VARIÉTÉS LITTÉRAIRES, HISTORIQUES, ETC.

1260
1786
1787

Titre(s)

Variétés littéraires, historiques, etc. Le sous-titre varie suivant les articles. Article 1 : L'année historique ou Recueil d'événements et époques mémorables, succinctement rapportés à leur ordre de date et indication d'années. Article 2 : Littérature légère, ou Recueil de vers, chansons anciennes, contes, tant en prose qu'en vers, etc. Article 3 : L'histoire soumise à l'opinion, ou morceaux détachés d'histoire, tant ancienne que moderne, discutés et éclaircis. Article 4 : Anecdotes ; traits curieux, intéressants, notice sur des personnages célèbres et autres. Article 5 : Traductions, ouvrages de différents auteurs anciens, avec des notes qui servent d'éclaircissement. L'article 5 n'était pas annoncé dans la présentation du périodique.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

1786-1787. 4 volumes. Privilège de 1786. «Les cahiers seront distribués tous les quinze jours, le premier et le quinze du mois» ; il semble que cette périodicité ait été respectée ; 24 livraisons par an, sans mention précise de date. Datation des volumes : art. 1, 1786 pour le t. I, 1787 pour le t. II ; art. 2, 1786 pour le t. I, 1787 pour le t. II ; art. 3, 1786 (un seul t.) ; art. 4, 1786 pour le t. I, 1787 pour le t. II ; art. 5, 1787 (un t. portant la mention de t. II).

Description de la collection

La collection comprend 8 vol. de 384 p. : art. 1, 2 t. en 2 vol. ; art. 2, 2 t. ou vol. ; art. 3, 1 t. ou vol. ; art. 4, 2 t. ou vol. ; art. 5, 1 ou 2 t. ou vol. de 384 p.

Un bandeau au début de chaque table des matières et au début des articles ; culs-de-lampe à l'intérieur des volumes et en dernière page.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Art. 1 : rue Neuve-Sainte-Catherine n° 21, puis, en p. 2, à Paris, au Bureau, rue Meslée, n° 59 ; puis en p. 2 du t. II, à Paris, au Bureau, place Saint-Michel. Ces trois adresses réapparaissent à divers endroits pour chaque article. Imprimeur : «De l'imprimerie de Demonville, rue Christine» (en fin de l'art. 4).

Au début du premier article : «Ouvrage périodique proposé par souscription et sans souscription. Avec approbation et privilège du Roi. [...] lequel paraîtra par cahiers, qui contiendront 4 feuilles in-8° et seront distribués tous les quinze jours (le premier et le quinze de chaque mois)».

«... Nous prévenons le public qu'il ne sera tiré, pendant quatre mois, qu'un nombre d'exemplaires un peu supérieur à celui des personnes qui se seront engagées jusqu'à ce moment, et qu'après ce terme, on ne tirera plus que conformément au nombre des noms que la liste donnera» (p. 4).

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Jean Marie Louis COUPÉ.

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Contenu annoncé : art. 1, l'année historique ; art. 2, littérature légère ; art. 3, l'histoire soumise à l'opinion ; art. 4, anecdotes ; un cinquième article s'ajoute à la liste, dont le titre court est Traductions.

L'intérêt essentiel de ce périodique se répartit en deux axes privilégiés : d'une part une curiosité pour l'histoire, mais envisagée d'une façon anecdotique ; c'est pourquoi sont privilégiés les événements plus ou moins remarquables qui permettent d'avoir sur eux un jugement moral servant à l'édification générale. Le deuxième axe, d'autre part, est constitué par une littérature érotique, libertine, amoureuse qui se manifeste par des poèmes, des contes ou encore de petites histoires. D'une façon générale, on y repère les préoccupations de l'époque, les questions débattues, concernant la médecine par exemple. Ainsi cette relation, dans le t. II de l'année historique, d'un accouchement de jumeaux dont l'un est blanc et l'autre noir. L'auteur de la rubrique fait cette observation : «Sur cet accouchement singulier qui met en défaut tous les systèmes de nos naturalistes, on ajoute que la négresse intéressée a avoué qu'elle avait connu presque en même temps un blanc et un noir. D'après cette déclaration, quelles conjectures n'est-on pas en droit de tirer, contraires aux opinions reçues jusqu'à présent sur la formation des jumeaux».

Les rubriques sont courtes, nombreuses, il semble bien que l'objectif majeur ait été de présenter une sorte de divertissement intellectuel en faisant rejaillir continuellement l'intérêt grâce à la diversité des contenus.

Table des matières, de 6 à 7 p, en tête de chaque volume, présentée par ordre alphabétique.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., Z 28872-28879 ; Opéra ; Sorbonne ; B.U. Lyon.

Bibliographie

B.H.C.

Additif

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s):
 
Les Variétés littéraires… sont proposées par souscription dans le Journal de la généralité de Montpellier du 7 mai 1785, p. 5, et annoncées dans le Mercure de France de mai 1785, pp. 90-91. Le 14 mai 1785, le premier de ces périodiques donne en outre deux extraits en pré-publication.«  Cet Ouvrage […] paroit depuis le premier Avril […]. Il a déjà paru douze cahiers » (Hommage à l’Œuvre de la Rédemptions des captifs. Variétés littéraires, historiques, &c. [Prospectus], [Paris], Demonville, s.d. [septembre 1785], p. 2-3: Paris, BnF, ZZ 3958). Arrêt (présumé) en mars 1787; 2 années, 48 numéros.
Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables :
à côté des contributions de Coupé, on relève une présence importante de textes écrits par Jean-François de Bastide, ou, en tout cas, déjà utilisés par lui dans des œuvres précédentes: vers, « portraits », correspondances et « conversations » culturelles, interventions en moraliste, essayiste ou pédagogue. Ils sont tirés, principalement, du Choix des anciens Mercures et du Nouveau Choix de pièces tirées des anciens Mercures (1757-1758); du Nouveau Spectateur (1758-1760); des Mémoires apologétiques (1766); du précédent recueil des Variétés littéraires, galantes, &c., de 1774. On republie également un (controversé) Dictionnaire des mœurs de 1773, que Bastide rééditera à Milan en 1797 sous le titre Les Coups d’œil. Une partie consistante des anecdotes historiques est certainement tirée de la Morale de l’histoire (1769), portefeuille de textes et de matériaux que le colonel Mopinot de la Chapotte avait mis à la disposition de l’écrivain, quelques années auparavant (voir Variétés littéraires, […] L’Année historique, 1786, vol. 1, p. 311, note). Outre les contributions de Bastide (toutes déjà publiées) et celles de l’abbé Coupé (souvent originales), apparaît un grand nombre de textes hétérogènes, contemporains ou non : morceaux extraits, condensés, et ainsi régénérés, à partir d’encyclopédies et de dictionnaires ; ou, encore d’anthologies, de florilèges et de spicilèges de fiction et de poésie ; d’essais de morale et de philosophie. Dans quelque cas, les rédacteurs indiquent auteur et provenance mais, le plus souvent, ils les omettent: « Nous déclarons que nous avons puisé également dans notre imagination, dans les livres, dans les porte-feuilles, dans les manuscrits. Les morceaux que nous offrirons successivement n’auront pas, tous, le piquant de la nouveauté; mais nous nous les sommes appropriés si généralement par nos réflexions, et par le parti que nous nous en avons tirés […], qu’ils sont devenus comme nouveaux » (voir Variétés littéraires, […], 1786, vol. 1, p. 2.) 

Activités journalistiques:
Le nom de Bastide – en tant que rédacteur et, dans certains cas, propriétaire titulaire des Variétés – est également indiqué par la plupart des sources contemporaines repérées traitant du périodique (Paris, A.N. F 17 1212: « gens de lettres qui demandent des pensions », s.d. [oct. 1785/févr. 1786]. Dans cette liste manuscrite (déjà publiée par J.-L. Chappey et A. Lilti, « Les Demandes de pension des écrivains 1780-1820 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2010/4, p. 156-183), Bastide est parmi les requérants, présenté comme « Auteur de la Bibliothèque des romans, de plusieurs journaux anciens, et de celui intitulé Varietés littéraires au profit de la rédemption des captifs » (souligné dans le texte). Voir aussi Mallet du Pan, Jacques, Mémoires et correspondance, Paris, Amyot, [1785/1787] 1851, vol. 1, p. 133; Mémoires secrets, 22 novembre 1785; mentions (sans indication d’auteur) dans le Journal de Paris, n° 267, 24 septembre 1785, p. 1101; n° 86, 27 mars 1787, p. 377).

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s) :
Pendant ces deux années (1786-1787), les Variétés et la Bibliothèque universelle des romans, ont le même imprimeur/éditeur (Demonville), et des bureaux administratifs qui varient souvent mais coïncident toujours. En outre, on trouve fréquemment dans les Variétés des références et des renvois à des morceaux et à des textes de la Bibliothèque; dans certains cas, l’identification entre auteurs des deux périodiques est explicite, et la relation d’échange rédactionnel entre les deux  périodiques apparaît évidente: « Puisque le Public veut des Folles, on peut lui en donner. Nous n’imaginions pas, quand nous fîmes connaitre la jolie insensée du château de Riant, dans la Bibliothèque des romans, que cette fille vierge deviendrait mère de tant d’enfans » (Variétés littéraires, […] 1786, vol. 1, p. 114).

En octobre 1785, par la diffusion d’un nouveau prospectus, est lancée une campagne originale d’abonnements; l’opération est inspirée par le déroulement d’une manifestation parisienne, du 17 au 19 octobre: une procession religieuse publique, organisée par « Les Mathurins et les Religieux de la Merçi », à laquelle participent 313 Français ex-prisonniers des pirates algériens, libérés après paiement d’une rançon. Les congrégations religieuses, par ce fait, ont contracté des dettes et ont besoin d’un soutien financier immédiat :
"Les papiers publics et la voix de l’humanité imploraient pour cette œuvre sublime les secours des âmes sensibles. Un Homme de Lettre lui a consacré une partie du fruit de ses travaux […]. [Il] ouvre une nouvelle Souscription [d’abonnements], dont la quatrième partie sera déposée, pendant tout le temps que l’Ouvrage aura cours, dans la caisse des deux Ordres, pour être employée et servir […] à la délivrance des François. […] Le Roi, touché des sentiments qu’annonce un pareil don, […] a daigné souscrire pour cinquante exemplaires." (Hommage à l’Œuvre, p. 1-6).
La décision de faire don au profit d’une œuvre de bienfaisance d’une partie du produit des nouveaux abonnements est tout à fait la même que celle que Bastide adoptera à Marseille pour essayer d’obtenir des autorités locales et de ses concitoyens le financement d’une nouvelle  édition de la Bibliothèque universelle des romans (1787), et d’une autre, en douze volumes, de ses Œuvres diverses et choisies (1789). Réalisée à quelques mois seulement du début du périodique, cette campagne est un signe évident de difficultés: « il paraît qu’elles [les Variétés] se débitaient mal » (Bulletin critique, vol. 13-14 (1892), p. 278; voir aussi Hatin, vol. 3, p. 139.). La liste des abonnés, que la rédaction s’était engagée à rendre publique dans les premiers jours de novembre 1785 (L’Année littéraire, 1785, p. 342), n’a pas encore été publiée à la fin de décembre et « On croit […] devoir renouveler une invitation […] avant de publier la liste des souscripteurs » (Journal politique, décembre 1785, vol. 2, p. 54). Dans ces mêmes semaines, Bastide a déposé une demande de pension (voir n. 4) et la Bibliothèque universelle des romans, en baisse constante d’abonnés, est chargée de dettes (Sauvy, Anne, « Lecteurs du XVIIIe siècle: les abonnés de la Bibliothèque Universelle des Romans - premières approches », Australian Journal of French Studies, 1986/1, p. 51-52; idem, « Les souscriptions à la Bibliothèque Universelle des romans (1776-1780) », L’Europe et le livre. Réseaux et pratiques du négoce de librairie XVIe-XIXe siècles, Paris, Klincksieck, 1996, p. 376-377.)

Auteur additif

Titre indexé

VARIÉTÉS LITTÉRAIRES, HISTORIQUES, ETC.

Date indexée

1786
1787

TOUT CE QUI ME PASSE PAR LA TÊTE

1251
1789

Titre(s)

Tout ce qui me passe par la tête, journal nouveau ; ou Salmigondi d'un spectateur des folies humaines, «qui s'afflige des unes, s'amuse des autres, se réjouit de tout ce qui arrive d'heureux à ses semblables ; qui fait registre de tout ce qu'il entend, de tout ce qu'il voit, de tout ce qu'il pense».

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Janvier (?) – mai 1789 ; périodicité indéterminée.

Description de la collection

Première partie, n° I-VI (23 – 28 nov. 1788) ; seconde partie, n° 7-11 (1er mars 1789, 29 nov. – 31 déc. 1788) ; troisième partie, n° 12-17 (3 mars 1789, 3 nov. 1788, 28 janv. – 16 mars 1789) ; quatrième partie, n° 18-23 (12 mars – 29 avril 1789). Toutes les pages de titre sont datées de 1789 ; les dates des numéros désignent selon l'auteur le jour de la rédaction. 49 à 68 p. par partie.

Cahiers de 16 p. in-8°, 123 x 190.

Devise : Vitam impendere vero.

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

[Paris].

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

«Ce journal doit son existence au besoin de distraction, au hasard de la dissipation, à de légères méditations, à quelques élans de gaieté, à des paris extravagants. En général, j'écris tout ce qui me passe par la tête et j'ai pris cette vérité pour titre de journal».

Le journal consiste en une suite de morceaux sur toutes sortes de sujets (le Palais-Royal, le café de Foi, les pucelages, le rhume, l'administration des finances, etc.), d'un ton fantaisiste et parfois burlesque ; affectation de désordre dans la chronologie des «numéros», qui sont en réalité des chapitres dont le sommaire figure au verso de la page de titre, et dans les sujets abordés. Journal «pot-pourri» (titre des n° 21-23), dialogue, «rêves», conte moral... Nombreuses allusions politiques ; l'auteur critique à la fois la Cour, le Ministère, le clergé et les prétentions du Tiers-Etat.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., 8° Lc2 101 ; Ars., 8° Jo 20046 ; Ste G., L 8° 75775 Inv. 3412 (parties I-III). La B.N. possède un second exemplaire qui correspond à une réédition des trois premières parties, avec la mention, pour le n° 1 : «Imprimé en février 1789».

Bibliographie

H.G.P., t. I, p. 413-414. – Rétat P., Les Journaux de 1789 : bibliographie critique, éd. du C.N.R.S., 1988, n° 185.

Titre indexé

TOUT CE QUI ME PASSE PAR LA TÊTE

Date indexée

1789

LE PORTEFEULLE DES ENFANTS

1128
1783
1784

Titre(s)

Le Porte-Feuille des Enfans: Mélange intéressant d'Animaux, Fruits, Fleurs, Habillemens, Plans, Cartes et autres Objets, dessinés suivant des Réductions Comparatives, et commencés à graver en 1783, sous la direction de Cochin. Accompagné de courtes Explications et de divers Tableaux Elémentaires.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Un volume, portant un privilège du 7 mars 1784, registré le 6 avril 1784, rassemble 20 numéros; le prospectus est daté du 7 octobre 1783; il n'annonce aucune périodicité. Il semble que des «tableaux» aient continué d'être gravés par la suite; on trouve dans l'exemplaire de Lyon un tableau des départements français conforme au décret du 15 janvier 1790, et un tableau des sièges épiscopaux daté par le décret du 12 juillet 1790; mais il est possible que ces gravures aient été prises de la réédition de 1797.

Description de la collection

Un volume de 938 p., avec intercalaires de pages blanches, impression recto; format in-4°.

En frontispice, deux enfants nus, apprentis-artisans avec pierre, équerre et poinçon. Le prospectus annonce: «Le Porte-Feuille des Enfans sera publié par livraisons de 5 ou 6 Planches in-4°, gravées en taille-douce, avec des Explications imprimées vis-à-vis, sur beau papier, et une feuille d'enveloppe en papier commun».

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

A Paris, chez Mérigot, quai des Augustins, et Merlin, rue du Hurepoix, près le pont Saint-Michel; imprimerie de Lambert et Baudouin, rue de la Harpe.

«On aura toujours soin d'annoncer sur l'enveloppe de chaque livraison, les objets qui composeront les deux suivantes et d'en indiquer l'époque». Prix: 4, 6, 8 ou 10 s. par planche; 30 s. la livraison. «L'enveloppe portant 2 Tableaux Elémentaires ou exercices de lecture se vendra séparément 2 sols».

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Antoine Nicolas DUCHESNE et Auguste Savinien LE BLOND, auteurs désignés en page de titre, assistés par une «société d'amateurs». Collaborateurs occasionnels: Buffon (pour les oiseaux), Réaumur (pour les insectes), Duhamel (pour les poissons).

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

«Les objets qui le composent ont l'avantage de parler aux yeux: c'est le plus sûr moyen de captiver l'attention de l'Enfance, et de lui déguiser l'instruction sous la forme d'un simple amusement. Nous aurons le plus grand soin de choisir nos originaux dans des ouvrages qui ayent reçu le sceau de l'approbation générale. Les Quadrupèdes et les Oiseaux de Buffon, les Insectes de Réaumur, les Poissons de Duhamel... A tous ces objets, viendront naturellement se réunir quelques éléments de Blason, de Musique, de Mécanique, de Géométrie et de Physique. Enfin pour ne rien négliger de ce qui peut contribuer à l'Institution, nous ferons imprimer sur la feuille d'enveloppe de chaque cahier, quelques Tableaux élémentaires, relatifs à la Chronologie, à l'Histoire Naturelle, et aux diverses parties de la Grammaire».

Les rubriques sont très variées: quadrupèdes, oiseaux, poissons, insectes, associations diverses (cétacées), botanique, géographie, blason, costume, géométrie, mélanges, tableaux élémentaires (de grammaire, calcul, mesures de longueur, zoologie, anatomie), économie rustique, vers, présentation des souverainetés de l'Europe, chronologie des César, mythologie, etc.

Ce périodique à usage pédagogique pour enfants comporte en outre un jeu de questions et de réponses sur l'ensemble du volume, pour stimuler la connaissance par l'émulation du jeu. D'autre part, les auteurs cherchent à entretenir un dialogue avec les lecteurs, aux suggestions desquels ils répondent par des avis divers.

Table pour chaque numéro et table récapitulative de 4 p.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., R 6087; B.M. Lyon, 167290.

Bibliographie

Rééd. en 1797 sous le titre: Livret du Porte- feuille des enfans. – Caspard-Karydis P. et Chambon A., La Presse d'éducation et d'enseignement, XVIIIe siècle – 1940, I.N.R.P., éd. du C.N.R.S., 1986, p. 296-297.

Titre indexé

PORTEFEULLE DES ENFANTS

Date indexée

1783
1784

LE PASSE-TEMPS D'UN SOLITAIRE

1106
1744
1745  ?

Titre(s)

Le Passe Temps d'un Solitaire.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

23 numéros hebdomadaires publiés sans doute à la fin de 1744 et en 1745 (mention de Fontenoy: 11 mai 1745) sans indication précise de date: «On trouvera toutes les semaines pour le prix de deux sols la présente feuille à Arles chez le Sr Mesnier, imprimeur à Tarascon, chez Mr l'abbé Yves, à Beaucaire, chez Mr l'abbé Guien. Ceux qui souhaiteront avoir la dite feuille toute l'année, il ne leur en coûtera pris chez l'imprimeur que cent sols par an». Il semble peu probable que cette périodicité ait été respectée.

Description de la collection

Chaque numéro comporte de 7 à 9 p., format in-8°. Pagination par numéro; le n° XI n'est pas paginé. On constate un changement de typographie à certaines pages; l'impression se fait plus petite et plus serrée (p. 24, 56, 63). Lettrines en tête de chaque numéro, culs-de-lampe à la fin (feuilles, chérubins, triangle inversé, etc.).

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Chez Gaspard Mesnier à Arles (en fin du n° III).

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Dédicace: «Je consens, mon cher Cléon, d'entretenir avec vous un commerce réglé sur toutes sortes de matières, et de vous faire part, soit de mes découvertes, soit de mes réflexions sur tout ce qui se passe dans la vie civile [...]. Vous devez être persuadé d'avance que je vous parlerai sans partialité; et que le préjugé, ce tyran de la raison, qui fait souvent commettre tant d'injustices, n'aura aucun pouvoir sur moi».

Cette chronique, rédigée par un homme qui prétend vivre dans la solitude, porte surtout sur la guerre (guerre des Flandres, contre la Prusse, Fontenoy, etc.); on y trouve des vers sur le poème de Fontenoy de Voltaire (publié fin mai 1745): «Ai-je donc peur qu'on me raille / D'oser faire une strophe ou deux, / Après ce chantre si fameux» (p. 60). On y rencontre aussi bien une harangue des députés d'Ecosse au prince Charles-Edouard (p. 173), qu'un mémoire sur la maladie actuelle des vaches, bœufs et taureaux (p. 140), des pièces fugitives, énigmes (n° IV), épitaphes (n° XI).

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., 8° Lc11 44 (9).

Titre indexé

PASSE-TEMPS D'UN SOLITAIRE

Date indexée

1744
1745

LE CONTEUR

0225
1784

Titre(s)

Le Conteur.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Un seul numéro, daté de 1784.

Description de la collection

88 p. in-16. Illustration : gravure représentant un manoir campagnard. Deux amours en cul-de-lampe (dernière page).

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

Sans lieu.

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

Anonyme : «Notre métier de Conteur rend les anecdotes un peu plus intéressantes que celles du commun des gens du monde» (p. 46).

Collaborateurs occasionnels : la marquise de Créqui (portrait de M. de Réaumur, p. 8), l'abbé de Voisenon (placet au duc d'Orléans, p. 11).

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

Contenu annoncé, p. 34 : contes, aventures, épigrammes, portraits, relations, épîtres, lettres.

Centres d'intérêt : événements curieux ou plaisants ; faits divers du temps ; ouvrages du moment : ex. placet pour «obtenir qu'un tuyau d'un poële ait son issue du côté du Palais-Royal» (p. 11). Relation véritable du mariage de Len-censé et de Lan-gélique pour servir à l'histoire de tous les Lan-du monde (p. 13).

Auteurs cités : Beaumarchais, Boindin, Buffon, de Portelance, Duclos, Gluck, Goldoni, La Harpe, La Morlière, Molière, abbé d'Olivet, abbé de Prades, Roi, J.J. Rousseau, Voltaire.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

B.N., Z46118.

Titre indexé

CONTEUR

Date indexée

1784