N° 0130

L'AVANT-COUREUR 4 (1789)

Titre(s)

L'Avant-Coureur, Ouvrage Périodique (titre du t. I; les livraisons portent le titre court).

Devient à partir du n° 15 du t. II, 6 septembre 1789: L'Avant-Coureur. Journal des Eburons.

Dates, périodicité, privilège(s), approbation(s)

Paraît le mercredi et le dimanche, du 1er février au 30 septembre 1789, avec quelques irrégularités.

Description de la collection

Deux tomes en un volume. Le t. I (532 p.) regroupe 44 numéros, du 1er février au 8 juillet 1789 (le premier numéro n'est pas daté); le t. II (268 p.) regroupe 21 numéros du 15 juillet au 30 septembre 1789.

Cahiers de 12, 10 ou 16 p., 100 x 180, in-12.

Devise: «Je loue avec plaisir, je blâme décemment et avec peine» (p. de titre du t. I).

Édition(s), abonnement(s), souscription(s), tirage(s)

A Liège, chez H.J. Urban. Imprimeurs: H.J. Urban, puis J.J. Oger à Verviers pour le dernier numéro.

Abonnement à 12 £ de France; on peut souscrire pour 3, 6, 9 mois. A Liège et «dans tous les bureaux de poste des Pays-Bas, d'Allemagne, de France, de Hollande, des principales villes d'Europe» (Préface); chez Tixhon père, près de la Porte du Pont d'Amer-Coeur, à Liège (à partir du t. II, n° 10, 23 août 1789).

Fondateur(s), directeur(s), collaborateur(s), contributeur(s)

DIDELOT. Le rédacteur se désigne par son initiale D*** dans le t. II, n° 14, 2 septembre 1789, p. 164, et en toutes lettres dans le n° 21, 30 septembre, p. 259. J.N. BASSENGE se désigne comme l'auteur des deux-tiers des lettres de Liège (t. I, n° 33, 20 mai 1789, p. 396).

Contenu, rubriques, centres d’intérêt, tables

La politique est la «matière principale» annoncée; «de tems en tems des morceaux de Littérature, de Droit, de Poésie, de nouvelles Découvertes, des Anecdotes les plus intéressantes, et les Ouvrages nouveaux» (Prospectus). Le journal donne des nouvelles des principaux pays d'Europe, surtout de France; les nouvelles de Liège occupent une place de plus en plus importante à partir de juin 1789, puis constituent l'intégralité de la feuille à partir du t. II. La rubrique «Littérature» est maigre et formée de pièces non signées (histoire, anecdotes, poésie).

Intérêt principal: le développement de la révolution en France, puis à Liège.

Tables du t. I, p. 522-532.

Localisation(s), collections connues, exemplaires rares

Bibliothèque centrale de Liège, fonds Capitaine, 10333.

Bibliographie

Capitaine U., Recherches historiques et bibliographiques sur les journaux et les écrits périodiques liégeoisLiège, 1850, p. 277-281.

Historique

L'histoire de L'Avant-Coureur est liée à celle des troubles de Liège en 1789. Le journal a été précédé par le Furet politique, littéraire qui a été victime de persécutions non précisées, en janvier 1789 (Prospectus, p. 2 et 3). Il est clairement l'organe des «patriotes» de Liège, et prend vigoureusement parti dans la lutte contre l'administration du Prince-Evêque. J.N. Bassenge, auteur de la plus grande part de la rubrique de Liège, est une des figures actives de la Révolution du 18 août. Les commentaires sur les Etats généraux de France, en mai et juin, sont très favorables au tiers état. Plus généralement, les nouvelles politiques sont à la fois choisies et traitées de façon personnelle et engagée.

Le rédacteur, Didelot, qui se découvre dans les derniers numéros, consacre entièrement le journal à la révolution de Liège. Il répond donc favorablement à la demande d'un souscripteur (insérée dans le t. II, n° 14, 2 sept.) de modifier le titre: de là le sous-titre, à partir du n° 15, 6 septembre: Journal des Eburons.

A partir du n° 11 (26 août), la rubrique de tête Etat de Liège est suivie de Suite de la Révolution ou de Suite de sa paisible et admirable Révolution (n° 15, 6 sept.) enfin de Suite de sa Révolution expirante (n° 19 et 20, 20 et 23 sept.).

L'orientation du journal a valu à son éditeur imprimeur, H.J. Urban, de graves difficultés: son imprimerie est mise à sac le 23 mai 1789, il est menacé de mort, à la suite de la publication, dans le n° 23 (20 mai), d'une lettre de Bassenge; les livraisons sont interrompues entre le 20 mai et le 6 juin (voir le récit des faits dans l'avis A Messieurs les souscripteurs de l'Avant-Coureur, du 26 mai, 8 p., inséré après le n° 23). Le journal semble n'avoir pas survécu à un nouveau sac de l'imprimerie d'Urban, que le rédacteur évoque dans le n° 21 du 30 septembre, dernier de la collection.

Il ne paraît pas possible que le rédacteur, Didelot, soit Charles-Louis Didelot, danseur et chorégraphe (1767-1838), comme le suppose U. Capitaine (p. 277, n° 1).

Auteur

Pierre RÉTAT

Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH