904 (contrefaçon); Ars., 8° H 27912 (jusqu'en juillet 1743).

Bibliographie

B.H.C, p. 58; G.H., p. 200-201; Quérard, t. IX, p. 243.

Il existe une deuxième édition de L'Epilogueur: Le Magasin des événements de tous genres passés, présents et futurs ou l'Epilogueur politique, galant et critique par Mr. R.D.M., 2e édition revue et corrigée, 1743, 12 tomes en 4 volumes. Il existe aussi une contrefaçon de L'Epilogueur: L'Epilogueur politique, galant et critique. Composé par une société d'amis, Liège, G.I. Broncart, 1743-1745, 6 volumes. C'est dans un Avis au Public que Rousset de Missy met en garde ses lecteurs contre la contrefaçon dont il est victime: «On doit mettre une différence essentielle entre L'Epilogueur imprimé à Liège et celui imprimé à Amsterdam [...] beau caractère et beau papier; au lieu que la contrefaçon est sur du papier grisâtre et avec des lettres si usées qu'on ne peut distinguer les c des e [...]. Il n'y a guère de feuilles qui ne soient estropiées, puisqu'on en a retranché des périodes entières, des historiettes, des pièces de poésie». Dans le numéro du 21 décembre 1744, Rousset de Missy signale une autre contrefaçon de L'Epilogueur il s'agit d'un périodique intitulé Le Babillard anglaisédité à Francfort. Cette publication est «exactement remplie de fautes qui ne sont pas dans l'original», ainsi on «châtre indignement» l'original (t. XII, p. 63).

Capitaine U., Recherches historiques et bibliographiques sur les journaux et les écrits périodiques liégeois, Liège, 1850, p. 49.

Historique

C'est dans une Epître à la vérité (t. VI) que Rousset de Missy sous une forme humoristique, explique quelle est la méthode qu'il suit pour rédiger son périodique: «J'ai douté de tout, j'ai cru faux la plupart des faits et j'ai tout épilogué, j'ai tout pesé au poids de votre sanctuaire, afin de distinguer ce qui venait de vous, ce qui était publié par le Mensonge, votre ennemi. J'ai toujours travaillé sous vos auspices, j'ai toujours eu pour unique but, dans tous mes écrits, de vous faire triompher, et de ne transmettre à la postérité que les événements qui sont marqués de votre coin» (n.p.).

L'Epilogueur semble viser un public précis, «les Politiques et les Beaux-esprits» qui trouvent «de quoi se satisfaire» (2e éd., t. I). Le succès semble-t-il a été vif, comme en témoignent la contrefaçon, la deuxième édition et cette mention: «L'empressement avec lequel vous l'avez recherchée [cette feuille] m'est une caution que vous en êtes content» (Au public, t. VII). Il semble que ce succès venait d'un ton assez libre qui n'était pas du goût de tout le monde: ainsi Rousset dut supprimer Le Magasin pour le remplacer par L'Epilogueur «Il faut vous avouer que dans notre course, nous avons été arrêtés par un mécontentement dont nous n'avons jamais pu découvrir la cause. C'est ce qui nous a fait quitter notre premier titre Le Magasinpour celui d'Epilogueur. Ce contretemps nous a fait d'autant plus de peine que nous sommes remplis d'une admiration égale à notre respect pour l'auguste personne à qui nous avons eu le malheur de déplaire» (2e éd., t. I, n.p., Au public).

L'Epilogueur est dirigé politiquement contre la France. Les informations sur la bataille de Fontenoy (1745) peuvent en convaincre: «Il paraît en général que les troupes des Alliés y ont acquis une gloire infinie par la valeur et l'intrépidité avec laquelle elles sont tombées dans les retranchements ennemis que leur fureur a d'abord étourdis et troublés. Il paraît en général que cette action est à la honte éternelle des Français qui, n'osant paraître en plaine devant leurs ennemis, s'enterrent comme des taupes, qu'il faut aller chercher la fourche à la main» (24 mai 1745, t. XIII, p. 137). Quand la victoire de la France ne souffre plus de discussion, Rousset de Missy s'ingénie à ternir cette victoire en insistant sur la cruauté supposée des troupes françaises: «Malgré les ordres chrétiens et charitables de ce Prince religieux (Louis XV), ses soldats, rencontrant des soldats anglais blessés sur le champ de bataille, les ont achevés à coups de crosse de fusil en leur criant: «Ha chien! Tu n'es pas encore mort!» (7 juin 1745, t. XIII, p. 154). Autre procédé de dénigrement: la victoire des Français n'est due qu'à l'impéritie de leurs ennemis. Ainsi les premiers «n'ont pas tant de raison de chanter si haut une victoire qu'ils doivent moins à leur valeur qu'à la manœuvre impénétrable de quelques régiments alliés» (t. XIII, p. 156).

Titre indexé

EPILOGUEUR POLITIQUE

Date indexée

1742
1743
1744
1745

ÉLITE DES NOUVELLES

0363
1717
1755

Titre(s)

Elite des Nouvelles.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

5 novembre 1717 – 1er juillet 1755 (?). Périodicité: 3 numéros par semaine.

Description de la collection

In-4°.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Liège, veuve Procureur, puis Everard Kints.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

«L'Elite des Nouvelles rapportait les événements politiques avec assez d'exactitude; quelquefois, mais rarement, le gouvernement lui communiquait des articles ou réclames: c'était la seule occasion où il fût permis de parler des affaires du pays de Liège» (Capitaine, p. 48).

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Bibliothèque centrale de Liège. Centre de philologie et d'histoire littéraire wallonnes de l'Université libre de Bruxelles (Nivelles, 12 rue des Canonniers).

Bibliographie

B.H.C., p. 56. – Capitaine U., Recherches historiques et bibliographiques sur les journaux et les écrits périodiques liégeois, Liège, Desoer, 1850, p. 48.

Titre indexé

ÉLITE DES NOUVELLES

Date indexée

1717
1718
1719
1720
1721
1722
1723
1724
1725
1726
1727
1728
1729
1730
1731
1732
1733
1734
1735
1736
1737
1738
1739
1740
1741
1742
1743
1744
1745
1746
1747
1748
1749
1750
1751
1752
1753
1754
1755

LE DISCOUREUR

0355
1762

Titre(s)

Le Discoureur.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

16 février 1762 – 7 décembre 1762. Un volume. Périodicité annoncée : bihebdomadaire, disponible le mardi et le samedi.

Description de la collection

Le seul exemplaire retrouvé est composé de 50 numéros, 568 p. Cahier de 8 p., 126 x 200.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Amsterdam et Paris chez Fournier, quai des Augustins. Souscription : 24 £ pour 100 numéros ; 12 £ pour 50 numéros.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Auteur : chevalier de BRUIX (voir D.P. 2). Bruix n'était pas le seul à rédiger Le Discoureur; il aurait été aidé par «plusieurs autres» que la F.L. ne précise pas (t. I, p. 536).

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Contenu réel : satire des mœurs («Originaux», n°  XLVIII, p. 529) ; satire philosophique (n°  XI, p. 114) ; théâtre ; opéra ; littérature. Deux romans y ont été publiés en feuilleton : Nancy ou la Nouvelle Paméla (n°  XXXVIII) et Fatmé et Salem ou On aime pour les autres (n°  L, p. 553).

Principaux auteurs étudiés : Mlle Clairon (n°  XXV, p. 263-264) ; Desforges-Maillard (n°  XXVI, p. 271) ; Helvétius (n°  XXXVII, p. 411) ; Le Fuel de Méricourt (n°  XXIV, p. 247-248) ; Prévost (n°  I, p. 5) ; Rousseau (n°  XXVI, p. 274).

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.A.A., 432 T 2.

Bibliographie

Barbier, t. I, col. 999, C.

Historique

Signalé par les Mémoires secrets de Bachaumont le 14 mars 1762, Le Discoureur est un périodique essentiellement littéraire et satirique. Dans l'Avant-Propos, Bruix prévient que «l'ironique, le sérieux, le plaisant, le sévère m'appartiennent». Ainsi, écrit-il, «j'en userai avec le public comme en use un discoureur dans une société : tout ce que je saurai, je le dirai. Si par hasard, il m'arrive de raisonner, je le déclare, ce sera de la prose que j'aurai faite sans le savoir : et alors, cessant de prendre ce mot Discoureur dans son acception ordinaire, le lecteur le considérera comme l'expression la plus simple pour désigner un homme qui fait, qui compare ses discours» (p. 4). Enfin, probablement pour varier l'ordinaire littéraire qu'il propose à ses abonnés, Bruix met à contribution ses lecteurs, appelés à participer à la rédaction du périodique : «J'invite les pères et les enfants, les femmes et les mères, les jeunes et les vieux, les gens à projets, les gens à talents, Paris et les provinces à concourir au succès du Discoureur par une correspondance dont la variété ne saurait produire que de l'agrément» (ibid.).

Titre indexé

DISCOUREUR

Date indexée

1762

LE DÉMOSTHÈNE MODERNE

0341
1745
1746

Titre(s)

Le Démosthène moderne ou Réflexions sur les Affaires présentes de l'Europe.

Continuation de: L'Epilogueur politique, galant et critique. Voir l'Avertissement du t. I: «J'ai stipulé avec le libraire que je cesserais dès que Epilogueur recommencerait, et je prends cette occasion de déclarer publiquement à l'auteur, à qui je l'ai écrit et avec lequel je ne veux absolument pas me brouiller, faisant trop de cas de son amitié» (n.p.).

Continué par: L'Avocat pour et contre.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

1745 – 14 février 1746; 2 vol.Hebdomadaire paraissant le lundi (t. I, p. 52 et t. II; les numéros sont datés). Quelquefois, un Supplément paraissait le jeudi (t. II, p. 9. 73).T. I: 1745. T. II sans date (sans p. de titre).

Description de la collection

T. I: 164 p. (20 numéros); t. II: 96 p. (12 numéros). Cahiers de 8 p., 99 x 148, in-8°. Pagination continue.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Utrecht, chez Lobedanius.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Auteur: J. ROUSSET DE MISSY.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Principaux centres d'intérêt: politique, relations internationales, histoire, droit international, guerre de 1745, campagne de Flandres.

Principal auteur étudié: Voltaire, Bataille de Fontenoy, t. I, p. 137; t. II p. 41.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., G 17303-17304.

Bibliographie

B.H.C, p. 89; G.H., p. 201-202; Quérard, t. IX, p. 243.

Historique

Nous ne possédons que peu d'informations sur ce périodique rédigé par Rousset de Missy. Dès le premier numéro, le journaliste déclare: «Qu'on ne craigne pas des invectives de ma part; on peut déclamer sans invectiver, le respect dû aux têtes sacrées ne sera jamais oublié dans mes écrits. Mais je leur demande [...] la grâce de ne pas s'offenser de vérités fondées sur des preuves irréfragables qui ne soient prouvées par les traités, les conventions, les contrats que la foi publique doit rendre inviolable» (t. I, p. 1, n° 1).

Cette formulation ambiguë et ironique permettait toutes sortes de critiques, comme par exemple celles à l'égard du clergé catholique: «Les ecclésiastiques, [sont] ordinairement livrés à l'ambition, l'avarice, la vengeance, et dépendent toujours d'un autre maître, auquel ils sont d'autant plus dévoués que leur fortune en dépend» (t. I, p. 73, n° 10).

Titre indexé

DÉMOSTHÈNE MODERNE

Date indexée

1745
1746

LES DÉLASSEMENTS DE POLYMNIE *

0339
1786
1792

Titre(s)

Les Délassements de Polymnie ou les Petits concerts de Paris contenant l'ariette du jour, les romances et chansons de société avec violon et basse chiffrée. Ouvrage utile aux professeurs et aux amateurs.

Modification du sous-titre: Contenant des airs nouveaux de tous les genres par les premiers compositeurs français et étrangers.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

s.d. (1786) – 1792. En tout, semble-t-il, 7 vol. Périodicité réelle: tous les 15 jours puis tous les mois. Nombre moyen de livraisons par an: 24 puis 36 puis 12 «recueils».

Description de la collection

Le volume est composé de «numéros» puis de «recueils». Cahiers de 4 puis 10 p., 265 x 315, in-folio, «format partition».

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Lieu de publication: Paris. Editeurs: Porro et Mme Baillon, puis Porro et Baillon, enfin Porro seul. Rue Neuve des Petits Champs, puis rue du Petit Reposoir, place des Victoires, enfin rue Tiquetonne n° 10, à La Muse lyrique.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Auteurs-fondateurs: PORRO, BAILLON, Mme BAILLON.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Contenu: recueil gravé de musique et de chansons. Principaux centres d'intérêt: musique, chansons, actualité musicale.

Principaux auteurs (texte et musique): Première année: Cambini, n° 23; Mlle Destrosses, n° 4; Florian et Martini, n° 6; Gersin et Gossec, n° 13; Haydn, n° 24; La Harpe et Martini, n° 6; Martini, n° 16; Philidor, n° 12, 15; Porro, n° 3, 19; Sacchini, n° 2, 21. Deuxième année: Boufflers, n° 5; Gluck, n° 8; Hoffman et Cambini, n° 2; Louvet et Martini, n° 7; Porro, n° 6, 8. Quatrième année: Haydn, n° 1; Paisiello, n° 3.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N. (dép. de la Musique), Vm7 8127. Etat de la collection (très incomplète): Première année: n° 1-9, 11-24. Deuxième année: n° 2-8. Quatrième année: 1er recueil, 2e, 3e; 4°Bp 789. Etat de la collection (incomplète): Première année: n° 1, 4-11, 13-15, 17, 19-22, 24. Quatrième année: 2e recueil.

Historique

Nous possédons peu d'informations sur ce périodique qui avait pour objet de suivre l'actualité musicale sous la forme de la chanson et de la musique légère. Le format du périodique (in-folio) et la présentation (en feuilles) permettait de l'utiliser comme une partition. D'ailleurs, il n'y a pratiquement aucun texte dans ce journal: la surface rédactionnelle est uniquement occupée par la musique et le texte des chansons.

Titre indexé

DÉLASSEMENTS DE POLYMNIE *

Date indexée

1786
1787
1788
1789
1790
1791
1792

CRITIQUE DU SIÈCLE

0334
1745

Titre(s)

Critique du Siècle, ou Lettres sur divers sujets  par l'Auteur des Lettres Juives.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Un volume publié en 1745. D'après un avis à la p. 8 du t. I de cette édition, chaque lettre suivie de sa réponse paraît le jeudi et se trouve à La Haye, Amsterdam et Berlin.

Description de la collection

Edition de 1745 :t. I, Lettres I à XXX, 240 p. ;t. II, Lettres I à XII, 96 p., format in-8°. Edition augmentée de 1755 : t. I, 366 p. ;t. II, 344 p. Format in-120, 78 x 141.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

La Haye, Pierre Paupie.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Jean-Baptiste de Boyer d'ARGENS.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

La Critique du siècle se présente comme un système de lettres échangées entre le chevalier D*** et le comte D***. Le chevalier insiste sur le caractère périodique de cette correspondance, comme le rappelle le comte : «Vous êtes persuadé qu'une pareille correspondance entre nous deux formerait une feuille périodique qui ne déplairait point» (éd. de 1755, t. I, p. 9). Ou encore : «Puisque vous le voulez absolument, commençons donc nos feuilles périodiques» (t. I, p. 12).

Principaux centres d'intérêt : Angleterre (t. II, p. 266), athéisme (t. II, p. 314), bonheur (t. I, p. 109, 131), femmes (t. I, p. 14, 85, 97, 183 ; t. II, p. 34, 45, 194, 218), Hollande (t. I, p. 302), histoire (t. II, p. 1), littérature (t. II, p. 143), peuple français (t. I, p. 288, 312, 331 ; t. II, 334), philosophie (t. I, p. 275), politique (t. II, p. 77, 106, 116, 130, 204), roman (t. I, p. 249), théâtre (t. I, p. 217, 229 ; t. II, p. 242, 255).

Principaux auteurs étudiés : d'Argens (t. II, p. 26), Bayle (t. II, p. 186), Desfontaines (t. I, p. 5), La Bruyère (t. II, p. 183), d'Olivet (t. II, p. 183, 186), Prévost (t. I, p. 5), Voltaire (t. I, p. 38, 168 ; t. II, p. 192).

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.U. Cambridge, 7735 D.53 (éd. originale). L'édition de 1755 est très courante : Ars., 8° B 31226, 8° B 31227 ; B.N., R 19050-19051, Z 39464-39465 (microfiche M 17018). La France littéraire de 1769 signale une édition de 1746 en deux volumes in-12, que nous n'avons pas retrouvée.

Bibliographie

D.P. 2 (art. «Argens»). – Johnston E., Le Marquis d'Argens, sa vie et ses œuvres. Essai biographique et critique, Paris, 1928. – Molino J., Le Bon sens du Marquis d'Argens. Un philosophe en 1740,thèse dact., Université de Paris, 1972.

Historique

Connue surtout dans sa réédition très augmentée de 1755, la Critique du siècle n'était pas considérée comme un véritable périodique. L'exemplaire de l'édition originale retrouvé à Cambridge par Steve Larkin Correspondance entre Prosper Marchand et le marquis d'Argens,Studies on Voltaire, t. CCXXII, 1984, p. 249) permet de penser qu'il s'agit bien d'un périodique publié par cahiers séparés au cours de l'année 1745 en Hollande aussi bien qu'à Berlin, où d'Argens résidait alors.

Additif

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables: On trouve dans le Leidse Courant du 7 février 1744 l’annonce suivante : «Pierre Paupie , libraire à La Haye, imprime et débitera dans peu tous les lundis et jeudis de chaque semaine, La Critique du siècle, ou Correspondance philosophique, historique et critique entre deux amis, par Messieurs***». Il est possible qu’il ait commencé à débiter les feuilles de la Critique du siècle en 1744, mais on ne connaît que l’édition en un volume de 1745, suivie de plusieurs rééditions, en 1748 et 1755 notamment.

Titre indexé

CRITIQUE DU SIÈCLE

Date indexée

1745

LE COURRIER

0251
1723
1724

Titre(s)

Le Courier.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Ce journal, qui devait compter 8 volumes (cf. Courier, n° XXX, p. 4), a paru tous les trois ou quatre jours, probablement dès 1723.

Description de la collection

La seule collection connue comprend 18 numéros, du n° XXX (s.d.) au n° XLVII (12 juin 1724). Cahiers de 4 p., 100 x 157, petit in-8°.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

A Amsterdam, chez H. Uytwerf, sur le Rockin, et N. Violet, sous la Bourse.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Auteurs successifs: Jean-François POTIN (cf. D.P. ); Justus VAN EFFEN; Jean ROUSSET DE MISSY.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Nouvelles politiques, nouvelles religieuses, textes de littérature et de philosophie.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Ars., Fol. H 4968, t. IV: 18 numéros du Courier reliés dans un vol. de La Quintessence des nouvelles, entre le n° du 3 avril 1724 et le n° du 19 juin 1724.

Bibliographie

B.H.C, p. 89; G.H., p. 187 et 194.

Mention dans les Lettres sérieuses et badines. I, p. 97.

Historique

Ce périodique, dont nous n'avons que 18 numéros et qui comportait 8 volumes à l'origine, nous est très peu connu. Le Courier fut «commencé par deux hommes d'esprit, Potin et Van Effen, des mains desquels il ne passa dans celles de l'homme en question [Jean Rousset de Missy] que pour y finir avec honte une course heureuse et honorable dans le commencement» (La Barre de Beaumarchais, cité par G.H., p. 187).

Titre indexé

COURRIER

Date indexée

1723
1724